On ne vit qu'une fois  

Page 2 / 2 Retour
  RSS
BelamiVar
(@belamivar)
Level 2
Posté par: Jean Sol Partre

Ma vie sexuelle étant aussi vide que mes compétences littéraires sont affûtées (en fait, je n'en ai guère mais faut bien se laisser croire des qualités pour s'aimer un peu, non ? ^^) J'ignore si je devrais d'ailleurs dire si c'est un euphémisme ou une litote.

Bonjour Jean-Sol Partre, je me permets de te répondre, peut-être pour te rassurer, mais il me semble qu'on peut avoir à la fois des compétences littéraires affutées (et je pense que c'est mon cas, même si cela te paraîtra bien immodeste) et une vie sexuelle normalement remplie (ce qui est aussi mon cas). Je crois qu'il y a là de quoi discuter. Amateur du Bison Ravi, peut-être ?

Edité : Il y a 10 mois 

« Les jambes des femmes sont des compas qui arpentent le globe terrestre en tous sens, lui donnant son équilibre et son harmonie », L'homme qui aimait les femmes, François Truffaut.

RépondreQuote
Posté : 18/09/2017 12:20
Tekki
(@tekki)
Level 1
Posté par: Jean Sol Partre

Mais ne t'es jamais tu senti coupable de l'avoir fais ?

Bonjour Jean Sol Partre!

Merci beaucoup pour tes commentaires!

Je n'ai pas décrit tout le cheminement, cela aurait été long, et je me serais égaré du message essentiel que je voulais faire passer.

Le truc, c'est que je connaissais très bien Julie, et je sais pertinemment que les courriers que je lui envoyais chaque jour la remplissaient de joie. Elle ne souhaitais pas que je la vois sombrer psychologiquement, elle ne souhaitait pas que je vois cette sportive de nature dans un corps meurtri par la maladie. J'ai été anéanti de ne pas la voir, la sentir, la toucher, entendre sa voix, écouter ce qu'elle avait à me dire. C'est parce que je l'aimais que j'ai suivi son désir. Si je ne l'avais pas écouté, elle se serait effondrée au plus profond d'elle même, je la connaissais bien. A quoi bon lui donner du stress? De la tristesse? Du mal être? Elle savait l'image physique qu'elle renvoyait... Et c'est justement ce qu'elle ne voulait pas que je vois. Je ne regrette pas ce choix, mais j'ai été anéanti de ne pas pouvoir l'épauler jusqu'à la fin... Il faut savoir être à l'écoute des autres et cerner ce qui est important pour eux....

Ses parents ont (un peu) tenté de lui faire reprendre contact avec moi en vain. Eux aussi savaient très bien comment elle raisonnait... C'était une fille obstinée...

On ne subit pas la vie, on provoque chacun de ses instants.

RépondreQuote
Posté : 18/09/2017 6:26 BelamiVar aime
ThiChat
(@thichat)
Level 1
Posté par: BelamiVar

 Je crois qu'il y a là de quoi discuter. Amateur du Bison Ravi, peut-être ?

Ah, cher BelamiVar, moi aussi j'ai pensé au Bison Ravi ... et peut être un peu à l'Ecume des jours dans le récit de Tekki

RépondreQuote
Posté : 18/09/2017 6:38 BelamiVar aime
souslesoleil
(@souslesoleil)
Level 1

Mais ne t'es jamais tu senti coupable de l'avoir fais ?

Dans ces moments là, on se sens toujours coupable: de l'avoir fait, de ne pas l'avoir fait... C'est la perte d'un être cher...

Je rejoins Tekki dans sa vision du respect.

Edité : Il y a 10 mois 
RépondreQuote
Posté : 18/09/2017 8:13 ThiChat, BelamiVar et Tekki aiment
Jules
(@jules)
Level 5

Après je pense que le fait de l'envoyer des lettres régulièrement montrait que tu étais là. Que si besoin, elle avait toujours une épaule sur laquelle s'appuyer.

Après il est très difficile de se mettre à la place de la personne malade. 
Ton histoire me fait penser au film "le temps d'un automne". Très beau film.

RépondreQuote
Posté : 18/09/2017 9:31 ThiChat et Tekki aiment
Tekki
(@tekki)
Level 1
Posté par: Jules

Après je pense que le fait de l'envoyer des lettres régulièrement montrait que tu étais là. Que si besoin, elle avait toujours une épaule sur laquelle s'appuyer.

