Les Dunes de St-Palais m'ont donné Envies d'Elle  

Page 1 / 2 Suivant
  RSS
SquirtLand
(@squirt)
Level 1

Je L'ai rencontrée pour la 1ère fois dans un topic. Pour être franc, je n'avais aucunes arrières pensées coquines pour Elle. Je L'ai tout de suite trouvée sympa. Elle animait des soirées thématiques. Nous retrouvons parfois à poils et cela se concluait très souvent par des coulées de cyprine ou de giclées de sperme. Le lendemain, le topic était supprimé et on recommençait à nouveau. Les aufiens guettaient son petit bouton vert, signe de sa présence en ligne. Elle sait organisée des soirées thématiques. Elle, c'est tout simplement une Belle Douceur rousse.

Au fil de ses topics, je La suivais, comme on le fait sur des réseaux sociaux. Elle, c'était juste "The Place to be" ! Elle savait aussi bien être une participante qu'une organisatrice des soirées Aufiennes ! Il fallait être juste majeur pour y participer et croyez-moi, Elle sait détecter les mineurs-snappeurs!

Puis, un jour, à la sortie d'une journée de travail bien harassante, je L'ai croisée dans Les Dunes de St-Palais ! Comme une bouteille jetée à la mer et qui ne m'était pas destinée, je L'ai retrouvée. Aussitôt, Elle a su que c'était moi. Comme une évidence, nous sommes épris l'un de l'autre. Les Dunes de St-Palais souffrent encore des stigmates de nos ébats. Les Dunes de St-Palais furent le début d'une histoire qui se dessinait à notre insu!

Les soirées se furent de plus en plus rares Les Dunes de St-Palais n’étaient qu'un heureux bonheur éphémère qui engendra des Envies non personnalisées.

Ce soir-là, Elle avait juste besoin de tendresse. Ce soir-là, Elle avait juste besoin qu'on s'occupe d'Elle. Ce soir-là, j'étais là. Ce soir-là, je Lui ai fait couler un bain. Ce soir-là, j'ai pris soin d'Elle. Et ce soir-là, l’éphémère a laissé place de la passion. Je comblais ses points de suspensions, Elle comblait les miens. Je m’étais épris d’Elle au point que mes journées en étaient marquées. Une relation passionnelle prenait forme. Cette Belle douceur rousse me consommait, et moi je me consumais.

 

De la passion jaillit très souvent le déchirement. Nous nous sommes déchirés ! Nous nous sommes recousus au Grand Amour ! Tout un week-end coupé de tout ! Le Grand Amour fut le paroxysme de la passion. Nous y avons fait l’amour à l’image de la passion que nos corps éprouvaient l’un pour l’autre.

Macron avait nommé un 1er Ministre, nous l’avons su que le lundi ! A la sortie du Grand Amour, nous étions loin de nous imaginer ce qui devrait arriver ce soir même. J’en voulais plus et Elle, non ! Elle voulait juste vivre l’instant présent. Et pour Elle, cela rime avec le crédo carpe diem ! Point de sentiments avec Elle. Sans s’en rendre compte, les frontières d’Auf sont tombées les unes après les autres. Elle vivait l’instant présent. Cette Belle douceur rousse n’est pas la femme d’un seul homme. Telle est sa définition d’elle-même. Que nenni pour moi! Je me suis frotté, je m’y suis piqué ! Ce fut notre 1ère séparation !

Fou du cunni et de l'analingus en mode levrette

RépondreQuote
Posté : 24/07/2017 10:27
SquirtLand
(@squirt)
Level 1

Cette séparation n'a pas duré longtemps! Il était pour nous difficile d'être dans le même endroit et de ne rien pas s'adresser. Ni regards, ni sourires et ni mots ! Elle suffoquait, je me mourais.  Tout s’effondrait autour d’Elle. Ses certitudes, ses convictions et surtout ses critères volaient en éclat.

 

Selon Elle, je ne correspondais à rien de tout ça !

 

Selon Elle, j’avais brisé sa carapace,

 

Selon Elle, j’occupais trop son esprit,

 

Selon Elle, la fuite était sa seule échappatoire.

 

 Entre Elle et moi, point de sentiment amoureux, main bien Plus ! Ce Plus, je ne saurai vous l’expliquer. Ce plus, Elle ne saura vous l’expliquer ! Ce plus nous a simplement refait prendre contact au bout d’une semaine. Nous l’avons fait ….

 

 Ce Plus a engendré une relation passion ! Ils nous étaient devenus difficile de vivre l’un sans l’autre. Et pourtant, nous étions tous les 2 dans en couple. Elle, mariée ! Et moi, solidement ancré dans le mien !

 

 Comme une évidence, je lui avais remis les clés de mon appart. Elle tenait à la force que la Terre exerce sur nous. Elle tenait à cette pesanteur. Cette pesanteur qui lui permet de garder les pieds sur terre. De mon jeu de clés, elle ne pris que celle de la boîte aux lettres.

 

 Cette Belle rousseur douce passait désormais ses nuits avec moi. Cette Belle douceur rousse c’est celle que je désire (veux) tant ! Les nuits étaient toujours passionnées. Les réveils, très peu ! Car, j’endossais toujours le rôle du méchant. Elle voulait s’y attarder et moi, je pensais toujours boulot. Je la  suivais du regard jusqu’au seuil de la porte de la douche. Sa démarche m’envoutait. Ses courbures sont dignes des Dunes de St-Palais. Sa peau écarlate et ses cheveux de feu m’éblouissaient chaque matin. C’était devenu un rituel. Tous les matins, la même scène : Elle au seuil de la porte de la douche et moi, dans le lit, la regardant tout hébété et enivré de passion. 

 

 Elle lâchait  toujours cette phrase : « Squirt ! Que fais-tu ? Viens me rejoindre ! »

 

 Elle ne répétait jamais cette phrase…

 

 Je ne connaissais pas grand-chose de sa vie, de même Elle de la mienne. Par contre, Elle s’accommodait bien de la présence des photos de ma Femme chez moi. Elle avait bien conscience de sa place et de notre relation. Elle ne posait aucune question. Tout simplement parce que celle que je veux n’est pas la femme d’un seul homme. C’est ainsi qu’Elle se définit. Avec Elle, point d’Amour ! Que du sexe !

 

 Notre relation passion me consumait et Elle me consommait tant ! J’avais envie de plus. Ce Plus qui nous avait remis ensemble ne me satisfaisais plus. Le retour de ma Femme était proche.

