Règles de collocation  

Page 1 / 10 Suivant
  RSS
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoy
Level 7

Cette histoire je l'ai lue il y a plusieurs années sur un site érotique, avec des récits et des textes orienté BDSM. Malheureusement ce site n'est plus en service, voici cette petite histoire, mais quand même en plusieurs épisode  😊 , que je vais essayer de faire court. Désolé du cliché de la grande blonde à forte poitrine, mais j'avais envie 😋 .

L'installation

Nous sommes courant août, Jeanne et Zoé, deux amies d'enfance vont étudier dans la même université loin de chez elle. Elles ont travaillés la plus grande partie du mois d'août pour avoir de l'argent de côté, même si leurs parents respectif sont d'accord de se partager le coût de la location d'un petit appartement. Les deux familles aident les jeunes femmes à déménager leurs affaires, les voitures sont pleines et tout le monde arrive dans le petit appartement. Deux chambre, un salon/salle à manger donnant sur une cuisine ouverte et enfin la salle de bain/WC. Ce n'est pas un palace, mais au moins elles auront leurs chambres pour étudier au calme. Les cartons sont déchargé, répartit dans les différentes pièces. Après une soirée au restaurant pour se dire au-revoir les familles partirent laissant les femmes seule dans une ville inconnue. Il reste une semaine avant le début des cours, assez de temps pour que les deux jeunes femmes s'installe confortablement et achète quelques denrée de base et connaître cette ville.

Comprenant la confiance de leur famille respective les femmes sont décidée à travailler assidument pour réussir leurs études. Le début de la semaine se passe bien, ne connaissant personne elles sont souvent ensemble, la journée comme le soir. Discutant des beaux hommes qu'elles croisent dans la rue, riant lorsque certains se croient discret en les regardant passer. C'est sur que leur petite robe légère avait de quoi attirer l'attention étant de belle femmes de base un rien ne les habillaient et les rendait attirantes.

Jeanne était celle qui sortait le moins du lot. De taille moyenne, des yeux marron claire, de long cheveux châtain lissé lui arrivait au milieu du dos, elle avait de petit seins bien mis en évidence par des push-up, ses fesses n'étaient pas inexistante mais elles n'était pas son atout principale, ses longue jambes par contre faisait tourner la tête de plus d'une personne.

Zoé par contre était le phare de sexuallité du duo, grande, yeux vert, blonde avec également de long cheveux lisse. Sa poitrine était dans la moyenne supérieur, pas besoin de push-up pour la mettre en avant, en accord avec sa poitrine ses fesses était bien rebondie, mais elle avait de moins longue jambe que son amie, elle n'en avait pas besoin.

Malgré les différence de succès dans les amourettes d'un soir, les deux jeunes femmes s'entendaient très bien, riait même de certaines expérience, bonne ou mauvaise. La fin de semaine arriva rapidement, elles ne connaissaient pas la ville comme leur poche, mais savait ou se trouvait les lieu important et comment s'y rendre. Pour essayer de se socialisé et finir les vacances en beauté elles passèrent la soirée de samedi en boîte de nuit. Et c'est en se réveillant le lendemain qu'une affirmation naquis dans chacune de leur tête, pour être sur que tout se passe bien il faudra instaurer des règles pour l'appartement.

RépondreQuote
Posté : 11/04/2018 9:40 lamourette, Jules, ricounet31 et 4 personnes aiment
Loki Nopo
(@loki-nopo)
Level 1

Vite la suite !!! 🙂 

Loki Coquin

RépondreQuote
Posté : 12/04/2018 9:26
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoy
Level 7

Merci de vos réponse voici la suite. Comme pour mon autre histoire j'utilise le système des couleurs pour les dialogues :

 
Jeanne (Cheveux châtain, yeux brun, taille moyenne tout comme ses seins et ses fesses, de longues jambes)
Zoé (Grande blonde, yeux vert, forte poitrine, belle fesse, plus petite jambes que Jeanne.)
Autre
 
Je suis comme d'habitude preneur de remarque et conseille en tout genre.

 
Les règles
 
Les deux amies se levèrent aux alentours des 10 heures, la soirée avait été mouvementée, alcoolisée également. Beaucoup d'homme était venu tenter leur chance, surtout envers Zoé, mais les deux femmes avaient trouvé la technique pour éloigner les lourdeaux. Lorsqu'un homme devenait trop insistant l'autre femme venait porter secours à son amie en venant l'enlacer tendrement et demander ce qui se passait. Même si deux femme ensemble sont le fantasme d'un certains nombres d'homme, leurs ardeurs se refroidissaient lorsqu'ils étaient pris à l'improviste et surtout se retrouvait en minorité soudaine. Ne voulant pas occuper leurs esprits par une histoire d'amour sans lendemain elles s'étaient jurer de rentrer seule ce soir, chose qu'elles ont réussie toute le deux.
 
Durant le déjeuner, elle riait d'évènements passé le soir avant, et s'exaspérait d'autre, les mains baladeuses sur leur fesses, des hommes collant par leur attitude ne pouvant pas comprendre un non claire et évident. Ce fut Jeanne qui osa la première parler de l'année à venir.
 
