Règles de collocation – Page 7 – Récits érotiques – Forum Sexualité

Règles de collocation  

Page 7 / 8 Retour Suivant
  RSS
Legras
(@legras)
Level 6

Savoir donner

Sa tête étant tenue en arrière Zoé fut forcée de voir Jeanne s'approcher face à elle, toujours les bras croisé dans son dos, mais un regard malicieux et un petit sourire en coin, Zoé ne compris pas tout de suite ce qu'elle avait dans la tête. Derrière elle, Zoé sentait toujours le gode en mouvement qui lui poussait les parois de l'anus. Jeanne fini par arriver juste devant la tête de son amie, la vendeuse lui décocha un petit hochement de tête, Jeanne décroisa ses bras et saisi la tête de Zoé au niveau de ses tempes. Zoé était maintenant tenu la tête relevée par la vendeuse, par ses cheveux, et Jeanne devant qui lui guidait le visage de gauche à droite afin de le placer juste devant son entrejambe.

"Non"

Le ton était entre un dégout et du jeu, elle venait de comprendre la suite et comme pour la sodomie elle n'était pas forcément attirée par les cunnilingus (sur d'autre femme), mais dans la situation présente elle semblait être prête à tout niveau sexuelle. Zoé tenta de bouger sa tête de gauche à droite, mais Jeanne la lui tenait fermement et la regardait de haut, durement lui faisant comprendre qu'elle n'avait pas le choix, d'une voix douce et ferme elle le lui expliqua :

"Tu vas être une gentille soumise et me lécher la chatte."

La phrase finie, Jeanne plaqua son entrejambe sur le visage de Zoé, son nez vint s'écraser sur la zone juste au dessus du vagin et sa bouche était appuyée contre le vagin de Jeanne. En voyant et entendant cela, la vendeuse sourit, elle sentait le côté dominateur de Jeanne prendre le dessus et cela lui plaisait. La vendeuse augmenta le rythme, ce qui fit légèrement crier Zoé et donc ouvrir la bouche, ses cris étaient étouffé par l'entrejambe et cette simple vibration sonore faisait déjà des effets sur Jeanne. Elle ondula du bassin, pour venir frotter les lèvres de Zoé contre son vagin jusqu'à sentir sa langue lui caresser les grandes lèvres. Zoé regardait le visage de Jeanne, qui montrait déjà les prémices du plaisir arriver, Jeanne regardait également Zoé ses yeux s'étaient dilaté lui faisant un regard noir et plein de désir.

Jeanne lâcha la tête de son amie et vint s'agripper à la cage, s'appuyant encore plus contre le visage de Zoé. Zoé elle, semblait prendre de plus en plus plaisir à lécher le vagin de son amie, surtout que la cyprine était abondante. S'étant penchée en avant, Jeanne arrivait vers le milieu de la cage, elle s'appuyait dessus de ses bras tendu, gémissant, respirant profondément, fermant ses yeux par moment, tout son corps était en train d'onduler comme pour transmettre le plaisir de ses pieds à la tête. La vendeuse se pencha également en avant, lâcha les cheveux de Zoé et saisi le visage de Jeanne, surprise celle-ci ouvrit les yeux et vit le visage de la vendeuse s'approcher. Elles s'échangèrent un long et profond baisé, Jeanne ne sentait plus son corps, excitée par le bas et en train d'échanger un baiser avec une autre personne, surtout qu'au court du baiser la vendeuse descendit une de ses mains et vint palper un de ses seins, Jeanne lui rendit son mouvement. Sous leur baiser, Zoé était en train d'arriver également à l'orgasme, mais personne ne semblait s'en soucier, les deux autres filles étaient trop occuper entre elle. Jeanne avait fermé ses yeux, elle était en train de réaliser son rêve, avec un supplément une autre femme s'occupait d'elle. Elle sentait des fourmillements sur tout son corps tellement ses sentiments était irréelle.