 

 Je ne voulais rien cacher à ma Femme,

Je ne voulais pas fermer cette parenthèse enchantée avec Elle,

 

Je ne voulais pas Les perdre

 

 Une pensée égoïste m’entêtait…

 

 J’ai tout avoué à ma Femme. Tout ! Je lui ai parlé d’Elle ! Je lui ai parlé de cette pensée égoïste.

 

 Ma femme a mis un terme. Je n’ai plus eu de contacts avec Elle. Elle n’a plus eu de mes nouvelles. Ce fut la 2e séparation !

 

 Une angoisse !

 

Une torture !

 

Je ne maîtrisais plus rien !

 

Notre sort était à présent dans les mains de ma Femme….

 

 

Fou du cunni et de l'analingus en mode levrette

RépondreQuote
Posté : 28/07/2017 10:49
SquirtLand
(@squirt)
Level 1

Cette séparation fut une torture pour nous ! J’étais dans l’incertitude et le flou total ! Je tentais d’expliquer à ma Femme le sens de cette relation. Ma femme tentait de comprendre. Bien qu’elle commençait à comprendre, son véto perdurait !

« Envies n’est qu’une histoire d’envies ! Quand l’envie vous prend, mieux vaut avoir envie ! »

De Envies, nous sommes passés à en vie ! Eh oui ! Nous étions bien en vie !

Ma femme avait levé le véto ! J’étais content ! Ma Belle douceur rousse jubilait ! Nous recommencions nos étreintes. Mais, je voulais toujours et encore plus. Je souhaitais que la Passion se mêle à l’Avenir afin que le Désir devienne ce liant. Que nenni !!!!

Ma relation troublante avec ma Belle douceur rousse avait repris de plus belle. Nous continuions à nous délecter.

Je ne m’arrêtais pas de saouler à sa liqueur des Dieux ! Elle n’arrêtait pas de m’accueillir dans sa chapelle. Elle qui détestait le cunni, me laissait contre tout attente brouter son cresson. Elle adorait ma respiration sur son bouton d’or. Elle adorait le passage de ma langue sur son autoroute du désir. Autoroute qui reliait savoureusement sa grotte du désir à sa petite étoile !

Je ne suis jamais parti à la montagne en hiver, mais, grâce à cette Belle douceur rousse, je décrochais une étoile à chaque fois que son Mont Vénus se mettait en éruption…

Cette étoile,

Je ne la méritais qu’en levrette.

Cette étoile,

Je l’obtenais que par une cadence rythmée.

Pour cette étoile,

Il fallait une dose de sensualité et vitalité

 A ces gémissements, je compris enfin l’origine du tube « Vas-y Francky ! C’est bon !»

Je savais que je pouvais explorer d’autres sentiers avec Elle, mais je n’osais pas le lui proposer. En fait, pour dire vrai, nous parlions très peu ! Nos corps, enivrés par les effluves de nos liquides séminaux, avaient annihilé tout vocabulaire en nous. La parole s’échappait de nos bouches quand notre étreinte ne permettait pas des regards. Et même quand elle le permettait, j’exécutais un collé-serré avec sa bouche avec mes mains perdues dans ses cheveux de feu.

Je ne voulais pas dis ! Ma Belle douceur rousse est une mélomane ! La musique, Elle s’y connait ! A chacune de ses émotions correspond une chanson. Son univers musical est varié.

Une fois,

Elle m’a touché en plein cœur.

Cette fois,

Je suis resté béat !

Je ne m’y attendais pas ! Elle m’a sorti cette chanson :

                            Trêve de digression !!!! 

« Quand une envie vous entête, si vous ne partez pas vers elle, c’est elle qui viendra à vous ! »

Je continuais à vivre mes 2 idylles sans difficultés notoires, à part que ma Belle douceur respectait l’environnement de ma Femme. Et ma Femme, celui de ma Belle douceur rousse. Nos habitudes avaient changé. La force des événements a fait en sorte que je connaisse enfin chez Elle.

Un texto qui s’échappait de mon phone pour la prévenir que je ferai un tour chez Elle. Un autre, en guise de réponse, pour me donner l’adresse et me demandant d’apporter de quoi manger. Entre nous, il n’y avait point de repas fait maison. Nous préférions économiser nos forces pour nos ébats. Et que dire des que l’un ou l’autre ramenait ! Eh ben, ils étaient tout simplement à peine entamés.

Cette nuit-là, Elle m’avait accueilli à l’entrée de sa porte. Elle s’était magistralement préparait pour nous, comme une adolescente qui attendait son prince charmant pour le bal de fin d’année.

« Si je vous dis nuisette et tanga ! Que me dites-vous ? »

Cette 1ère nuit chez Elle, c’était digne du Grand Amour ! La cuisine s’est offerte à nous. La cuisine a été le lieu d’une chorégraphie sexuelle endiablée. Ca dégoulinait de partout. Ma Belle douceur n’arrêtait pas de produire ce breuvage des Dieux que j’aime tant. Elle qui est si mûre et moi, si vert ! Nous procurons tant de plaisirs sexuels. Ma Belle douceur rousse adore parcourir avec sa langue mon torse à poilu. Tel un ascenseur, elle descend délicatement de ma bouche jusqu’à ma bite à peine réveillée.

« Je ne vous l’ai pas dit ! Ma Belle douceur adore réveiller une bite endormie ! »

Une fois que mon menhir est dressé, il disparait sensuelle dans sa petite bouche toute humide et chaude. D’un geste décidé, Elle guide mes mains dans sa chevelure de feu. D’un coup sec, mon bassin se rapproche vigoureusement de son visage, ses mains posées sur mes fesses.

 « Je sais ! Vous me direz que c’est du déjà lu ! Mais, pour Ma Belle douceur rousse, c’est un rituel ! »

Pendant qu’Elle me lustrait la bite, son bassin versant dégoulinait ! Sur ma bite, je ressentais ses spasmes. Sur ma bite, je ressentais ces différents moments orgasmiques. De ses doigts, Elle récupérait la mouille qui s’en échappait pour lubrifier son étoile afin que je l’honore. Une fois prête, Elle se cambra sur la table, les mains écartant ses magnifiques dunes pour laisser apparaître cette jolie étoile.