"On se connait bien, et je pense que pour que nous réussissions nos études, il va falloir édicter des règles."
Zoé sourit en buvant une gorgée de café
"C'est marrant je me disait la même chose hier soir."
Indubitablement ces deux amies s'entendaient à merveille.
"Que propose tu ?"
"Chez moi on avait tous des tâches à faire tout au long de la semaine, tout était marqué sur un programme affiché au frigo. Ca peut paraître vieux jeu, mais ca fonctionne et ne laisse pas place à l'interprétation."
"Ca me vas, je préfère lire que de me souvenir, et puis on aura bien assez de chose à se rappeler pour les cours. Comme tâche, je vois les repas, la vaisselle, le ménage."
"Et puis les courses, les poubelles. Et il faudrait aussi instaurer quelque règles."
"Attends je vais chercher de quoi écrire." La blonde se leva, ne portant que son petit chemisier en satin pour la nuit elle était ravissante, Jeanne n'y prêtait plus attention, la connaissant depuis l'enfance elle la savait aguicheuse par moment. Zoé revint s'asseoir avec bloc de papier et un stylo. Fit grossièrement un calendrier pour une semaine. Les deux filles discutèrent un moment pour définir qui ferai quoi et quand.
"Et tu avais parlé de règles."
"Oui, on s'entends très bien, mais on aime notre intimité quand même."
"Je vois où tu veux en venir, les garçons c'est ca ?"
"Exact, même si on veut étudier rien ne nous empêche de nous faire plaisir de temps en temps. Si on décide de ramener un homme chez nous, il faut prévenir l'autre avant de rentrer et l'autre devra soit partir soit rester invisible dans l'appartement."
"Mhhh avec possibilité d'écouter ?"
"Ecouter oui, mais participer non."
Elles rirent aux éclats et Zoé marqua la règle et d'autre sur les moments d'études et le bruit dans l'appartement de manière général. Elle s'arrêta soudain et se tapotant le stylo contre le menton réfléchi.
"Qu'est ce qu'il y a ?"
"Bah qui dit règle, dit sanction si elles ne sont pas respectée. Il faudrait les définir aussi."
"On peut enlever ce qui est d'offrir un resto au une sortie, nos économie ne nous le permettrait pas souvent. Mais quand même quelques chose qui nous coûte."
Un éclaire traversa les yeux de Zoé
"Et si on se faisait un système de point. Chaque tâches ou règles transgressée vaudrait 1 ou 2 points et au bout de 5 points il y a la sanction."
"Bonne idées, mais cela ne nous dit pas quelle sanction."
"Une soirée entravée, un point vaudrait une heure. Celle qui est entravée choisi le moment et le lieu serait obligatoirement dans sa chambre."
Sans savoir pourquoi des frissons parcoururent l'échine de Jeanne, cette idée l'excitait alors que jamais auparavant elle n'avait songé à ce genre de pratique. Elle se prit au jeu
"Pas bête, on pourrait remettre les compteur à zéro facilement, tant que la soirée n'est pas passée les points peuvent s'accumuler." Elle s'arrêta, souris et d'un air gêné continua "On peut dire que celle qui est entravée serait nue ?"
 
Zoé posa le stylo et la regarda surprise, elle la gentille petite Jeanne, pas la plus extravertie des femmes quelle connaissait, proposait d'être attachée nue par sa meilleurs amie, et de même proposait d'attacher nue sa meilleurs amie. Des images traversèrent son esprit. Elle repris le stylo
"D'accord, cela nous découragera de fauter. Mais on a rien pour s'attacher correctement."
"On va bien trouver une solution d'ici les premières sanctions."
 
Les deux jeunes femmes finirent de déjeuner et Zoé alla mettre au propre le calendrier des tâche et les règles à respecter et vint l'afficher sur le frigo. En bas de la feuille deux ligne pour décompter les points de sanctions leur étaient réservée et en dessous un "Gare à la sanction" était écrit en rouge. Le reste de la journée fut tranquille, et elles profitèrent une dernière fois d'un dimanche de liberté en se promenant dans les parcs alentours.
RépondreQuote
Posté : 12/04/2018 11:47 lamourette, MecBi77, Fantasmeur et 1 personnes aiment
Fantasmeur
(@fantasmeur)
Level 1

J'ai lu rapidement, mais je sens que ce texte va me plaire 🙂

J'aime tout rêver, et pourquoi pas tout essayer.
Les fantasmes, c'est la vie : http://tranchesdefantasmes.wordpress.com/

RépondreQuote
Posté : 12/04/2018 3:42 Legras aime
MecBi77
(@mecbi77)
Level 2

Espiègle l'idée semble bien commencer ^^

Le libre choix du plaisir ou qu'il soit et avec tout le monde

RépondreQuote
Posté : 12/04/2018 5:01 lamourette et Legras aiment
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoy
Level 7

Surtout qu'il va y avoir quelque surprise lorsqu'elles achèterons de quoi sanctionner. 😊 

RépondreQuote
Posté : 12/04/2018 5:11 lamourette et Fantasmeur aiment
MecBi77
(@mecbi77)
Level 2

ah ah
Tu sais comment créer la hype sur ton histoire ^^

Le libre choix du plaisir ou qu'il soit et avec tout le monde

RépondreQuote
Posté : 12/04/2018 6:00 lamourette et Legras aiment
Jules
(@jules)
Modérateur
Noel
Adam et Eve
Testeur de Sextoy
Level 8

Sympa cette histoire! 

RépondreQuote
Posté : 12/04/2018 6:48
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoy
Level 7

Les courses

 
La rentrée s'était bien passée, et les filles prenaient à cœur leurs études. Elles étaient studieuse, tant pour l'école que pour les tâches qu'elles s'étaient imposées. Bien vite Zoé eut des camarades qui lui tournèrent autour, d'abord par jeux et curiosité puis certains pour aller plus loin. Mais elle était déterminée et voulait se concentrer sur les études et prendre de bonne habitudes avant de s'amuser.
 
Après quelques semaines, quelques tâche furent oubliée faisant apparaître les première coche. Un vendredi soir en fermant le frigo, Zoé les vit comme d'habitude mais un déclic se fit :
 
"Et pour les sanctions on a rien encore ?"
Posant les couverts sur la table Jeanne répondit d'une voix peu assuré.
"Non, mais je crois avoir trouvé la solution, demain je t'amène à un endroit. Seulement promet moi de ne rien dire et de ne pas réagir trop excessivement."
Zoé fut surprise de la réponse, où comptait-elle l'amener ?
"D'accord, mais tu peux me le dire tout de suite tu sais."
Rougissant quelque peu, Jeanne détourna le regard de gêne :
"Non, je préfère te le faire découvrir en live."
 
La soirée se termina sans que le sujet revienne sur le tapis. Jeanne passa une bonne nuit, mais Zoé réfléchissait où elle allait être amenée le lendemain. Après un bon déjeuner les deux filles partir en ville, comme à l'heure habitude, discutant de leur cours, de l'architecture de certains bâtiment. Plus le temps passait plus elles allaient se perdre plus profond dans la ville. Soudain Zoé fut tirée par le bras :
"Ah tient c'est là." Et Zoé fut tirée de force dans une boutique sans voir de quoi il s'agissait.
 