Après il est très difficile de se mettre à la place de la personne malade. 
Ton histoire me fait penser au film "le temps d'un automne". Très beau film.

Oui c'est sûr et certain, je savais comment elle raisonnait. Et je sais que c'est quelque chose qui l'a certainement touché. Je ne pense pas avoir pris les mauvaises décisions. Je pense que si on pouvait réécrire l'histoire, je ne changerais pas ma manière de faire....

Je ne connais pas ce film... Sans doute devrais-je y jeter un œil...

Merci!

On ne subit pas la vie, on provoque chacun de ses instants.

RépondreQuote
Posté : 18/09/2017 10:51 souslesoleil et ThiChat aiment
GB_BoobsLover
(@gb_boobslover)
Level 7
Posté par: Tekki

Salut les Annanautes.

Comme je l'avais promis dans un topic, je vais vous raconter une histoire vraie. Je vous avais dit qu'il s'agissait de quelque chose de très émotionnel, et très profond. J'avais envie de vous faire partager ce moment. Il n'est pas impossible que vous soyez touchés par cette histoire. Elle fait suite à mon topic "La première fois". Promis, je ne vous écrirais plus de texte du genre, mais de temps en temps... Je ne savais pas où créer le topic, alors que l'ai mit dans expression libre. C'est une tranche de vie ^^ Il y a quelque temps de cela, quelqu'un a été banni, c'est dommage, il devrait vivre...

 

 

Elle était parti depuis près d'un an... Adèle... Ma belle qui m'a tout fait découvrir, l'Amour, le vrai, le Sexe... Celle qui m'a fait grandir, voir les choses autrement. Depuis son départ, je n'avais eu que des plans d'un soir, d'une semaine, mais jamais je ne me suis réinvesti à ce point là. En fait, je pensais ne jamais retomber amoureux à ce point...

 

1998/99, l'année de la majorité et du bac. Toujours plus de sport, encore et encore. Plus rien d'autre n'avait d'importance. Les tatamis dégageaient cette odeur particulière qui faisait parti de mon quotidien. Tantôt dans ma ville natale, tantôt en région parisienne ou en tournois, en sélection élite de la Ligue, en équipe de France... 16h par semaine en moyenne à toujours développer mes réflexes conditionnés. Il fallait affûter l'âme du guerrier en améliorant chaque jour cet art du combat qui, en fait, m'avait complètement submergé... Tout ce qui me faisait vibrer c'était ça. Un échappatoire pour un gosse de 18 ans, qui était à la fois froid et chaleureux avec autrui. Pas de bipolarité, loin de là, simplement une coquille impénétrable, ne laissant jamais transparaître une seule émotion révélatrice de faiblesse : c'est ce genre de comportement qui est inculqué à un compétiteur avide de performance... ou peut être une manière d'être que je m'étais imposée à une période difficile, sans que je ne m'en rende vraiment compte à l'époque. Jamais je n'aurais imaginé que ce trait de caractère, loin d'être inné, allait me servir au plus profond de mes tripes.

 

" - Putain, t'as vu, elle a été sélectionnée en équipe élite de la ligue cette année!

   - Qui ça?

   - Julie!

   - Ah bon? Elle est aussi performante que ça?"

 

La discrète Julie qui n'en faisait pas des caisses... Vous la voyez, celle qu'on ne remarque pas, celle aux grosses lunettes immondes, avec une coupe de cul et habillée comme un sac? Bah c'était Julie... La caricature de la nana qui n'en a strictement rien à battre de l'image qu'elle renvoie... J'allais donc la côtoyer beaucoup plus fréquemment, nous étions tous deux dans une sélection de préparation aux championnats de France. Cela présageait de passer beaucoup de WE ensemble compte tenu du fait que nous étions les deux seuls du club à avoir au moins atteint ce niveau. Je voyais le côté positif : au moins, je ne ferai pas les trajets en train seul... Mieux que ça, elle avait quelques mois de plus que moi, et était du début d'année... Elle a obtenu son permis en janvier 99 !!!! La classe!!! Celle qu'on attend le moins était pleine de ressources! C'est d'ailleurs elle qui me proposait de faire les trajets avec elle! Chose que je ne pu refuser!