-           Ma Belle douceur rousse : «  Squirt ! Baise-moi ! »

Je commençais toujours par slurper cette mouille qui dégoulinait de sa grotte et qui s’étalait sur l’autoroute du Plaisir jusqu’à l’entrée des Dieux !

Ce fut mémorable !

Ce fut excitant !

Ce jouissif !

 Nous y avons fait l’amour tant que nous le pouvions. Au milieu de la nuit, je suis parti. Je suis rentré chez moi. Mon appart était vide…

Fou du cunni et de l'analingus en mode levrette

RépondreQuote
Posté : 28/07/2017 2:25 Freyja aime
SquirtLand
(@squirt)
Level 1

 

« [..]Je suis rentré chez moi. Mon appart était vide… »

 

Il était bien vide, mon appart !

Mon appart n’était pas triste, lui

Ma femme s’accommodait des moments coquins. Elle avait aussi son appart. Nous sommes un de ce genre couple, où les 2 concubins ont chacun leurs nids douillets. L’appart de ma Femme lui servait plus pour des besoins pro. Ma Femme a besoin d’intimité pour faire opérer la magie.

 

« Quoique ….»

 

Ca faisait déjà un bon qu’Elle et moi, nous nous étions plus revus. Nous nous échangions des quelques textos par moment. Ce qui bizarre, est que cette période coïncidait avec la présence permanente de  ma Femme à chez.

 

« Ce que j’ai oublié de vous dire, c’est que ma Femme est tout simplement un Ange en swahili ! »

 

Ma Belle douceur rousse me rappelait par texto : « Squirt ! Je ne suis pas la femme d’un seul homme ! Quand je commence à perdre pieds, je m’en fuis ! T’inquiète pas pour moi, j’ai juste besoin d’un peu d’espace. J’ai juste besoin de me retrouver »

 

 Elle avait besoin de se retrouver, moi j’avais besoin de la consommer et de me consumer.

Elle est si mûre,

Moi, je suis si vert.

Elle s’éloigne,

Je panique.

 J’avais refait un tour à l’endroit où nous étions connus pour la première fois. Je l’ai vue en charmante compagnie. J’ai tout fait pour en savoir plus. Un bleu ! Moi, au moins je suis vert ! Un bleu dénommé JoSensuel lui tournait autour. Il s’était rapidement brûler les quelques duvets qui commençaient à sortir de lui. J’étais rassuré ! Ma Belle douceur rousse n’était pas en quête d’un nouvel homme quel que soit son degré de maturité. Par contre, Elle déteste les jeunots. Qu’importe pour moi ! Elle l’avait vite expédié en le prenant à la gorge !

 « Je vous l’avais dit ! Elle sait s’y prendre  pour éconduire les  jeunes pousses ! Par contre, vous ai-je dis que je lui avais fait une crise de jalousie avec un de ses collègues de bureau ? Dommage ! Le temps est court et l’urgence est imminente ! »

Me voilà à peine rassuré ! Par contre, je n’avais aucune certitude. Si ! Au moins une ! J’avais le fort sentiment qu’Elle avait trouvé une autre friandise.

 

« Tout homme confiant dans une relation, ne se transforme pas en détective privé ! »

 

Pourtant, je m’étais transformé déjà  en détective avec Elle !

 

« Eh oui ! Je vous le dis maintenant… Je l’avais, malgré moi, épiée pendant qu’Elle prenait une pause déjeuner avec ce collègue de bureau ! Ne me demandez pas la suite…»

 

 Je laissais donc le temps au temps. Mais ce temps, avait-il du temps à m’accorder pendant les temps qui couraient ?

Trêve de digression !!!!  Ceci n’est pas un roman, mais juste une période brève et très trépignante de ces 3 derniers mois.

 

« Tout vient à point nommé à celui qui sait attendre ! »

 

Ce temps m’avait finalement accordé le moment pour cette pensée égoïste ! Ce soir-là, j’étais seule à chez moi. L’Avenir, qui s’était ancré solidement à et en moi, me manquait. La Passion qui me consommait et me consumait me brûlait ardemment. Le Désir n’avait qu’une pensée égoïste de les lier.

 

Dans un moment d’égarement, ce texto sortait de mon phone :

 

SMS by Squirtland : «  »

 

Ce texto vide de mots mais pleins de sens, je l’avais envoyé. Ce moment d’égarement a eu effet papillon que même la pesanteur ne pouvait plus rien contre et sur moi.

 

A ma grande surprise (qui ne fut pas tant !), mon phone vriba 2 fois pour 1. Oui ! 2 notifications qui relayaient le même message :

SMS by Belle douceur rousse et Ma femme : «  J’arrive Squirt !»

Il était 22h !

Fou du cunni et de l'analingus en mode levrette

RépondreQuote
Posté : 28/07/2017 7:23
SquirtLand
(@squirt)
Level 1

22 h 30 ! Ma Femme débarqua la 1ère !

 

Elle me trouvait en stress ! Elle se doutait de mon état, mais ne posa aucune question. Pour s’occuper, elle décida de faire une quelque chose à manger. Mes mains étaient de plus en plus moites. Mon regard oscillait entre l’écran de mon phone et la porte. Cette chorégraphie de va-et-vient répétés de ma tête ne laissait pas insensible mon Ange. Ce qui l’amenait à me poser cette question :

 

-          Ma Femme : « Squirt ! Attends-tu quelqu’un ? »

 

Ces mots résonnaient en moi et m’assourdissaient tout en me tétanisant. Eh oui ! J’attendais bien quelqu’un d’autre. Et ce quelqu’un d’autre, Ma Femme s’en doutait de qui, il s’agissait.  Ce quelqu’un me mis dans un état de stress pas possible. Ce quelqu’un d’autre….

 

« Tout vient à point nommé à celui qui sait attendre ! »

 

J’avais attendu ! Mais ce moment ne venait pas à point nommé. Je ne maîtrisais plus rien. D’ailleurs, cela faisait bien longtemps que tout m’échappait.

 

« Ce que je vous ai pas dit ! Eh bien ! Voulez-vous vraiment le savoir ! Quoique ! Comment moi, le savais-je ? Chut….. !»

 

« Tout vient à point nommé à celui qui sait attendre ! »

 

La sonnette retentissait ! C’était la fin pour moi ! Ce que j’avais tant désiré secrètement était sur le point de m’achever. Je tentais précipitamment de rejoindre la porte.

 

-          Ma Femme : « Squirt ! Laisse, j’y vais ! »

 

Ma Femme y allait ! Et moi, je restai figé. Tout un pan de ma vie défilait !