Après que ses yeux se soient habitué au changement de luminosité elle découvrit stupéfaite qu'elles étaient rentrée dans un sexshop. Son regard s'arrêta sur Jeanne, qui souriait timidement et avait un léger teint rougit par la timidité. Mais plus que de parler, elle se contenta de visiter le lieux du regard, il y avait de tout, lingerie, DVD, sextoys en tout genre et accessoires de bondage. Du fond de la boutique une silouhette s'approchait. Une femme dans la trentaine apparut, grande effilée, ses cheveux noir était coupé en carré plongeant mettant en valeur ses yeux bleu et un sourire bienveillant à sa bouche.
"Bonjour, vous cherchez quelque chose ?"
"Oui, j'était passé la semaine dernière et vous avais parlé d'accessoire pour des sanctions."
"Ah oui je me souviens, venez je vais vous montrer."
 
Le regard de Zoé croisa celui de Jeanne, il était remplis de question genre "Tu es venu ici la semaine dernière ?" "Tu as parlé de nos règles et sanction ?" "Comment tu as eu cette idée ?" "Pas folle non !?!" Jeanne n'y prêta pas attention et suivit la vendeuse jusqu'au comptoir loin de tout regard extérieur.
"Je vous ai fait une petite sélection, pour différents budgets et type de sanctions."
 
Et elle commença à poser divers cordes, menottes en différentes matière, et même des barres d'écartèlement. Zoé fut attiré étrangement par les cordes, elle les pris et les caressaient, leur matières lui donnèrent des frissons, peut être plus que la matière son imagination. Rapidement elles écartèrent les barres et les menottes, pour une cause évidente de budget. Elle achetèrent plusieurs cordes de différentes longueur. Le regard de Zoé fut attiré par un objet étrange, elle s'en approcha :
"Je peux ?"
"Ah je n'osait vous le proposer. Allez-y je vous en prie."
 
Elle décrocha une sorte de sangle munie d'une boule en son centre, un bâillon boule. Elle joua un moment à tâter cette boule pour en estimer la taille et le confort. La vendeuse s'était déplacée derrière elle.
"Si vous voulez je peux vous montrer son installation." Zoé frissonna à nouveau et vit le regard amusé de Jeanne.
"Seulement si mon amie en essaye un aussi." Le souris disparut bien vite du visage de son amie. Pour apparaître sur celui de la vendeuse.
"D'accord."
Et elle prit des mains de Zoé le bâillon, avant de le lui présenter devant la bouche qu'elle ouvrit sans vraiment réfléchir. Lorsque le bâillon fut rentré une explosion d'émotion la submergea, elle avait l'impression d'être à la merci de n'importe qui que tout le monde la regardait, mais cette sensation l'excitait au plus haut point, heureusement qu'elle n'avait pas de pantalon sinon l'humidité de son entrejambe serait rapidement visible. La vendeuse semblait très sur de ses gestes, lui faisant passer les sangles de par et d'autre en douceur, évitant les oreilles et fermant la boucle par dessus ses cheveux. Zoé ne savait pas pourquoi elle avait envie de se mettre à genoux devant la vendeuse et de lui obéir, sensation étrange et nouvelle.
 
Après avoir bâillonnée Zoé, elle se dirigea vers Jeanne, qui voyant la réaction de son amie avait envie de savoir le pourquoi de celle-ci. La vendeuse pris un autre bâillon un peu différent, la sangle ne rentrait pas dans la boule, avant celle-ci il y avait comme un tube de silicone.
 
"Tourne toi." La voix était douce mais ferme.
Jeanne se retrouva à regarder le fond du magasin, ou était exposé des godes et des plugs. La aussi l'installation fut rapide et les résultats furent les même, Jeanne découvrait de nouvelles émotions, se sentant vulnérable mais désirable en même temps, et eu envie de remercier la vendeuse sans comprendre pourquoi. Une fois son bâillon installé elle se retourna, elle vit Zoé avec le sien et s'imaginait l'image qu'elle envoyait. Leur yeux étaient brillants et elles se rapprochèrent, sous le bâillon de Zoé un filet de bave commençait à sortir, le voyant Jeanne vint l'essuyer de sa main. Sursautant Zoé se laissa faire, jamais elle n'avait trouvé son amie aussi attirante, ses lèvre ouverte mais refermée sur un sublime bâillon rouge, avec par moment un liserait blanc crée par les dents.
 
"Vous pouvez vous les enlever."
La voix avait cassé ce moment de découverte et fit revenir les filles sûr terre, elles n'étaient pas seul et ces bâillons n'était pas les leurs. Jeanne réagit en premier et s'avançant vint détacher celui de Zoé, l'ôtant de la bouche elle vit quelque filet de bave entre la boule et sa bouche. Zoé la libéra également et chacune observait le bâillon de l'autre.
"Alors lequel vous plaît ?"
"Je pense qu'on va prendre celui-ci." Déclara fièrement Zoé en brandissant le bâillon qui était sur Zoé, celui avec les tubes de silicone. "Il a l'air plus confortable à porter."
"En effet, il scie moins les lèvres. Vous m'êtes sympathique et vous avez d'autre achat, je vous le fait à moitié prix."
 
Cette fois ce fût Jeanne, qui était surprise de la réaction de son amie, elle qui semblait déboussolée de rentrer dans un sexshop la voilà à brandir fièrement un bâillon. Les achats furent payé et les filles rentrèrent chez elles, excitée comme jamais.
RépondreQuote
Posté : 13/04/2018 11:37 Fantasmeur et lamourette aiment
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoy
Level 7

Première de cordée

 
Les semaines passèrent sans trop de soucis, les filles étaient studieuse, chacune travaillait soit dans sa chambre, soit au salon. Les livres s'étalaient sur les tables, des feuilles pleine de note étaient éparpillées. Peu de garçons étaient venu chez elles pour une nuit ou moins. Les tâches étaient soigneusement respectée, peut de coches furent rajoutée. Un jour Jeanne fit le décompte pour elle, 3 coches, elle s'en réjouis mais voulu repartir de zéro, c'est ainsi qu'un soir :
 
"Zoé, j'aimerais recevoir ma sanction."
L'oeil malicieux de Zoé la regarda, il semblait pétiller.
"Très bien, dis moi quand."
"Avec les examens qui arrive la semaine prochaine, je veut garder le plus de temps pour réviser. Vendredi de la semaine prochaine, à 20H, j'ai trois heure à passer."
"Ok pour moi."
 