 

Quelle surprise d'avoir en face de moi quelqu'un de très sûr d'elle, mais jamais dans la mégalomanie ou l'égocentrisme. Des propos toujours posés aux moments les plus opportuns... Je fus également étonné de voir quelle combattante talentueuse elle faisait! A telle point qu'elle aussi fut sélectionnée en équipe de France, avec moi!!! Très vite, une complicité s'est installée de manière rapide entre nous. Au fil des mois, ce qui me semblait être des "tares" devenait des qualités : discrétion, calme... Cette nana commençait, malgré elle, à me canaliser. J'appréciais réellement ces moments de silence dans la voiture, ou lorsqu'on allait manger un morceau ensemble. Elle avait toujours l'air rêveuse, son regard perdu dans le vide. Mais paradoxalement, elle était toujours attentive à chaque instants vécus, à chaque propos émis...

 

Ce jour là, elle avait troqué ses grosses lunettes vertes pour une monture rose beaucoup plus fine. Un carré plongeant remplaçait sa longue chevelure noire corbeau (et sa frange immonde), ce qui lui donnait un air plus sérieux. Le gros nigaud que je suis ne remarquait qu'à ce moment là qu'elle était vraiment très très belle. J'aimais ses petites tâches de rousseurs sur son joli nez droit et régulier. Elle avait une bouche pulpeuse, de grands yeux bleus et un teint très pâle. Je n'avais presque pas mangé ce jour là, car une sensation familière refaisait surface... De plus, ce soir là, nous avions décidé de sortir ensemble sur la fête foraine, après l'entraînement (qui fut catastrophique ce jour là pour ma part) bien évidemment.

 

Quelle soirée merveilleuse... J'étais perdu... Quelque chose en moi me disait d'y aller à fond avec cette nana, elle me correspondait vraiment! Mais une autre voix m'empêchait de me lâcher, pourquoi? Parce que mes sentiments devaient être fidèles à Adèle, alors que tout était fini avec elle, parce qu'elle avait mit fin à notre histoire... Alors que j'étais justement en train de me rabâcher ces pensées stupides, elle s'asseyait proche de moi et me donnait un baiser sur la bouche... Un courant traversait mon corps. Tous les sons de la fête foraine s'étouffaient dans la nuit, il n'y avait plus que nous deux.

 

"C'est pour toi que j'ai fait tout cela, mon changement de look, je voulais que tu aimes... J'espère que c'est réussi".

 

J’acquiesçais d'un mouvement de tête avec un grand sourire. Elle avait des étoiles dans les yeux (et moi un bâton entre les jambes.......... ). Elle était vêtue d'une jolie robe courte noire, moulante et qui était plissée jusqu'à mi cuisse. Elle laissait ses belles jambes fines à nu. Elle mesurait 1m60, musclée, avec une poitrine plutôt généreuse. Autant de détails que j'avais deviné mais qui étaient exposés à moi comme du cristal illuminé par le soleil.

 

Ce jour là, nous avions pris un hôtel, une chambre chacun, pour prolonger le séjour. Mais, nous ne pouvions nous résoudre à nous séparer, cette soirée était la nôtre. Elle vint dans ma chambre. Nous discutions beaucoup plus que d'habitude, elle se dévoilait un peu plus... Mais quelque chose clochait dans ses propos... Un malaise terrible commençait à planer dans la pièce. Pourquoi dans ces propos, le conditionnel était toujours omniprésent... Pourquoi de la tristesse mélangée à de la peur se lisaient dans son regard... 

 

" - Pourquoi me sembles-tu aussi triste? Pourquoi ai-je l'impression que tu as un mur devant toi?

   - Parce que j'ai un cancer, Tekki, parce que je ne sais pas si je vais m'en sortir..."

 

Je me retenais de pleurer, je devais être fort, je devais réprimer mes émotions. Rien ne devait filtrer de ma tristesse, je devais garder la tête froide, pour elle, car elle me voyait comme quelqu'un ayant les épaules pour gérer toutes situations... Pourquoi avais-je érigé une telle image? J'étais faible en réalité, ce n'était qu'une coquille, un leurre!!! Je ne pouvais pas croire ce qu'elle me disait.... Pourquoi quelqu'un comme elle devrait souffrir comme cela? Certes, personne n'a le droit de vivre ça, mais elle n'avait que 18ans! Et aussi, de manière égoïste, j'étais amoureux d'elle, et ce, depuis longtemps en fait, sans que je ne m'en rende compte!!!