 

[Je revis mes débuts avec l’Avenir ! Souvenez-vous ! Je vous l’ai dit ici ! Je vous ai brièvement exposé ma rencontre avec Ma Femme. Oui ! Ne sois pas hébété, comme tu l’es en ce moment. Oui ! C’est à toi que je parle. Oui ! Toi, qui me lis ! Allez ! Retourne voir dans le forum, si tu penses que mens !]

 

Cette digression m’a fait du bien ! Et vous ? Ok ! Ne vous fâchez pas ! Je m’y remets ! Accordez-moi, juste le temps de m’hydrater 😉

 

[Vous connaissez déjà comment j’ai rencontré la Passion ! Voire 1er post, en guise de rappel]

 

Cette digression m’a fait du bien ! Et vous ? Ok ! Ne vous fâchez pas ! Je m’y remets ! Accordez-moi, juste le temps de m’hydrater 😉

 

Où étais-je déjà ? Ah oui !!!!

 

Mes yeux accompagnaient les pas de Ma Femme jusqu’à la porte. Si je ne tenais pas à la vie, j’aurais déjà joué les Mike Brant ! Ah ! Ce Mike Brant ! Nous aurions eu un point commun. Lui, se défenestrant car ne pouvant plus supporter l’amour que ses fans lui portaient. Et moi, le faisant parce que mes amours prenaient à la gorge !

 

Ma Femme ouvrit la porte ! Une voix s’échappait de l’extérieur vers l’intérieur. Aucun doute !

 

Cette voix était la sienne,

Cette voix était ma Passion, Cette voix était ma Belle douceur rousse ! 

 

-          Belle douceur rousse: « Salut, Ma Chatte ! »

 

-          Ma Femme : « Bonsoir … »

 

A ces échanges de mots, je me transformais en un animal en sang froid. Impossible ! J’avais rêvé ! Certainement que mes pensées égoïstes me jouaient un tour …

 

Que nenni ! Les lèvres de ma Femme se posèrent sur celle de Ma Belle douceur rousse !

 

Ce baiser,

 

Il était complice !

 

Ce baiser,

 

Il avait une histoire !

 

Ce baiser,

 

Il n’avait rien d’anodin !

 

Ce baiser…

 

M’a tue!

 

 [Je vous l’avais dit ! Ca faisait un bail que je ne maîtrisais plus rien ! Qui croyait prendre a été pris ! Je n’étais plus ce liant qui devait arrimer la Passion à l’Avenir. Le Désir, que je représentais, était devenu la cible.]

Je ne ressentis plus mon corps. Ma respiration devenait de plus en plus lente. Je voyais trouble. Je ne Les distinguais plus.

 

A cet instant, je m’évanouissais ….

 

 

Fou du cunni et de l'analingus en mode levrette

RépondreQuote
Posté : 28/07/2017 8:29 Freyja aime
SquirtLand
(@squirt)
Level 1

[A cet instant, je m’évanouissais …]

J’ai passé au moins 1h dans les vap’ ! Je revins timidement à la réalité. Ma Femme et Belle douceur rousse se trouvaient au-dessus de moi. Je n’y croyais pas ! Certainement qu’Elles s’étaient rassurées de mon état. Mais, à ce que je vis, je doutais !

Ma Femme s’amourachait avec ma Belle Douceur rousse. La Passion brûlait de désir pour l’Avenir. Pendant ce temps-là, le Désir était en arrêt ! Mieux, il était là, mais porté disparu.

Toujours dans les vap’ et scotché par ce spectacle, je tentais tant bien que mal de m’extirper de cet état second.  Mes pensées égoïstes quittaient le virtuel pour ce monde réel. Il ne tenait enfin qu’à moi d’y participer. Mais, j’étais trop faible. Je discernais à peine ces deux langues qui s’entremêlèrent pour se démêler afin de s’entremêler de nouveau.  

Dans le creux de la vague, j’y étais !

Le déferlement des vagues m’emportèrent.

Tout n’était que perception floutée,

Tout n’était que mirage !

Ma Femme s’adonnait à la Passion,

Ma Belle douceur rousse fondait sur l’Avenir.

Mon esprit n’avait d’yeux que pour Elles,

Mes yeux s’accrochaient à mon esprit.

 J’émergeais péniblement de ce néant qui m’avait accueilli afin de me protéger de la transposition dans le réel de mes pensées égoïstes.

« A trop vouloir s’approcher du soleil, Icare s’est brûlé ! A trop vouloir encore plus, tel Icare, la quête du PC3 m’a consumé »

[Ça, vous le savez déjà ! Cela ne vient pas de moi ! Connaissez-vous bien le forum ? Attention ! Les apparences peuvent être trompeuses. Êtes-vous sûr que vous connaissez bien les Annanautes ou les Sensuels Mondains (tels que j’aime nous appeler) ?  Savez-vous comment Anna procède pour peupler Monde Sensuel ? Chuuuuut .. !]

-          Ma Femme et Ma Belle douceur rousse  (en chœur) : « Squirt ! Que fais-tu ? Rejoins-nous ! »

[Je sais ! La réplique du haut fait cliché. Mais souffrez de la lire ! C’est moi le narrateur. Alors, à ma guise ! 😉 ]

Leurs 2 mains cherchaient à s’étreindre avec l’une et l’autre des miennes pour me relever.  Pris en sandwich, je me laissais sexuellement allé….

[Eh, les coquins ! What did you expected ? Si vous voulez de l’érotico-hot, allez-y sur http://mondesensuel.fr/category/recit/  ! Ne t’inquiète pas Anna ! Point de pub gratuite pour d’autres sites ;)]

Fou du cunni et de l'analingus en mode levrette

RépondreQuote
Posté : 29/07/2017 3:56 Freyja aime
SquirtLand
(@squirt)
Level 1

[Il est temps de mettre un terme à ce récit ! Qu’en pensez-vous ? Moi, je n’ai pas le choix ! N’est-ce pas toi, qui me lis attentivement ? Coquin(e) !]

Le réveil a été doux ! Nous avons passé la nuit imbriqués les uns contre les autres au fond du creux du bassin. Mon statut de liant, je l’avais perdu sans même l’avoir. Ma femme se trouvait prise en sandwich. Nous étions en triple 9 !