Et la soirée se déroula sans autre mention du fameux vendredi. La semaine se passa, Jeanne était prise par ses examens et ses révisions, la semaine passa à toute vitesse pour elle. En arrivant éreintée le vendredi soir après les cours, elle ne comprenait pas le regard malicieux que Zoé posait sur elle depuis son arrivée. Après le repas, que Zoé prépara étonnamment tôt Jeanne allait se poser sur le canapé.
 
"Hop hop hop, dans ta chambre et toute nue."
"Hein quoi ?"
"Tu as oublié ta sanction ?" Et elle lui montra les coches sur le frigo.
"Heu non non." Et elle partis dans la chambre, son réveil affichait 19h50, encore 10 minutes pour se préparer.
 
Zoé finissait la vaisselle pendant ce temps et à 20h00 pile elle entra dans la chambre de Jeanne, avec le sac d'accessoire à la main. Jeanne s'était déshabillée, cachant sa poitrine d'une main et son pubis de l'autre, son teint était légèrement rougit par la honte. Dire que c'est elle qui avait proposé cela, qu'elle idée.
 
"Allez mains dans le dos."
"Mais tu va me voire nue."
"Tourne-toi vers le mur alors."
La réponse semblait logique, et elle se tourna face au mur, et plaça ses mains dans le dos. Elle fut surprise de ne pas avoir les poignets attaché mais les coudes, ils étaient légèrement tiré en arrière l'obligeant à bomber le torse. La corde fut passée autour de ses épaules et finalement elle vint lier ses poignets ensemble. Se sentir ainsi offerte et vulnérable la mettait dans tout ses états, son entrejambe commençait déjà à perler. Quand elle ne sentit plus aucun contact avec Zoé elle allait se coucher sur le lit, mais fut retenu :
 
"Tu fais quoi ?"
"Bah me coucher pour attendre la fin de la sanction."
"Je n'ai pas fini."
"Mais je suis déjà entravée."
"On a pas défini à quel point on pouvait être entravée."
Elle sentait le sourire et la jubilation dans le paroles de sa colloc. Et se remit debout face au mur. Une nouvelle surprise la prit, lorsqu'elle sentit une corde passée autour de sa taille puis entre ses jambes, avant d'être bloquée par la corde autour de la taille.
"Mais tu fait quoi ?!?"
"Tatata, c'est moi qui sanctionne, toi tu te tais. Sinon c'est bâillon."
 
Le souvenir du bâillon la fit frémir, pas que ce n'état pas agréable, mais vu son état elle allait fondre de plaisir si elle le lui installait. Elle se tût. La corde fût tirée venant appuyé sur les lèvres de son entrejambe. La corde pendait devant Jeanne, Zoé la prit et la tirant vers l'obligea à lui faire face. Jeanne allait protester mais elle ne voulait pas être bâillonnée.
 
"C'est bien ca peut servir de laisse." Rigola Zoé et elle fit le tour de la chambre tout en tirant Jeanne derrière elle. Qui la suivit par obligation, le seins rebondissant à chaque pas, les bras tendu dans le dos, ses cheveux dansaient dans son dos et maugréait intérieurement. Elle tentait de suivre le rythme pour éviter de sentir la corde s'immiscer dans ses parties. S'arrêtant Zoé fit volte face, faisant face à sa colloque et amie et la voyant entièrement nue pour la première fois depuis longtemps.
 
"Oh, tu es magnifique tu sais ?"
Elle ne la toucha pas, mais semblait avoir vu l'humidité entre ses jambes. Elle la conduisit vers le lit et la fit s'asseoir au bord, après l'avoir d'un grand linge. S'agenouillant devant elle, elle lui attacha les chevilles ensemble, puis le bas des cuisses (juste au dessus des genoux) en prenant soin de faire passer la corde qui lui servit de laisse entre les jambes une nouvelle fois. Elle voyait le regard interrogateur de Jeanne, mais ne répondit à aucune questions qu'elle pouvait se poser. Une fois Jeanne bien attachée, elle la poussa sur le lit, ne pouvant se rattraper Jeanne tomba de tout son poids sur le matelas. L'aidant à monter ses pieds, elle la tourna pour qu'elle soit couchée sur le ventre, sa poitrine fût écrasée. Zoé plia ses jambes et passa la corde qui était entre les jambes de Jeanne derrière celle attachant ses chevilles, tira dessus et vint l'attacher à celle se situant vers les coudes.
 
Plus Jeanne essayait de tendre ses jambes, plus la corde appuyait sur son entrejambe. Elle se débattait légèrement mais elle ne pouvait que rouler sur elle même, avec le risque de tomber du lit. Zoé la regarda un moment, puis régla le réveille pour qu'il sonne à 24h00. Le regard de Jeanne était entre la fureur et la supplication de la libérer. Jamais elle n'aurait pensée que sa colloque soit aussi douée avec des cordes. Zoé la fit tourner lentement pour la mettre face au mur, Jeanne ne comprenait pas pourquoi. Lorsqu'elle vit le bâillon devant son visage elle protesta :
 
"Mais je me suis tut, j'ai été obéissante."
"Oui, mais je n'ai pas envie de t'entendre te plaindre par la suite. Allez ouvre !"
"Mais..."
 
Zoé profita de la bouche ouverte pour y introduire le bâillon et le ferma bloquant les cheveux en arrière. Elle remit Jeanne sur le ventre, dans un "Humpf". Zoé descendit lentement ses mains le long des bras de Jeanne pour vérifier si les attaches étaient solide. Ainsi attachée et bâillonnée Jeanne n'était plus elle même, son entrejambe était en feu, mais pas à cause de la friction de la corde, d'ailleurs elle la sentait se mouiller petit à petit. Elle se redressa, et vit Jeanne la regarder suppliante depuis son lit, ses cheveux recouvrant en partie son dos et le linge autour d'elle.
 
"Tu es encore plus magnifique comme cela. Mais avant de partir encore quelque chose."
"Mmhhh ?"
 
