La sieste du dimanche après-midi ou la découverte du chapelet  

  RSS

Stef
 Stef
Passionné(e) de Sexe
Rejoins:depuis 8 mois 
Posts: 429
23 janvier 2017 18 h 38 min  

Dans notre couple, c’est moi qui propose d’essayer de nouvelles choses, nous en discutons ensemble avec D. et sans qu’elle ne sache vraiment quoi et quand, au moment opportun je lui fais une surprise en sortant de notre sexbox une nouveauté !!

Ce jour-là, il s’agissait d’un chapelet ! Tout beau, tout doux, tout rose, tout en silicone!  Voilà comment cela s’est passé !!

 

Ce dimanche matin de juin, nous étions décidés à mettre à jour notre jardin : tonte, arrachage des mauvaises herbes, nettoyage des plates-bandes… Il faisait déjà très chaud sur Toulouse, D. s’était habillée avec un tout petit, tout court short en jean et un tout petit débardeur. Je devinais qu’elle n’avait pas de soutif et quand je le lui faisais remarqué elle m’a répondue qu’elle était mieux sans !! La vue de ses bottes de jardinage en caoutchouc verts a finie de rincer mes espoirs d’une quelconque allusion sexuelle… Au bout d’un moment, nous rigolions tout les deux, nous lançant des petites piques gentilles, des sourires, échangeant des bisous chaque fois que nous nous croisions… Finissant de jardiner, nous étions pleins de sueur et cela faisait coller nos tee-shirts à la peau, malgré la chaleur, je ne sais si c’est la petit brise qui soufflait sur son corps mouillée, mais ses petits têtons étaient à ce moment là tout durs et je ne résistais pas à l’envie de les caresser.

Pas vraiment très propre, D. préféra s’éclipser pour aller prendre une douche. Pour moi c’était la douche froide si je puis dire ! A son retour, elle me proposa d’aller à mon tour me faire tout beau pendant qu’elle nous préparait une salade !

Pendant le repas, la discussion tourna assez rapidement sur notre envie commune d’aller faire une petite sieste… Nous adorons ces petites siestes du dimanche après-midi, très souvent crapuleuses…

 

Nous nous retrouvons donc allongés tout deux sur notre lit profitant pleinement du soleil qui vient chauffer nos corps à travers la fenêtre. Nos esprits sont déjà assez bouillants et nous commençons doucement à nous rapprocher.

Face à D. qui m’invite à l’embrasser, je laisse mes mains courir sur son corps dénudés. La lumière du soleil se reflétant sur peau douce et soyeuse, mettant en valeur ses longues et fines jambes, ses fesses parfaites et ses hanches… Je pose un doigt sur ses pieds et le fait tout doucement remonter le long de ses jambes, les effleurant à peine, créant chez elle un léger frisson qui suit le trajet emprunter ma main… Sa respiration commence doucement à s’accélérer trahissant son envie d’aller plus loin, je prends un malin plaisir à la faire languir, m’attardant un petit peu sur ses fesses avant de remonter vers le creux de ses reins. Je me régale à la vue de son corps qui se cambre langoureusement au passage de mon doigt qui glisse le long de sa colonne vertébrale. Arriver sur sa nuque, j’empoigne ses cheveux et lui fait pencher la tête en arrière pour qu’elle puisse m’offrir sa poitrine. Je plonge littéralement vers ses petits têtons tout durs qui m’appellent et que je viens suçoter langoureusement. Elle a senti que j’étais moi-même excité et sans plus de préliminaires D. a pris en main mon sexe devenu bien dur. Pendant qu’elle me branle je redescend vers son entrejambe et fais glisser mon index entre ses lévres que je sens déjà bien humide. Nos langues ne se quittent plus, elle me branle plus frénétiquement à mesure que je vais et viens avec mes doigts dans son minou qui dégouline d’excitation.

Lorsqu’elle relâche mon sexe, elle se recule pour mieux me regarder et fais remonter sa main vers sa bouche, la porte à ses lévres et léche lentement les gouttes d’excitation qui ont perlées de mon gland. Ses yeux brillent de plaisir à me voir si excité par son petit jeu.

C’est alors que je lui demande si elle me fait confiance ?  Son regard change, j’y lis de l’interrogation, mais aussi de l’étonnement et surtout de l’excitation.