[Connaissez-vous le triple 9 ? Aux USA, c’est un code en cas de flic abattu lors d’une opération. Il suffit d’appeler et de prononcer « triple 9 » pour que des renforts débarquent.  Voyez-vous veux-je en venir ? Je ne crois pas ! Même moi, je crois que je raconte une grosse connerie là !]

Le corps de Ma Femme faisait écran entre Ma Belle douceur rousse et moi. Ce jour-là, j’avais constaté qu’Elle appréciait dormir en tête-à-tête les 2. Quant à Ma Femme, la position du 99 est sa favorite pour se laisser emporter par Morphée grâce à la complicité de mes caresses sur son corps.

La journée s’est passée normalement. Aucun débrief de notre part. En clair, dans cette configuration, les questions ne pouvaient que venir de moi. Je préférais les enterrer et suivre le cours du trio. Ce trio égoïste tant souhaité s’accomplissait de lui-même.

3 semaines passèrent et plus rien ! J’échangeais tout avec Ma Belle douceur afin de prendre de ses nouvelles. Ce trio nous avait délié la parole. Quant à Ma Femme, plus rien ! Eh oui ! Que dalle ! Plus de sexe ! Vraiment plus rien ! Cela ne m’inquiétait pats trop outre mesure.  Par contre, j’avais remarqué depuis peu quelques suçons par là et quelques tâches de rouges à lèvres par là. Je me doutais bien que cela ne venait pas d’un homme. Quoique ! (Généralisation des Ladies boyz tout azimut ! 😉 )

Nous étions vendredi ! Un mois déjà après cette fameuse nuit. J’étais submergé par de nombreux doutes. Le sexe avait disparu de notre quotidien entre Ma Femme et moi. Ma Belle douceur rousse, selon ses dires, étaient overbookée. Pourtant, son parfum me berçait au quotidien. Il était temps ! Ma libido me rendait nerveux. Mes bourses étaient vraiment pleines. Certaines nuits, sans au lien direct, je souriais dans mon sommeil. Et le matin, une tâche blanchâtre me tatouait le bassin.

[Au fait ! C’est aux dires de Ma Femme, que je souriais de temps en temps au milieu de la nuit. Ce que je vous ai  pas dit, c’est que Ma femme est une couche tôt mais une dors tard !]

Ma libido me rendait de plus en plus nerveux et j’ai craqué :

-          Moi : « Chérie, j’ai envie de toi ! »

Ma demande était hésitante, j’en étais peu fière !

-          Ma Femme : « Squirt ! je sais ! Je m’occuperai de toi demain. Ce soir,je suis un peu fatiguée. Sois en forme demain, toi ! »

Sa réponse était franche et sincère. Tout de même, j’étais déçue.  Je m’endormis de nouveau frustré…

Fou du cunni et de l'analingus en mode levrette

RépondreQuote
Posté : 29/07/2017 5:51 Freyja aime
SquirtLand
(@squirt)
Level 1

Ce matin-là, je m’étais réveillé de bonheur. Les beaux jours arrivaient. Le doux parfum du printemps, avec ses odeurs colorées, laissait subtilement place à l’été, avec ses odeurs plus suggestives. J’étais parti perdre  plus de mille non loin ici et là-bas. Après avoir pris une tasse de thé  et papoté avec les habitués du Café, jouxtant l’immeuble de mon appart, je décidais de rentré. Je n’avais pas vu le temps passé. Il était déjà midi ! Je regardais expressément mon phone, il n’y avait aucune notification en vue. Rien d’inquiétant ! Juste en apparence. Mais au fond, je me sentais de plus en plus délaissé par Ma Femme et Ma Belle douceur rousse.

Je franchissais le seuil de mon appartement. Ma  Femme n’y était pas. Certainement, elle avait également eu envie de prendre l’air. Je m’étais assoupi pendant 3 h de temps. La brise estivale m’avait emporté dans une sieste réparatrice. J’émergeais tout doucement à la réalité. Soudain, une vibration sur ma cuisse retint mon attention. C’était un texto :

SMS by Ma Belle douceur rousse : « Coucou Squirt ! Tu m’as beaucoup. Ça te dirait de passer à chez moi ? »

J’étais aux anges. Enfin ! Elle avait une pensée pour moi. Et cette pensée, je l’avais également pensée. Je répondais avec empressement :

SMS by Squirt : « Coucou Cheveux de feu ! Ton texto me fais du bien. J’arrive ! Aurais-je droit à une étoile ?»

SMS by Ma Belle douceur rousse : « Tout ne dépend que toi, Squirt, Chéri! Tu pourras même en décrocher 2. Prends ton temps ! Car si le corps t’en dit, la nuit sera nôtre si tu le désires. J’ai faim de toi 😉 »

SMS by Squirt : « Avec joie ! Tu sais bien que les nuits chez toi sont mémorables. Ta liqueur me manque 😉 »

Ce dernier SMS m’avait fait baver. Ma Belle douceur rousse me proposait une nuit. Je m’apprêtais sans trop perdre du temps !

[Au fait ! Suivez-vous vraiment l’actualité du forum ? Des indices ont été disséminés ici et là dans divers topics]

Il m’avait juste fallu 1h30  pour rejoindre les portes du paradis. Il me tardait de m’agenouiller au seuil de cette chapelle et d’y communier non pas avec du vin de messe mais avec de la liqueur des Dieux.  

Les portes avaient été gentiment  laissé ouvertes moi. A un moment donné, j’eus l’impression qu’un scénario se laissait découvrit à moi. A l’intérieur, tout était calme. Soigneusement rangé. Il y respirait une agréable odeur. Certainement que j’étais déjà enivré par les effluves que mon esprit portait à mes narine.

Il était à peine 17h ! Je ne voulais pas déranger. Du coup, je me dirigeais vers le jardin. A cet instant, il me semblait que Ma Belle douceur rousse n’avait pas terminé ses préparatifs.

[Ah ! C’est vrai ! Je vous l’ai pas dit au préalablement, parce moi-même, je ne l’ai su qu’à cet instant. Souvenez-vous ! Je connais l’endroit, mais que de nuit ! Ce jour-là, c’était ma 2e visite chez Elle, et je découvrais son jardin. Désolé ! Pas le temps de m’y étendre. Sachez juste, qu’il est assez spacieux et discret ;)]

Comme une évidence, je me laissais attirer par son jardin. Je voulais m’y abandonner, déstresser et profiter de ses subtiles à la fois si odeurs colorées et si suggestives. Alors, d’un pas plus prononcé que le précédent, j’atteignais avec hâte ce havre de paix.