Zoé vint placé un bandeau sur ses yeux la plongeant dans le noir, elle allait passer 3 heures en hogtied bâillonnée et les yeux bander, impossible pour elle de savoir combien de temps était passé et combien il en restait. Seul ses oreilles lui servait à savoir ce qui se passait, le bruit de la porte qui se ferme et étonnamment la clef qui se tourne dans la serrure, pourquoi elle ne risquait pas de s'échapper ?
Quelques minutes plus tard la sonnette retentit.
RépondreQuote
Posté : 14/04/2018 12:47 Fantasmeur et lamourette aiment
lamourette
(@lamourette)
Level 1
Posté par: Legras

Première de cordée

 
Les semaines passèrent sans trop de soucis, les filles étaient studieuse, chacune travaillait soit dans sa chambre, soit au salon. Les livres s'étalaient sur les tables, des feuilles pleine de note étaient éparpillées. Peu de garçons étaient venu chez elles pour une nuit ou moins. Les tâches étaient soigneusement respectée, peut de coches furent rajoutée. Un jour Jeanne fit le décompte pour elle, 3 coches, elle s'en réjouis mais voulu repartir de zéro, c'est ainsi qu'un soir :
 
"Zoé, j'aimerais recevoir ma sanction."
L'oeil malicieux de Zoé la regarda, il semblait pétiller.
"Très bien, dis moi quand."
"Avec les examens qui arrive la semaine prochaine, je veut garder le plus de temps pour réviser. Vendredi de la semaine prochaine, à 20H, j'ai trois heure à passer."
"Ok pour moi."
 
Et la soirée se déroula sans autre mention du fameux vendredi. La semaine se passa, Jeanne était prise par ses examens et ses révisions, la semaine passa à toute vitesse pour elle. En arrivant éreintée le vendredi soir après les cours, elle ne comprenait pas le regard malicieux que Zoé posait sur elle depuis son arrivée. Après le repas, que Zoé prépara étonnamment tôt Jeanne allait se poser sur le canapé.
 
"Hop hop hop, dans ta chambre et toute nue."
"Hein quoi ?"
"Tu as oublié ta sanction ?" Et elle lui montra les coches sur le frigo.
"Heu non non." Et elle partis dans la chambre, son réveil affichait 19h50, encore 10 minutes pour se préparer.
 
Zoé finissait la vaisselle pendant ce temps et à 20h00 pile elle entra dans la chambre de Jeanne, avec le sac d'accessoire à la main. Jeanne s'était déshabillée, cachant sa poitrine d'une main et son pubis de l'autre, son teint était légèrement rougit par la honte. Dire que c'est elle qui avait proposé cela, qu'elle idée.
 
"Allez mains dans le dos."
"Mais tu va me voire nue."
"Tourne-toi vers le mur alors."
La réponse semblait logique, et elle se tourna face au mur, et plaça ses mains dans le dos. Elle fut surprise de ne pas avoir les poignets attaché mais les coudes, ils étaient légèrement tiré en arrière l'obligeant à bomber le torse. La corde fut passée autour de ses épaules et finalement elle vint lier ses poignets ensemble. Se sentir ainsi offerte et vulnérable la mettait dans tout ses états, son entrejambe commençait déjà à perler. Quand elle ne sentit plus aucun contact avec Zoé elle allait se coucher sur le lit, mais fut retenu :
 
"Tu fais quoi ?"
"Bah me coucher pour attendre la fin de la sanction."
"Je n'ai pas fini."
"Mais je suis déjà entravée."
"On a pas défini à quel point on pouvait être entravée."
Elle sentait le sourire et la jubilation dans le paroles de sa colloc. Et se remit debout face au mur. Une nouvelle surprise la prit, lorsqu'elle sentit une corde passée autour de sa taille puis entre ses jambes, avant d'être bloquée par la corde autour de la taille.
"Mais tu fait quoi ?!?"
"Tatata, c'est moi qui sanctionne, toi tu te tais. Sinon c'est bâillon."
 
Le souvenir du bâillon la fit frémir, pas que ce n'état pas agréable, mais vu son état elle allait fondre de plaisir si elle le lui installait. Elle se tût. La corde fût tirée venant appuyé sur les lèvres de son entrejambe. La corde pendait devant Jeanne, Zoé la prit et la tirant vers l'obligea à lui faire face. Jeanne allait protester mais elle ne voulait pas être bâillonnée.
 
"C'est bien ca peut servir de laisse." Rigola Zoé et elle fit le tour de la chambre tout en tirant Jeanne derrière elle. Qui la suivit par obligation, le seins rebondissant à chaque pas, les bras tendu dans le dos, ses cheveux dansaient dans son dos et maugréait intérieurement. Elle tentait de suivre le rythme pour éviter de sentir la corde s'immiscer dans ses parties. S'arrêtant Zoé fit volte face, faisant face à sa colloque et amie et la voyant entièrement nue pour la première fois depuis longtemps.
 
"Oh, tu es magnifique tu sais ?"
Elle ne la toucha pas, mais semblait avoir vu l'humidité entre ses jambes. Elle la conduisit vers le lit et la fit s'asseoir au bord, après l'avoir d'un grand linge. S'agenouillant devant elle, elle lui attacha les chevilles ensemble, puis le bas des cuisses (juste au dessus des genoux) en prenant soin de faire passer la corde qui lui servit de laisse entre les jambes une nouvelle fois. Elle voyait le regard interrogateur de Jeanne, mais ne répondit à aucune questions qu'elle pouvait se poser. Une fois Jeanne bien attachée, elle la poussa sur le lit, ne pouvant se rattraper Jeanne tomba de tout son poids sur le matelas. L'aidant à monter ses pieds, elle la tourna pour qu'elle soit couchée sur le ventre, sa poitrine fût écrasée. Zoé plia ses jambes et passa la corde qui était entre les jambes de Jeanne derrière celle attachant ses chevilles, tira dessus et vint l'attacher à celle se situant vers les coudes.
 