 

Elle se blotti alors contre moi, sans pleurer, toujours avec la même douceur et le même calme. Je restais souriant, je l'embrassais, je la serrais contre moi. Puis, toujours avec sa petite voix douce et discrète elle me demandait simplement :

"j'aimerais que ce soit toi qui me fasse l'amour pour la première fois. Je t'aime tu sais? C'est toi depuis longtemps..."

 

A ce moment là, j'avais simplement envie d'hurler. Mais rien ne devait transparaître. Puis je me calmais. Elle me canalisait avec sa simple présence. Doucement, je lui fis glisser ses bretelles de robes le long de ses épaules, dévoilant ainsi sa poitrine généreuse enveloppée dans son jolie soutien gorge à dentelles noir. Je l'embrassais délicatement derrière l'oreille. Des frissons apparaissaient sur sa peau délicate et blanche. Je découvrais d’innombrables grains de beauté qui parsemaient son cou. A son tour, sa bouche se posait sur mes épaules, pendant que je dégrafais ce morceau de tissu qui recouvrait ses magnifiques seins ronds et rebondis. Elle s'allongeait alors sur le dos, laissant sa poitrine à la merci de mes baisers. J'enlevais le reste de ses vêtements, dévoilant ainsi son jolie sexe rasé, sans doute taillé pour l'occasion. Elle écartait les cuisses de manière spontanée, me laissant libre court à ce qui se faisait sans doute de mieux pour elle à l'instant t. Elle senti pour la première fois, la langue d'un homme sur son petit bonbon rose qui gonflait au rythme de mes mouvements. Elle attrapait fermement ma chevelure entre ses doigts tout en laissant s'échapper de mignons petits sons discrets de sa bouche. Puis, dans un élans incontrôlable un "c'est MERVEILLEUX" sortit du plus profond de sa gorge. Elle venait de jouir sous les assauts d'un homme pour la première fois. Elle se blottit contre moi, et s'endormit, profondément, avec un sourire radieux.

 

Je restais souriant le lendemain au réveil, très avenant. Mais au fond de moi, rien n'allait. Quel malheur... Nous rentrâmes, comme deux tourtereaux dans notre région natale. Quelques semaines passèrent, sans que nous n'ayons de rapports intimes, mais simplement en étant ensemble. Je lui faisais du bien, et elle me le rendait également.. Mais c'est justement tout cela qui m'arrachait le cœur... Puis, un jour, elle n'est pas venue à l'entraînement. Ses parents ne répondaient pas à mes appels (à l'époque pas de portable)... J'allais à son domicile. J'appris qu'elle n'était pas bien, que sa chimiothérapie avait débuté. Elle ne voulait recevoir personne. Même pas moi. Je compris alors qu'elle ne souhaitait pas que je la vois dans cet état. Je lui envoyais une lettre tous les jours. Sans jamais de réponse. J'avais des nouvelles via ses parents qui comprenaient que je ne pouvais pas rester sans savoir. Et puis...

 

"Tekki, sache que tu as été la meilleure chose qui lui soit arrivé dans toute sa vie. Elle t'aimait plus que tout... Merci de n'avoir rien lâché"

 

Tels furent les propos tenus par sa maman, le jour où j'appris qu'elle était parti pour le voyage dont on ne revient pas... C'est uniquement à ce moment là, lorsque je raccrochais, que je me suis accroupis et que j'ai laissé mes émotions me submerger, pour la première fois depuis des années.

 

Mes parents n'en surent rien de ma bouche, mais uniquement via le journal. Ils ont eu la décence de ne pas faire allusion à Julie, comprenant dans quel état d'esprit j'étais. PERSONNE ne devait voir mes faiblesses, celles que j'ai toujours réprimées au plus profond de mon être...

 

Aujourd'hui, je n'extériorise toujours pas mes émotions négatives, je ne les réprime pas non plus, je sais les gérer. Cela m'a permit de m'en sortir sans dégât irréversible de cette histoire. Ce fut là, l'expérience la plus douloureuse de ma vie, la plus éprouvante, mais elle m'a permis de me construire, et de toujours croquer la vie à pleine dent. Certes, il s'agit là d'un message bateau, mais, vivez comme des fous, de la manière la plus pure qui soit. Restez optimistes en toute circonstance, on vit, et cela, qu'une seule fois...