Ce qui se présentait à mes yeux me scotchait littéralement et physiquement...

Elles étaient là …A cet instant, j’eus compris l’origine de ces odeurs à la fois si odeurs colorées et si suggestives.

[Rappel : Si vous voulez de l’érotico-hot, allez-y sur http://mondesensuel.fr/category/recit/  !]

Fou du cunni et de l'analingus en mode levrette

RépondreQuote
Posté : 29/07/2017 8:18 Freyja aime
SquirtLand
(@squirt)
Level 1

[Elles étaient là …]

 

Oui ! Elles étaient là ! Enfin ! Je n’apercevais que la moitié de leurs corps respectifs. Elles étaient acrobatiquement installées dans un confortable transat. Elles s’offraient l’une à l’autre en 69.

 

-          Ma Belle douceur rousse : « Hé ! Squirt Tu as mis tu temps enfin ! Allez, ne fais pas ton timide. Joins-toi à nous ! »

 

Les mots de la veille de Ma Femme résonnaient en moi : « [...] Je m’occuperai de toi demain […] Sois en forme demain, toi ! »

 

 Elles avaient pris goût l’une de l’autre. Moi, ce liant qui n’avait jamais pu l’être, j’étais devenu la groseille sur le gâteau. Mieux, j’étais devenu ce fameux Jack le Rabitt, mais en hybride humanoïde.

 

Le SMS de  Ma Belle douceur rousse résonnait également en moi : « Tout ne dépend que toi, Squirt, Chéri! Tu pourras même en décrocher 2 »

 

Elles avaient pris goût l’une de l’autre, comme 2 vierges découvrant les plaisirs coquins féminins. Moi, qui en étais l’auteur de ces pensées égoïstes, j’étais devenu leur jewell. Autrement dit, le Rosebud de leurs dunes.

 

Tout comme la dernière fois, je ne me faisais pas prier ! Je les rejoignis, les deux bourses collées 😉 !

 

J’étais auprès d’Elles telle une groseille, tenue par son pédoncule, sera introduite sensuellement dans une bouche suave pour être délicatement croquée. Au préalable, Ma Femme et Ma Belle douceur rousse changèrent la position du transat du mode BZ en L. En chœur, Elles m’y allongèrent et me dévêtirent. Elles m’avaient à peine touché que je bavais déjà de ma bite !

 

[Euh….! N’avez-vous pas l’impression que cela va dégénérer vers de l’érotico-hot ? L’extrait non censuré est  à retrouver dans http://mondesensuel.fr/category/recit/  ]

 

Un frisson parcourait mon corps. A cet instant, je me rendis compte que j’étais tout nu !

 

[Hey, Freyja ! Que fais-tu dans http://mondesensuel.fr/category/recit/  ? C’est ici que ça se passe ! Je te l’ai déjà dit, tu friseras une crampe du clito et des lèvres ! Sans oublier celle des phalanges index-majeur 😉 . Vous la connaissez déjà celle-là ! C’est une vraie coquine ! Restez tard sur le forum, et vous (H comme F)  ne le regretterez pas ! ]

 

Je me retrouvais ainsi dans une position peu confortable mais très envieuse. D’une part, mes jambes étaient séparées de l’une de l’autre par Ma Belle douceur rousse.  D’autre part, mon visage butait contre le bassin de Ma Femme. J’étais pris au piège. A chaque va-et-vient des caresses sur ma bite, mon visage se surélevait et ma langue farfouillait le Mt Fendu de Ma Femme.  

 

Au sud, Ma Belle douceur rousse s’activait :

 

Ses mains s'étaient posées sur mes tétons qui bandaient sous ses caresses. 
Sa langue ne manquait pas alors l'occasion de les lécher, ses lèvres les titiller. 
Je gémissais de désir, de plaisir et tout en caressant les fesses de Ma Femme. Sa bouche continuait son ascension vers la partie de ses convoitises qui s’excitait déjà à l'idée de ce qui l'attendait. Elle s’'amusais à le caresser, ce sexe si fier, avec ses seins lourds et généreux. Elle faisais en sorte de le maintenir entre ses deux nichons, bien serrés et collés  pour sentir l'étroitesse de ce passage doux et chaud, et son corps naturellement faisait des mouvements de va-et-vient comme les vagues vont et viennent sur la plage. ..
Sa bouche gourmande et envieuse n'avait pas tardé à se poser sur mon gland mouillé de mon Kirikou.
Sa langue s'était appliquée à le lécher telle une chatte qui lécherait son petit chaton. Je sentais les tensions de ses muscles zygomatiques. Ses mains se faisaient plus pressantes dans mes cheveux. 
Ses lèvres l’embrassaient avant de le faire glisser entre elle. 
Mon Kirikou se tenait si sage sous ses caresses et Elle prenait un malin plaisir à le lécher puis le sucer, tantôt doucement tantôt énergiquement.  Sa petite bouche chaude et humide

Aimait à l'enserrer pour mieux le prendre. Ses lèvres s'appliquaient alors à alterner des va- et-vient. Ses mains sur mes cuisses accompagnaient ses mouvements. 
Ses doigts caressaient mes couilles et sa bouche ne résistait pas au plaisir de les lécher à leur tour. Ma faible pilosité soyeuse imprégnait son visage de son odeur aphrodisiaque.
Instinctivement sa langue lapait ma raie... ce qui ne manquait pas de me faire fondre de plaisir et de m'exciter encore plus.
Je  murmurerais son prénom. 
Sa langue titillait mon petit trou tandis que ses mains caressaient mes boules et ma queue frémissante. 
Ce moment dura une éternité. Sa chapelle des Dieux tout aussi excitée, mouillée de désir, se frottait contre le dessus de mon pied qui épousait parfaitement sa vulve…

Fou du cunni et de l'analingus en mode levrette

RépondreQuote
Posté : 29/07/2017 10:09 Freyja aime
SquirtLand
(@squirt)
Level 1

Au nord, je m’activais :

De peur de manquer d’air, j’ajustais idéalement mon visage sous le Mt Fendu de Ma Femme. Je relevais à peine ses jambes. Elle les fléchissait afin de mieux m’offrir son vagin et sa petite étoile. Cette irrésistible vue me mettais raffermissait Kirikou, au grand bonheur de l’hémisphère sud ! Ma langue, toute tendue, remontait passionnellement sa raie, de son anus à sa vulve. Elle frissonnait. Elle appréciait les va-et-vient de ma langue sur ses orifices de Pandore. A ses gémissements, j’eus compris que Ma Femme se caressait ses généreux seins arrondis, certainement surplombés par des tétons fermes et pointant. Sa main, lovée autour de l’un d’eux, offrait à sa sensuelle langue ce charmant téton. Je m’exécutais toujours avec tant de passion. Elle savourait. Je fourrais ainsi ma langue dans son anus.