Plus Jeanne essayait de tendre ses jambes, plus la corde appuyait sur son entrejambe. Elle se débattait légèrement mais elle ne pouvait que rouler sur elle même, avec le risque de tomber du lit. Zoé la regarda un moment, puis régla le réveille pour qu'il sonne à 24h00. Le regard de Jeanne était entre la fureur et la supplication de la libérer. Jamais elle n'aurait pensée que sa colloque soit aussi douée avec des cordes. Zoé la fit tourner lentement pour la mettre face au mur, Jeanne ne comprenait pas pourquoi. Lorsqu'elle vit le bâillon devant son visage elle protesta :
 
"Mais je me suis tut, j'ai été obéissante."
"Oui, mais je n'ai pas envie de t'entendre te plaindre par la suite. Allez ouvre !"
"Mais..."
 
Zoé profita de la bouche ouverte pour y introduire le bâillon et le ferma bloquant les cheveux en arrière. Elle remit Jeanne sur le ventre, dans un "Humpf". Zoé descendit lentement ses mains le long des bras de Jeanne pour vérifier si les attaches étaient solide. Ainsi attachée et bâillonnée Jeanne n'était plus elle même, son entrejambe était en feu, mais pas à cause de la friction de la corde, d'ailleurs elle la sentait se mouiller petit à petit. Elle se redressa, et vit Jeanne la regarder suppliante depuis son lit, ses cheveux recouvrant en partie son dos et le linge autour d'elle.
 
"Tu es encore plus magnifique comme cela. Mais avant de partir encore quelque chose."
"Mmhhh ?"
 
Zoé vint placé un bandeau sur ses yeux la plongeant dans le noir, elle allait passer 3 heures en hogtied bâillonnée et les yeux bander, impossible pour elle de savoir combien de temps était passé et combien il en restait. Seul ses oreilles lui servait à savoir ce qui se passait, le bruit de la porte qui se ferme et étonnamment la clef qui se tourne dans la serrure, pourquoi elle ne risquait pas de s'échapper ?
Quelques minutes plus tard la sonnette retentit.

waouw ! Ca sens le couple BDSM lesb à plein nez 😀 lol ^^

RépondreQuote
Posté : 14/04/2018 10:36 MecBi77 aime
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoy
Level 7
Merci du retour Lamourette, peut être pas forcément un couple, mais BDSM assurément.
 

Auditrice silencieuse

 
La sonnette fit descendre immédiatement l'envie de Jeanne, elle était lentement envahie par la peur. Une personne était sur le point de rentrer dans leur appartement alors qu'elle était totalement impuissante. Elle hésita à rouspéter mais cela n'aurait qu'indiquer sa présence et augmenter sa possible découverte. Elle resta sans bruit couchée sur son ventre, tendant l'oreille pour essayer de comprendre ce qui était dis à l'autre bout de l'appartement. D'abord le son de voix étouffée par la distance et la porte, puis elle devinrent plus claire :
 
"Ta colloc n'est pas là ?"
"Non elle est sortie ce soir."
 
Cette simple phrase réussi à la rassurer, Zoé ne lui avait pas tendu une embuscade. Dans un éclat de rire Zoé continua
 
"Pourquoi elle te plaît ?" L'homme rit aussi
"Elle est mignonne c'est sur, et une soirée avec vous deux ne me déplairait pas."
"T'es bête, je ne suis pas assez bien pour toi ?"
"Mais si, vient là que je te le montre."
 
S'ensuivi des bruits de meubles qui se déplaçait, et des bruits de baisers intense. Un "Mhhhh" lui fit comprendre que le soutient-gorge était enlevé et laissa la généreuse poitrine de Zoé à l'air libre. Des bruits de tissus qui se froissait et était jeté au sol lui parvenaient également. Entendre ce désire à quelques mètre d'elle, suffit à faire monter celui Jeanne oubliant totalement qu'un inconnu se trouvait derrière sa porte. Dans sa concentration auditive elle n'avait pas fait attention qu'un filet de bave commençait à descendre de sa bouche allant imbiber le linge, la corde entre ses jambes commençait également à être bien imprégné mouillant le linge entre ses jambes. De l'autre côté de la porte Zoé était maintenant assise sur la table, jambes écartée, l'homme s'y était posté l'embrassant profondément, l'enlaçant et venant jouer avec ses fesses également. Il était toujours en jeans, tandis que Zoé était totalement nue. Lentement il la fit basculer en arrière et vint la coucher dos sur la table. Laissant son dos tranquille il s'attaqua à sa poitrine, tant avec ses mains qu'avec sa bouche. Les tétons de Zoé étaient déjà bien tendu, idéale à embrasser ou pour jouer avec. Un chemin de baiser amena l'homme à son entrejambe, devenue bien humide.
 
Zoé soupirait de plus en plus fort, c'est ce que Jeanne entendait le mieux et elle ne pouvait que s'imaginer ce qu'il se passait, augmentant son désire et sa mouille. Comme pour aider sa colloque à imaginer la scène Zoé donna l'ordre :
 
"Vas-y lèche moi."
 
L'homme ne se fit pas prier, les lèvres extérieur de Zoé disparurent dans sa bouche. A l'intérieur la langue commençait à exciter les parois extérieur de celles-ci et allait gentillement couche après couche plus loin à l'intérieur. Il aspirait également la totalité du vagin, forçant le sang à affluer et augmentant les sensations ressentie. Le soupirs s'étaient transformé en gémissement de plaisir, léger mais terriblement excitant, surtout pour Jeanne qui ne pouvait qu'entendre. Jeanne se rendit compte que ses seins devenait humide, et remarqua que le linge était plein de bave là ou elle se trouvait, péniblement elle se déplaça de quelques centimètre. Ses mouvements vinrent tirer la corde entre ses jambes, venant frotter son vagin, elle fût surprise d'avoir cette sensation mais bien vite elle dû retenir un soupir de sa part.
 
L'homme qui se retrouvait la tête bloqué par la jambe de Zoé dans son entrejambe continuait son travail de fond. Il en était au clitoris et s'amusait à le laper rapidement avant d'aller s'occuper d'une autre zone et d'y revenir. Il finit par s'y arrêter et jouer avec, Zoé ne put retenir un "Hen" de plaisir, cabrant son bassin pour jouer elle aussi avec la langue. Sa tête était posée contre la table et elle sentait des vagues de désire arriver de plus en plus rapidement, si elle laissait faire elle aurait un orgasme là sur la table. Elle écarta ses jambes et repoussa lentement l'homme, s'assit sur le bord de la table.
 
"Tu m'as montré que tu sais y faire en tout cas. Voyons voir si je te fais de l'effet."
 