Zoé cria son orgasme dans le vagin de Jeanne, qui senti juste que les coup de langue s'était arrêté, elle baissa les yeux et vit son amie en train d'être parcourue de spasmes, elle en sourit et fit signe à la vendeuse de ce qui était en train de se passer. Les deux filles se séparèrent, Jeanne libéra la bouche de Zoé et la vendeuse sortit de son anus, Zoé s'effondra une nouvelle fois dans la cage encore plus vidée qu'avant. Jeanne se mit à genou devant la cage et souleva lentement le visage de son amie, bien qu'elle aille les yeux mi-clos et aucune force dans son corps, Jeanne déposa un doux baiser sur ses lèvres, que Zoé semblait lui rendre par réflexe. Jeanne lui lâcha la tête lentement et la laissa pendre au bout de son cou. La vendeuse s'était approchée d'elle et avait passé un préservatif sur le gode, voyant cela Jeanne le pris en bouche immédiatement, et mima une superbe fellation regardant avec envie le visage de la vendeuse, une des mains de Jeanne s'étant posée à la base du gode et le branlant en cadence de la fellation. Jeanne fini par relâcher son emprise sur le gode et restant à genoux supplia la vendeuse :

"Maîtresse, prenez moi s'il-vous-plaît."

Et sans dire un mot, la vendeuse lui tourna les épaules et la poussa en avant et lui leva les fesses, la mettant en position de levrette juste devant la cage. Elle lui enfila le gode lentement dans son vagin, et fini par donner de puissant coup de bassin, faisant crier Jeanne de jouissance rapidement, tellement elle était excitée par le cunni de Zoé. Elle fini par ouvrir en grand sa bouche, s'agripper fortement à la cage devant elle, tout les muscles de son corps s'étaient tendu, aucun son ne sortait, mais tout était en train d'exploser à l'intérieur d'elle, surtout que la vendeuse continuait d'aller et venir en elle. Jeanne fini par se laisser tomber sur le côté terrassée par cet orgasme.

La vendeuse regarda ses deux soumise, inanimée devant elle, elles dégageaient un sentiment de bien être et de béatitude les rendant encore plus belle. La vendeuse vint déposer un baiser sur le front de chacune d'elle et ôta son gode-ceinture. Elle alla chercher leur vêtement et ouvrit la cage de Zoé, en attendant leur réveil elle commença à ranger et nettoyer les divers accessoires qu'elle avait sortit et utilisé.

RépondreQuote
Posté : 07/05/2018 10:03 StephAngel aime
Legras
(@legras)
Level 6

Une suite tout en douceur

Retour au monde réel

Jeanne fut la première à émerger de son sommeil post-orgasmique. Elle restait couchée sur les tapis de yoga en mousse, d'un coté elle voyait Zoé affalée dans sa cage en train de revenir à elle tout doucement et de l'autre elle avait une superbe vue en contre plongée de la vendeuse, qui lui tournait le dos rangeant les accessoires de la table. Elle bougea légèrement, ce simple bruit suffit à la vendeuse pour comprendre qu'elle s'était réveillée, elle se tourna et la regarda tendrement de haut, un sourire attendrissant sur ses lèvres. Jeanne lui rendit son regard doux, et plia légèrement ses jambes pour se mettre en début de position fœtal, une main sous sa tête, elle faisait le maximum pour charmer la vendeuse.

La vendeuse s'agenouilla vers le visage de Jeanne, et passa une main dans ses cheveux, les faisant passer derrière son oreille. Les deux filles continuaient de plonger leur regard l'un dans l'autre, des étoiles s'échappaient de chacun de leur yeux. La vendeuse se pencha et posa un tendre baiser sur la tempe de Jeanne et se redressant approcha les vêtement de Jeanne vers elle. S'asseyant doucement, la jeune fille regarda la vendeuse :

"Merci Maîtresse."

Se relevant en passant une nouvelle fois sa mains dans les cheveux de Jeanne, la vendeuse lui sourit. La Jeanne du début de séance, paniquée ayant peur de perdre le contrôle, d'être abandonnée, là elle avait une femme épanouie de sa séance, qui avait laissé remonter ses instincts de dominatrices sur la fin, chose qui avait bien plus à la vendeuse aussi. Jeanne avait passé un cap et elle s'en rendait compte également, elle se sentait toujours plus dominatrice que soumise, mais avec la vendeuse elle était en confiance maintenant, prête à être sa soumise. Finissant de s'habiller, elle se releva et pris la vendeuse dans ses bras, la serrant pour faire comprendre tout ce qu'elle n'arrivait pas à dire. La vendeuse la pris dans ses bras également, et elles restèrent un moment ainsi, comme pour redonner une certaine énergie à Jeanne.