 

Depuis que l’on se fréquente elle sait très bien ce que cela signifie dans nos jeux sexuels : c’est le signal que j’utilise pour m’assurer qu’elle soit prête à m’accompagner au delà de nos frontières habituelles, vers des terres inconnues amenées à nous être plus familières…

 

Oui finit-elle par lâcher avant avant de goulument aspirer ma queue pendant que j’essaie de me pencher vers notre sexbox d’ou j’extirpe un bandeau.

 

A partir de maintenant c’est à moi de m’occuper d’elle… Le plaisir de Madame avant le mien !

 

Nous adorons pousser nos préliminaires un maximum pour atteindre ce moment où D. bascule de la « gentille petite ménagère qui fait son devoir conjugal » à la « bonne petite salope qui a très envie de se faire baiser ». Je lui glisse le masque sur les yeux, et la mets à 4 pattes au milieu du lit, en position de levrette. Comme elle adore se faire dominer pendant nos rapports, je la contraint un peu en m’installant juste à côté d’elle avec nos petits jouets à porter de mains. Je l’attrape par les cheveux et lui appui sur la nuque pour l’obliger à relever son petit cul dont je ne me lasse jamais ! De l’autre main je lui donne une première fessée, puis une seconde et une troisième. Je n’ai plus besoin de la contraindre, c’est elle qui m’offre son minou. Elle se régale à sucer le majeur que je lui tend pour qu’elle l’humidifie bien, et pendant ce temps je lui explique que je vais commencer par lui mettre ce doigt, avant de la goder délicatement.

A la manière qu’elle a eu de lever son cul j’ai compris qu’elle n’en attendait pas moins… Pourtant à la vue de ce joli petit abricot rose tendu et luisant au soleil de son excitation non simulée, je ne résistai pas au plaisir de goûter cette cyprine que je trouve excquise. J’en profite et elle aussi. Cette petite salope est en train de continuer à mouiller comme jamais. J’en profit pour lui  lécher la rondelle, avant de revenir vers son minou.

Moi aussi je suis particulièrement excité, et ma queue bien dure fait remonter mon excitation que je m’empresse de lui faire lécher. Elle prend son temps, et la voir lécher délicatement mon gland, l’embrasser langoureusement, avant de prendre ma queue entière dans sa bouche est en train de me rendre fou. Je me retire de sa bouche pour ne pas finir prématurément cette baise avant que D. n’ai pris son pied ! Je ne peux décemment pas la laisser dans cet état d’excitation !

Je retourne lui lécher le minou, mais cet après-midi c’est sa petite étoile qui attire mon attention… Je fais délicatement tourné le bout de ma langue autour de son petit trou pendant que je lui glisse lentement un doigt dans la minette. J’accélére mon mouvement qui provoque des râles de plaisirs. Ma langue joue maintenant directement avec son petit trou et je la sens se tortiller sous les assauts répéter de ma langue et de mes doigts. J’ai les doigts tellement humides que je lui enfonce un doigt dans la rondelle qui s’ouvre sans effort. Elle gigote tellement que je suis obligé de lui reprendre les cheveux pour l’empêcher de bouger, je compte bien continuer à me servir de mes mains pour lui faire plaisir ! Et elle se retrouve très rapidement avec un doigt dans le cul et un doigt dans la minette en train de faire des va-et-vient incessants. Elle grogne, me réclame des coups de queues,  me supplie de lui mettre mon engin ; l’envie en est forte mais je résiste et m’approche doucement de son oreille pour lui dire que je ne faisais que la préparer pour la petite surprise que je lui ai réservée. Je m’éloignai d’elle pour attraper ce fameux petit chapelet rose, il fait une petite vingtaine de centimétres et comporte 5 boules les plus petites étant aux extrémités et la plus grosse au milieu. Il est terminé par une poignée circulaire un peu plus grosse.