Elle se mit à genou devant lui, ouvrit son pantalon et le descendit lentement avec son caleçon. Devant elle se dressa un joli sexe au garde à vous, souligné par de grosse testicule.
"J'adore voir de si gros sexe. A mon tour."
 
La s'en était sur elle faisait tout pour exciter Jeanne, qui jouait par moment avec sa corde à se frotter l'entrejambe. Zoé avait lentement pris le sexe en bouche et effectuait de lent va et viens, ses mains jouaient avec les bourses ou branlaient lentement la verge découverte. Ce fût au tour de l'homme de soupirer, les coupant de "Oh oui" "Encore". Il prit Zoé par les cheveux et lui bloquant la tête donna le rythme avec son bassin. Cela eu pour effet de produit des sons gutturaux bien audible pour Jeanne, qui savait très bien ce qu'il se passait, elle joua avec la boule du bâillon pour la faire aller et venir et se sentir au plus proche de l'action. Le son s'arrêta avant que l'homme n'éjacule, Zoé se releva et le prenant par la main l'amena dans sa chambre, voisine de celle de Jeanne. 
 
"J'aime être prise en levrette."
 
Automatique l'image de Zoé à quatre pattes sur le lit vint à Jeanne, et les gémissement qui arrivèrent peut après lui confirmèrent cette position, tout comme les claquement de cuisses contre les fesses. L'entrejambe de Jeanne était un volcan en éruption prêt à exploser, elle ressentait le besoin de sexe, commençant à se débattre à nouveau pour se libérer. Cela eu pour effet d'amplifier le frottement de la corde entre ses jambes, et l'amenant à gémir à son tour. Sans réfléchir au bruit qu'elle pourrait faire elle se fit tomber sur le coté et ondula son bassin, à son tour elle sentait des vague de chaleur monter de plus en plus rapidement. De l'autre coté du mur la chaleur était tout aussi élevée, Zoé avait laissé sa tête s'écraser contre son coussin ne laissant que ses fesses surélevée, le coussins lui servit pour atténuer ses cris jouissance, pas assez pour que Jeanne ne les entendent pas. L'homme fut le premier à venir, dans un râle de plaisirs, peut après Zoé se laissa exploser, étant toujours pénétrée par l'homme. Jeanne n'arrivait pas à aller plus loin que des gémissements de plaisir, se frustrant de plus en plus. Quelques minutes plus tard, après des bruits d'embrassade et de câlins, Zoé pris la parole :
 
"Je voudrais bien te dire de rester, mais ma colloque va rentrer et comme je te l'ai dit on a une règle, c'est de ne pas se croiser. Mais merci, la soirée fut délicieuse."
 
L'homme ne répondit pas, il semblait avoir déjà été mis au courant. Les bruits se déplacèrent dans l'appartement et des bruits d'habits et de pas s'éloignant. La porte fut refermée, à clef et les bruits de pas revinrent vers la chambre de Jeanne. La porte fut déverouillée et ouverte.
RépondreQuote
Posté : 15/04/2018 8:26 Fantasmeur et lamourette aiment
lamourette
(@lamourette)
Level 1
Posté par: Legras
Merci du retour Lamourette, peut être pas forcément un couple, mais BDSM assurément.
 

Auditrice silencieuse

 
La sonnette fit descendre immédiatement l'envie de Jeanne, elle était lentement envahie par la peur. Une personne était sur le point de rentrer dans leur appartement alors qu'elle était totalement impuissante. Elle hésita à rouspéter mais cela n'aurait qu'indiquer sa présence et augmenter sa possible découverte. Elle resta sans bruit couchée sur son ventre, tendant l'oreille pour essayer de comprendre ce qui était dis à l'autre bout de l'appartement. D'abord le son de voix étouffée par la distance et la porte, puis elle devinrent plus claire :
 
"Ta colloc n'est pas là ?"
"Non elle est sortie ce soir."
 
Cette simple phrase réussi à la rassurer, Zoé ne lui avait pas tendu une embuscade. Dans un éclat de rire Zoé continua
 
"Pourquoi elle te plaît ?" L'homme rit aussi
"Elle est mignonne c'est sur, et une soirée avec vous deux ne me déplairait pas."
"T'es bête, je ne suis pas assez bien pour toi ?"
"Mais si, vient là que je te le montre."
 
S'ensuivi des bruits de meubles qui se déplaçait, et des bruits de baisers intense. Un "Mhhhh" lui fit comprendre que le soutient-gorge était enlevé et laissa la généreuse poitrine de Zoé à l'air libre. Des bruits de tissus qui se froissait et était jeté au sol lui parvenaient également. Entendre ce désire à quelques mètre d'elle, suffit à faire monter celui Jeanne oubliant totalement qu'un inconnu se trouvait derrière sa porte. Dans sa concentration auditive elle n'avait pas fait attention qu'un filet de bave commençait à descendre de sa bouche allant imbiber le linge, la corde entre ses jambes commençait également à être bien imprégné mouillant le linge entre ses jambes. De l'autre côté de la porte Zoé était maintenant assise sur la table, jambes écartée, l'homme s'y était posté l'embrassant profondément, l'enlaçant et venant jouer avec ses fesses également. Il était toujours en jeans, tandis que Zoé était totalement nue. Lentement il la fit basculer en arrière et vint la coucher dos sur la table. Laissant son dos tranquille il s'attaqua à sa poitrine, tant avec ses mains qu'avec sa bouche. Les tétons de Zoé étaient déjà bien tendu, idéale à embrasser ou pour jouer avec. Un chemin de baiser amena l'homme à son entrejambe, devenue bien humide.
 
Zoé soupirait de plus en plus fort, c'est ce que Jeanne entendait le mieux et elle ne pouvait que s'imaginer ce qu'il se passait, augmentant son désire et sa mouille. Comme pour aider sa colloque à imaginer la scène Zoé donna l'ordre :
 
"Vas-y lèche moi."
 