- Ma Femme : « Oh ! Oui ! Squirt, continue !»

Je la sodomisais avec ma langue. Elle gémissait de plus en plus. Elle se titillait le clito, qui émergeait de plus en plus de son bouton d’or. Je rythmais de plus en plus cette sodomie. Elle s’agitait de plus en plus. Et là ! Tel un bateau ivre, Ma Femme se laissait submerger par des flots qui jaillissaient en Elle.

- Ma Femme : « Oh ! Squirt !  Ça vient !»
  

Tel un ivrogne, j’ouvrais grandement ma bouche en contre-bas pour tout recueillir.

- Moi : « Hummm ! J’adore cette pointe de salé, tu sais ! »

Je me délectais de ne ce nectar de jouissance. Je slurpais sa chatte afin de tout recueillir.

- Ma Femme : « Squirt, mon clito clignote !»

Son clito devenait de plus en plus proéminent. Il était tout tendu. Je m’approchais de lui. J’expirais sur lui, de l’air avec ma bouche. Ma Femme tressaillait ! Comme un téton, je le suçotais. J’alternais la rythmique : soit délicatement ou vigoureusement. Le tout, avec deux doigts dans son vagin à la fois chaud et humide. Ma Femme n’arrêtait pas d’en produire. Moi, je continuais de m’abreuver de ce magnifique nectar.

Fou du cunni et de l'analingus en mode levrette

RépondreQuote
Posté : 29/07/2017 10:39 Freyja aime
Freyja
(@freyja)
Level 6

Lol 🤗🤗🤗 jouissif 😊

Fan des one-shot, curieuse et aventureuse 😊

RépondreQuote
Posté : 29/07/2017 10:42
SquirtLand
(@squirt)
Level 1

« La naissance de La Tour Eiffel »

Je sentais que mon pied était de plus trempé. Soudain, une voix susurrante venue du Sud flirtait à mon ouïe :  

- Ma Belle douceur rousse : « Squirt ! J’ai envie… »
- Moi : « Dis-moi, belle douceur rousse ! »
- Ma Belle douceur rousse : « …de me dandiner sur toi !»
         - Moi : « Vas-y ! Je suis tout à toi !  »

Je lui offrais ma bite, afin qu’il soit son siège. Mes bras se tendirent vers elle, pour qu’ils soient son cordage.

- Moi : « Balance-toi ..! »

Une fois son équilibre trouvé et le cadence bien rythmée, Ma Belle douceur rousse offrait ses bras à Ma Femme. Les 2 basculèrent l’une vers l’autre pour recréer ce magnifique monument : La Tour Eiffel.

Nous exaltions de plaisirs. Pendant que Kirikou jouait les spéléologues dans les profondeurs de la chapelle des Dieux, toute humide, de Ma Belle douceur rousse, à l’autre extrémité, ma langue, toute raide également, parcourait les abysses vaginaux de Ma Femme.

[Et si je vous dis tanga ? Que me répondez-vous ? ]

Fou du cunni et de l'analingus en mode levrette

RépondreQuote
Posté : 30/07/2017 12:07
SquirtLand
(@squirt)
Level 1

Au Nord, cette phrase retentissait de nouveau :

 

- Ma Femme : « Squirt, mon clito clignote !»

J’eus cette fois que Ma Femme voulait également se faire explorer par Kirikou.

- Ma Femme : « Squirt ! Je veux prendre mes jambes à mon coup ! »

 

Je ne connais rien à cette allusion, d’autant plus que j’étais submergé par de vagues de spasmes. Pendant, ce temps-là, Ma Belle douceur rousse hurlait de plaisir. Les spasmes que je ressentais résultaient de ces multiples orgasmes.

[Encore une chose que je vous ai pas dite ! Ma Belle douceur rousse est une multi orgasmiques.  Y comprenez quelque chose ? En fait, si Elle avait été un homme, Elle serait qualifiée tout simplement d’éjaculateur précoce. Avez-déjà rencontré de telles femmes ? Moi, c’était la 1ère du genre et l’Unique ! Revenons à la demande de Ma Femme…]

- Moi : « Je suis en forme, Chérie ! Alors, je suis à toi… »

 

J’étais tétanisé par cette phrase. Il n’y avait pas de temps à consacre aux interrogations.  Après plus de 30 min de confessions intimes, Ma Belle douceur rousse laissait enfin sortir le petit Kirikou de sa chapelle des Dieux. Il  était tout luisant. Il était recouvert d’eau bénite.

Ma Femme s’approchait de lui et, langoureusement, Elle lui lapait le visage. Les coups de langue sur mon gland me faisaient frissonner.

Sur ordre de Ma Femme, seule la partie supérieure de mos reposait sur le transat. Je surélevais alors mes fesses de ce dernier. Soutenue par la force de mes bras, Ma Femme s’empalait magistralement sur moi. Ses jambes, étendues sur mon torse, se placèrent de part et d’autre de mon cou. Elle également se maintenait en suspension à l’aide de ses bras. Avec  moi, Ma Femme formait un angle de 120 °C afin de favoriser ma raideur et surtout une profonde pénétration. Ma Belle douceur rousse vint s’asseoir également sur mon visage.

[Avez-déjà fait un cunni à une multi orgasmiques ? Je ne préfère pas vous spoiler cette expérience inédite et Unique]

 

Ma Belle douceur rousse m’enivrait de sa liqueur Unique. Je laissais échapper un rot. Elle libérait ma tête de son entrecuisse afin que les jambes de Ma Femme viennent se nouer autour de mon cou. Ma bite s’y plaisait en Elle. Ma Femme s’épanouissait dessus. Son bassin commençait à tournoyer sensuellement sur le bien. Ses mouvements de rotations caressaient également mes couilles. C’était bon ! C’était divin ! C’était tout simplement sexuel ! Ma Femme se sublimait sur moi. Je ne l’avais jamais vue ainsi. Elle me dominait sensuellement et passionnellement. Elle gérait parfaitement le rythme. Ma Femme le savait. Raison pour laquelle elle rythmait. Un pur mélange de sensualité et plaisir enivrant.
Elle basculait la tête en arrière, laissant ainsi Ma Belle douceur rousse la lécher convenablement le ventre et les seins

Un gémissement traversait tout mon corps. Ma Belle douceur rousse avait une énième fois joui. Sa semence s’écoulait du coin de ma bouche, tellement Elle en avait produit. Pendant ce temps, Ma femme avait accéléré la cadence…..