 

 

Toujours les yeux bandés, elle ne sait rien de ce que je vais lui faire. Je joue avec elle. Je prends le petit chapelet et tout doucement je lui écarte les cuisses pour que je puisse le glisser de haut en bas juste entre les lévres humides. Elle ne reconnaît pas l’objet et ce demande ce que cela peut-être. Je ne dis rien et continue mon petit jeu. Le chapelet est humide de son excitation et elle attend de le recevoir en elle. Je joue, une boule, tout doucement, une seconde, enfin la troisième plus grosse… Je m’arrête là et elle exprime sa déception et elle envie de plus… Elle se demande pourquoi j’ai arrêter mais quand elle a senti que je commencer à mettre du lubrifiant sur son petit trou je suis sûr qu’elle se doutait de la suite. Je lui retirer d’un coup le chapelet et lui arracher un râle de plaisir. Le temps d’enduire ce chapelet déjà humide de lubrifiant, je commençais à poser la première boule à l’entrée de son étoile. Je faisais tourner tout doucement le chapelet exerçant une pression toute légére et la laissant également remuer son petit cul pour recevoir ce jouet. La première boule finie par être aspirer par son petit trou. Je guettai ses réactions pour savoir si je devais continuer ou pas, mais les mouvements de son bassin me signifiait « continu ». Je ressortai cette boule, puis je recommençai encore tout doucement à tourner le chapelet la première boule e rapidement rentrée, suivi par la seconde. Je m’appliquai à retirer l’ensemble avant de le remettre une boule en plus jusqu’à la poignée. Au passage je mater sa chatte bien ouverte qui perlait de plaisir. Quand je fini par lui mettre les 5 boules dans le cul, je lui redonné la vue et elle recommença à me sucer. Mon excitation était à son comble… Je me retenais de ne pas jouir et lui promettait de venir lui en mettre plein la bouche et la sein mais qu’avant j’avais très envie de la prendre comme une petite salope pendant qu’elle gardait son chapelet en elle. Cela la tellement excité qu’elle s’est de suite tournée vers moi et ma présenté son cul pour qu’enfin de je lui mette ma queue dans la chatte. Elle était tellement humide que malgré l’étroitesse du à la présence du chapelet, je n’eu aucun mal à la pénétrer. D’abord lentement puis plus vite. Visiblement, et ce fût confirmé, la présence des boules décuplée son plaisir et le mien. Je n’ai pas pu m’empêcher dejouer avec le chapelet pendant que je la prenais. Au bout d’un moment je ne pouvais plus me retenir, et je la retournai pour qu’elle puisse finir de me faire jouir dans sa bouche et sur ses seins. D. m’a dit qu’elle avait jouie 3 fois mais je sais qu’elle explose vraiment quand je lui caresse son petit clito… Je n’ai pas résisté au plaisir de lui laisser le chapelet dans le cul pendant que je lui mettais la petite poignée dans la chatte… Elle m’a demandé que je lui redonne ma queue pour la sucer pendant que je finissais de la faire jouir en caressant son petit bouton magique. Au moment où elle à exploser, je lui retirer le chapelet assez rapidement décuplant ainsi son plaisir. Je dois dire que le fait de voir ma femme jouir puissamment pendant qu’elle me suçait et se caresser fut un sacré moment pour moi. Ce jour-là, nous avons fait connaissance avec un nouvel ami et nous avons tous deux pris un pied d’enfer !

Edité:depuis 8 mois 

ricounet31 et ThiChat aiment
RépondreQuote
Jules
As du Missionnaire Moderateur
Rejoins:depuis 12 mois 
Posts: 1205
23 janvier 2017 18 h 57 min  

Très beau récit, qui donne vraiment envie !

Avec une petite photo, et je pense qu'on pourrait la publier sur le blog si Anna veut bien :). 


RépondreQuote
Stef
 Stef
Passionné(e) de Sexe
Rejoins:depuis 8 mois 
Posts: 429
24 janvier 2017 12 h 14 min  

Dés qu'on prendra des photos je t'en ferai passer une!


RépondreQuote
Yiskah
Amateur de Sexe
Rejoins:depuis 7 mois 
Posts: 95
3 septembre 2017 13 h 45 min  

Très sympa cette histoire dis donc j'aime beaucoup!


RépondreQuote
ricounet31
Passionné(e) de Sexe
Rejoins:depuis 4 mois 
Posts: 275
3 septembre 2017 20 h 05 min  

Très joli récit.

Et du coup j'ai voulu prendre exemple sur toi.

Aussi ce jour, repas puis sieste.

Nous voilà allongés, nus, l'un à coté de l'autre.

Nos mains se posent sur l'autre, et nous nous sommes .... Endormis...

 

MDRR


RépondreQuote
  
En travaux

S'il vous plait Connexion ou Inscription