Dans la cage Zoé commençait à bouger, se gardant dans les bras l'une de l'autre les deux femmes la regardèrent émerger. Zoé leur sourit, ravi de ce qu'elle venait d'endurer. Décidément elle était très à l'aise dans sa position de soumise, sous l'emprise de deux femme sur la fin en plus. Elle semblait toujours en demander plus, sa soumission semblait être une sorte de libération pour elle, comme si elle vivait les règles comme autant de barreau l'empêchant d'être elle même. Elle bougea légèrement en arrière et sentit que plus rien ne la retenait et elle commença à se reculer doucement.

"Va aider ton amie à sortir."
"Oui Maîtresse." Elle répondis plongeant toujours son regard dans le sien, pour lui faire comprendre qu'elle aimait l'avoir comme Maîtresse.

Jeanne se déplaça derrière la cage, et accompagna les mouvements de Zoé, la guidant en la prenant par le bassin et remontant vers les cotes petit à petit. Une fois son torse et sa tête sortis, Zoé se redressa en étirant longuement ses bras et les faisant retomber autour du cou de Jeanne. Elle s'y agrippa forçant Jeanne à se pencher en avant, les deux filles échangèrent un baiser, gardant leur bouches collées l'une à l'autre Jeanne se redressa lentement aidant Zoé à tendre ses jambes et poser ses pieds au sol.

Les deux filles étaient debout, s'enlaçant tout en continuant le baiser, Jeanne ayant mis ses chaussures à talon elle était légèrement plus grande que Zoé, la dominant une nouvelle fois, mais cela ne dérangeait ni l'une, ni l'autre. Zoé fini par poser sa tête contre la poitrine de son amie, gardant ses bras autour de son cou, elle était au anges, semblant avoir trouvé ce qui lui manquait une ou deux Maîtresse. La vendeuse s'approcha et posa les vêtements de Zoé sur la cage, Jeanne les pris un à un et aida son amie à s'habiller, toujours très sensuellement. Une fois ceci fait les deux filles se regardèrent et Jeanne murmura quelque chose, Zoé approuva.

Elles retournèrent sur le tapis de yoga et se mettant en position avec les mains sur les genoux elle baissèrent la tête. Et dirent en même temps :

"Merci Maîtresse, ce fut une magnifique leçon. Nous sommes vos soumise."

Prenant à chacune une main, la vendeuse les releva et les pris dans ses bras.

"Vous avez été de magnifique soumise. Il faudra que l'on recommence."
"Oui Maîtresse."
"Oui Maîtresse."

Les 3 filles restèrent un moment comme cela et se dirent au revoir, la vendeuse les faisant sortir par la porte de l'arrière boutique.

RépondreQuote
Posté : 08/05/2018 11:48
Legras
(@legras)
Level 6

Fin de week-end

Les deux filles rentrèrent chez elles, bras dessus, bras dessous. Elles étaient encore dans leur monde de domination et d'amour et ne prêtait pas vraiment attention au personnes qu'elles rencontraient sur le chemin du retour. Elle se rendait compte qu'elles étaient dévisagée parfois, mais elles se disaient que c'était sûrement qu'elle n'était jamais venue dans ce quartier et de voir 2 filles s'enlacer ainsi pouvait surprendre des personnes. Elles en rigolaient, se dévorant mutuellement du regard et explosant de rire. Une fois arrivées chez elle, elles s'embrassèrent, sur la bouche évidemment, et chacune fit voler ses vêtements et fila dans son lit pour dormir.

Le lendemain en fin de matinée, ce fut Zoé qui se réveilla la première elle émis un cri de surprise, ce qui fit émerger Jeanne. La porte de sa chambre s'ouvrit dans la volée, Zoé semblait paniquée dans l'encadrement.