Tu as réussi à me faire pleurer  😭  😭  😭  😭  😭 

Ton histoire est très touchante et bouleversante.

Ça valait le coup de la découvrir. Je suis profondément touché, moi qui suis d'une nature sensible.

Merci de me l'avoir fait découvrir Tekki.

Edité : Il y a 3 mois 

GB, passionné de gros seins et de lactation, pour vous servir

RépondreQuote
Posté : 12/04/2018 10:07 Tekki et ricounet31 aiment
Tekki
(@tekki)
Level 1

Merci 😉

On ne subit pas la vie, on provoque chacun de ses instants.

RépondreQuote
Posté : 12/04/2018 10:11 GB_BoobsLover aime
GB_BoobsLover
(@gb_boobslover)
Level 7
Posté par: Tekki

Merci 😉

De rien 😉

GB, passionné de gros seins et de lactation, pour vous servir

RépondreQuote
Posté : 12/04/2018 10:24 Tekki aime
Legras
(@legras)
Level 6

C'est beau et bouleversant à la fois. Magnifique récit, j'en ai presque une larme à l'oeil.

RépondreQuote
Posté : 23/04/2018 10:22 GB_BoobsLover et Tekki aiment
Tekki
(@tekki)
Level 1

Merci!

 

On ne subit pas la vie, on provoque chacun de ses instants.

RépondreQuote
Posté : 23/04/2018 10:25
lamourette
(@lamourette)
Level 1

Ouf quoi ! 😮 Quels histoires de ouf ! 😮 Je suis tout à fait subjugué par une telle histoire véridique. C'est vraiment un récit super profond et très émotionnel... Tu as bien raison. Sois toi-même 😉

RépondreQuote
Posté : 25/04/2018 10:17 GB_BoobsLover et Tekki aiment
Freyja
(@freyja)
Level 6

Je me souviens de ce topic qui m'avait trop émue...

😊😊😊Mais "on ne vit qu'une fois" est surtout un petit rappel que le paradis c'est aujourd'hui !😊😊😊 j'aime beaucoup la chanson de Bigflo et Oli 

Vivons ce que nous avons à vivre au moment où cela se présente 😊 oeuvrons pour que demain soit aussi merveilleux qu'on le souhaite 😊 et acceptons les contre temps, les embûches ou les tuiles comme des mauvais moments à passer...

 

Edité : Il y a 2 mois 

Fan des one-shot, curieuse et aventureuse 😊

RépondreQuote
Posté : 05/05/2018 10:17 GB_BoobsLover et Tekki aiment
Tekki
(@tekki)
Level 1

Freyja,

Tu me crois ou pas, mais cette chanson me retourne aussi... Et elle me fait penser à Julie :/ Ça va faire 19ans bientôt... Profiter de tout le monde... Essayez de trouver le meilleur chez chacun de vos contacts... Je vous le jure, quel ne fut pas mon regret de ne pas m'être rapproché d'elle plus tôt... Même si cela n'aurait pas changé l'issu de cette histoire. Il n'y a pas un jour sans que je ne repense à elle. A chaque instant suspendu, à chaque silence, il y a un air de Julie qui plane, comme un délicat murmure qui raisonne dans mes tympans, celui là même qui ponctuait chacun des silences durant nos discussions. C'est cet assourdissant calme qui m'empêche de me concentrer lorsque je pense à elle... C'est justement cette injustice de la vie qui m'a fait prendre conscience qu'on avait pas le droit de se focaliser sur les soucis, mais uniquement sur la meilleur manière de les surmonter, toujours avec un optimiste que j'assume, sans jamais me dire que je n'irais pas au bout. Pourquoi? Parce que j'ai résister jusqu'à la fin pour elle, et aussi parceque j'ai fait un pacte avec mon âme : ne jamais abandonner mon humanité...

On ne subit pas la vie, on provoque chacun de ses instants.

RépondreQuote
Posté : 07/05/2018 4:44 GB_BoobsLover aime
Page 2 / 2 Retour
  
En travaux

S'il vous plait Connexion ou Inscription