L'homme ne se fit pas prier, les lèvres extérieur de Zoé disparurent dans sa bouche. A l'intérieur la langue commençait à exciter les parois extérieur de celles-ci et allait gentillement couche après couche plus loin à l'intérieur. Il aspirait également la totalité du vagin, forçant le sang à affluer et augmentant les sensations ressentie. Le soupirs s'étaient transformé en gémissement de plaisir, léger mais terriblement excitant, surtout pour Jeanne qui ne pouvait qu'entendre. Jeanne se rendit compte que ses seins devenait humide, et remarqua que le linge était plein de bave là ou elle se trouvait, péniblement elle se déplaça de quelques centimètre. Ses mouvements vinrent tirer la corde entre ses jambes, venant frotter son vagin, elle fût surprise d'avoir cette sensation mais bien vite elle dû retenir un soupir de sa part.
 
L'homme qui se retrouvait la tête bloqué par la jambe de Zoé dans son entrejambe continuait son travail de fond. Il en était au clitoris et s'amusait à le laper rapidement avant d'aller s'occuper d'une autre zone et d'y revenir. Il finit par s'y arrêter et jouer avec, Zoé ne put retenir un "Hen" de plaisir, cabrant son bassin pour jouer elle aussi avec la langue. Sa tête était posée contre la table et elle sentait des vagues de désire arriver de plus en plus rapidement, si elle laissait faire elle aurait un orgasme là sur la table. Elle écarta ses jambes et repoussa lentement l'homme, s'assit sur le bord de la table.
 
"Tu m'as montré que tu sais y faire en tout cas. Voyons voir si je te fais de l'effet."
 
Elle se mit à genou devant lui, ouvrit son pantalon et le descendit lentement avec son caleçon. Devant elle se dressa un joli sexe au garde à vous, souligné par de grosse testicule.
"J'adore voir de si gros sexe. A mon tour."
 
La s'en était sur elle faisait tout pour exciter Jeanne, qui jouait par moment avec sa corde à se frotter l'entrejambe. Zoé avait lentement pris le sexe en bouche et effectuait de lent va et viens, ses mains jouaient avec les bourses ou branlaient lentement la verge découverte. Ce fût au tour de l'homme de soupirer, les coupant de "Oh oui" "Encore". Il prit Zoé par les cheveux et lui bloquant la tête donna le rythme avec son bassin. Cela eu pour effet de produit des sons gutturaux bien audible pour Jeanne, qui savait très bien ce qu'il se passait, elle joua avec la boule du bâillon pour la faire aller et venir et se sentir au plus proche de l'action. Le son s'arrêta avant que l'homme n'éjacule, Zoé se releva et le prenant par la main l'amena dans sa chambre, voisine de celle de Jeanne. 
 
"J'aime être prise en levrette."
 
Automatique l'image de Zoé à quatre pattes sur le lit vint à Jeanne, et les gémissement qui arrivèrent peut après lui confirmèrent cette position, tout comme les claquement de cuisses contre les fesses. L'entrejambe de Jeanne était un volcan en éruption prêt à exploser, elle ressentait le besoin de sexe, commençant à se débattre à nouveau pour se libérer. Cela eu pour effet d'amplifier le frottement de la corde entre ses jambes, et l'amenant à gémir à son tour. Sans réfléchir au bruit qu'elle pourrait faire elle se fit tomber sur le coté et ondula son bassin, à son tour elle sentait des vague de chaleur monter de plus en plus rapidement. De l'autre coté du mur la chaleur était tout aussi élevée, Zoé avait laissé sa tête s'écraser contre son coussin ne laissant que ses fesses surélevée, le coussins lui servit pour atténuer ses cris jouissance, pas assez pour que Jeanne ne les entendent pas. L'homme fut le premier à venir, dans un râle de plaisirs, peut après Zoé se laissa exploser, étant toujours pénétrée par l'homme. Jeanne n'arrivait pas à aller plus loin que des gémissements de plaisir, se frustrant de plus en plus. Quelques minutes plus tard, après des bruits d'embrassade et de câlins, Zoé pris la parole :
 
"Je voudrais bien te dire de rester, mais ma colloque va rentrer et comme je te l'ai dit on a une règle, c'est de ne pas se croiser. Mais merci, la soirée fut délicieuse."
 
L'homme ne répondit pas, il semblait avoir déjà été mis au courant. Les bruits se déplacèrent dans l'appartement et des bruits d'habits et de pas s'éloignant. La porte fut refermée, à clef et les bruits de pas revinrent vers la chambre de Jeanne. La porte fut déverouillée et ouverte.

J'ai adoré ! Étrangement cela m'a excité aussi et je te félicites de nous partager ce récit. Mais chose que je m'étonne ! Comment est-ce que zoe, qui à la base est novice, a su attacher si bien sa coloc pour lui procuré du plaisir???

RépondreQuote
Posté : 15/04/2018 10:52 Legras aime
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoy
Level 7

Très bonne question. Si tu le saura dans le prochaine épisode, enfin si je ne me laisse pas emporter par des envoler érotique 😆 .
Ravi que cela t'aille plu. Pourquoi tu trouve étrange que cela t'excite ? Tu n'es pas attiré par le bondage ou les autres femme ?

RépondreQuote
Posté : 15/04/2018 10:57
lamourette
(@lamourette)
Level 1
Posté par: Legras

Très bonne question. Si tu le saura dans le prochaine épisode, enfin si je ne me laisse pas emporter par des envoler érotique 😆 .
Ravi que cela t'aille plu. Pourquoi tu trouve étrange que cela t'excite ? Tu n'es pas attiré par le bondage ou les autres femme ?

J'ai aucun problème avec les plus parts des récits que certains auteurs fréquentes içi le forum 🙂 Je trouve que vous avez tous votre propre style et signature. 🙂 Moi, je suis à l'aise avec ma sexualité et je n'ai pas honte d'avoir une sexualité épanouis. J'ai pour l'instant 2 copines dont une lesb et l'autre bi + la copine bi de ma soeur jumelle.

Je découvre tout simplement l'autre face caché de zoe qui semble être experte en BDSM et en bondage 😉 Il me se semble que zoe n'est pas à sa première fois ! Sinon, je crois plus tôt que zoe a du aller en semaine, la semaine ou elles ont fais des achats, prendre des cours en accélérer chez la vendeuse???

RépondreQuote
Posté : 15/04/2018 11:21 Loki Nopo et Legras aiment
Page 1 / 10 Suivant
Share:
  
En travaux

Veuillez Connexion ou Inscription