Fou du cunni et de l'analingus en mode levrette

RépondreQuote
Posté : 30/07/2017 1:44
SquirtLand
(@squirt)
Level 1

« Tel est pris qui croyait prendre »

 

 J’étais entre 2 corps. Je m’efforçais de m’hydrater sans modération à tel point que j’avalais de travers. Risquant parfois l’étouffement, ce m’importait peu ! Il fallait que je le pour tenir la distance.

Nos corps tout entier vibraient aux rythmes qu'imposaient nos désirs. Nous étions guidés par cette envie de jouir,  de tout lâcher, de nous laisser envahir, déborder et inonder par une jouissance commune.

Mon corps ne m’appartenait plus. Il était à leur merci. Pendant ces étreintes dantesques, j’étais devenu ce liant. J’étais cette base dans laquelle Ma Femme et Ma Belle douceur rousse étaient ancrées. A l’image d’un fil de soie, Elles étaient ancrées solidement à moi, l’une par la langue et l’autre par mon vaillant Kirikou. Je frissonnais de partout. La Tour Eiffel était solidement ancrée sur ce transat.  

 Les ondes spasmiques me traversaient du Nord au Sud et percutèrent au niveau de mon point G(ravité). Mon nombril se chargeait de renvoyer ses ondes orgasmiques en sens contraire. Ces dernières se concentrèrent alors respectivement dans mon cou et dans mes couilles. Machinalement, ma pomme d’Adam oscillait sans arrêt dans mon cou. Quant à mes bourses, elles transformèrent l’énergie reçue afin de catalyser la production de lait-humanisé, dont mes  très  Laitières ne s’entêteraient pas ni à le pasteuriser, ni à l’empoter pour s’en délecter avec gourmandise.

Nous formions plus qu'un, obnubilés par l'orgasme qui allait nous submerger. Sans contrôle et tel un geyser islandais, un jet laiteux et chaud percutait la partie le fond du vagin de Ma Femme. Elle hurlait de plaisir et recrachait. Ma Belle douceur rousse se penchait délicatement afin de recueillir cet éjaculat. Nos langues se mêlèrent à celle de Ma Belle douceur rousse afin de communier.

J’étais vidé…

Fou du cunni et de l'analingus en mode levrette

RépondreQuote
Posté : 30/07/2017 10:38
SquirtLand
(@squirt)
Level 1

« La dernière étoile ! »

 Ma Femme et Ma Belle douceur rousse m’offraient  l’Extra dans l’Ordinaire !

- Ma Femme : « Allez Squirt ! Il est tant que tu la décroche cette étoile ! Tu as été prévenu ! J’espère que tu l’es ? »

Ma Femme positionnait Ma Belle douceur rousse en levrette. De ses mains, Elle écartait les Dunes de ma Passion.

- Ma Femme : « Allez Squirt ! Ne sois pas timide ! Viens ! Elle t’attend ! »

 

Ma Femme prenait plaisir à me l’offrir ! C’était tout simplement délicieux ! Elles étaient étonnantes et très surprenantes.

La chapelle de Ma Belle douceur rousse dégoulinait. J’en recueillais de nouveau afin de ne pas risquer la déshydratation.

Elles m’avaient tellement dominé.

Elles m’avaient tout simplement vidé

Je risquais de ne pas tenir la distance.

 

Il m’en fallait encore et encore de celle liqueur des Dieux. Tel un chat, ma langue venait laper langoureusement sa chatte. L’image la position était à la fois sexy et sensuelle. Ses jambes étaient fléchies au-dessus de ma tête. J’honorais admirablement sa chatte et son étoile au doux parfum si marqué. Ma Belle Douceur rousse appréciait ce coït.

 

-         Ma Belle douceur rousse: « Mon beau ! Veux-tu bien honorer mon anus ?»

Je La prenais par les hanches et ramenait vers le bas du lit. Accroupi, en contre-bas du lit,

Cette phrase résonnait magistralement dans mon être. Je réajustais son bassin à 90 °C ! Mon sexe se dressait tel un menhir !  Je m’activais à dilater son anus. Ma langue laissait place à 1, puis 2 et enfin 3 doigts dans son anus. Ca y est ! Il était dilaté ! Prêt à me recevoir. Ma Femme m’embrassait langoureusement. Elle cracha sur Kirikou  et le massait de sa salive. Elle en fit de même sur le croupon de Ma Belle douceur rousse.

 

Nous étions prêts! Prêts à  pousser pour tirer !

Je me relevais pour ce nouveau round. Ma bite se retrouvait au seuil de son étoile. Mon gland tutoyait  l’étoile du désir. Mon sexe s’engouffrait délicieusement en Elle. Ca y est !  J’y étais ! Je ressentais sur ma bite ses contractions. Ses magnifiques obus étaient encore pointés vers bas. Ma Femme ne manquait pas l’occasion de les lécher savoureusement. Puis, Elle s’installa en dessous de Ma Belle douceur rousse pour apaiser la dilation des portes de sa chapelle des Dieux. Ma Belle douceur rousse me regardait sexuellement !

« Elle est si belle !» Me disais-je.

Elle tournoyait de nouveau son bassin, comme pour se visser sur ma bite. Ma Belle douceur rousse contrôlait, par des mouvements vers le haut et le bas, la pénétration. Son ventre se détendait et laissait venir des sons profonds et voluptueux que sa voix mettait en exergue.

Elles m’offraient de l’Extra
Un divin Ordinaire !

Nos mouvements, saccadés au début, s’accordaient par la suite.
Pourtant en position dominante, je me laissais guider jusqu’à l’éjaculation finale.

 

 

Fou du cunni et de l'analingus en mode levrette

RépondreQuote
Posté : 30/07/2017 11:24
Page 1 / 2 Suivant
  
En travaux

S'il vous plait Connexion ou Inscription