"Tu te souviens de hier soir ?"
"On ne frappe plus aux portes maintenant ?"
"Je rigole pas là, tu te souviens de hier soir ?"
"Je pense que j'aurais de la peine à l'oublier, tu as été magnifique."
"Oui et il me semble qu'on en aille gardé un autre souvenir."

Et elle plaça une main à la base de son cou, le regard de Jeanne suivit le déplacement de la main et ses yeux s'ouvrir en grand. A son tour elle se toucha la base du cou. Les colliers, la vendeuse ne les leurs avaient pas enlevé, elles étaient rentrée avec hier soir à la vue de tous, c'est peut-être pour cela que des personnes les dévisageaient. Jeanne se leva en toute hâte et écartant les cheveux de son amie constata que le cadenas était toujours là, tenant bien fermé le collier. Jeanne réfléchissait.

"Peut être est la vendeuse qui nous as fait un cadeau et à caché la clef dans un de nos sac."

Les deux filles vidèrent leurs sac sur la table, examinant chaque objet et ouvrant toute les poches et objet pouvant renfermer quelque chose, mais rien. Zoé s'effondra sur la table, Jeanne elle faisait les cent pas dans la pièce, réfléchissant tout en jouant avec l'anneau du collier, elle fila sur l'ordinateur et trouva le site de la boutique. Evidemment il n'y avait que le numéro professionnel et aucun nom, en désespoir de cause Jeanne appela la boutique, mais cela sonnait dans le vide, évidemment un dimanche peut de chance qu'elle soit ouverte.

Jeanne se déplaça vers Zoé, la pris dans ses bras, leur poitrines encore nue s'écrasèrent l'une contre l'autre, elles restèrent un moment ainsi. Zoé semblait terrassée, mais Jeanne elle regardait au loin comme réfléchissant à mille chose en même temps. Finalement Jeanne, décolla son amie et la tenant par les épaules la regarda :

"Mais au fait qu'est-ce qui nous dérange dans ces colliers ?"
"Ils montrent à tous que nous sommes des soumises."
"Tu ne va pas me dire qu'avec tout tes plan cul, personne n'a ressentit que tu était très soumise. Et après tout si le cadenas n'est pas visible ces colliers ressemble à de très beau bijoux."

Zoé allait répondre énervé à la première remarque, mais au fond elle avait raison et vu comment les ragots se propagent rapidement une grande partie des garçon de l'uni devaient être au courant des différents évènements passé dans sa chambre. Et lentement ses yeux descendirent et s'arrêtèrent sur le collier de Jeanne, elle l'examina longuement, à la lumière du jour c'est vrai qu'il était encore plus beau, le métal mat semblait briller de lui même et l'anneau jaune était comme une pierre précieuse en son centre. La force dominatrice de Jeanne était là aussi, dans ce genre de moment elle savait garder son calme et ne pas être submergé par des émotions et trouver des solutions logique aux choses. Zoé se calmait petit à petit, et trouvait même beau ce collier en oubliant totalement sa signification, elle se frotta les yeux pour enlever les début de larme s'y trouvant.

"Tu as raisons, et tout le monde ne sais pas à quoi ils correspondent. Et tu es magnifique avec aussi."

Terminant sa phrase elle allait caresser le collier de Jeanne, avant qu'elle ne puisse le toucher sa main fut attrapée en plein vol et tirée vers le bas le long de son corps, interloquée Zoé suivit la trajectoire forcée de sa main.

"Qui ta permis de toucher le collier de ta Maîtresse ?"

Elle releva la tête interloquée, la bouche entre ouverte, elle cherchait à dire quelques chose mais rien ne venait. Jeanne s'était dressée de toute sa taille, prenant une attitude dominatrice, même si son visage était plus bas que celui de Zoé, son regard était hautain voir méprisant, imposant le respect, ses cheveux libre étaient en partie passer sur son torse couvrant en partie ses seins. Quelques secondes passa et Jeanne prit les devant en saisissant l'anneau du collier de Zoé et le tirant vers le bas. Zoé s'avoua vaincue et plia les genoux, baissant la tête, la voila à genoux devant son amie, tête baissée, mais un sourire en coin car cette nouvelle situation l'excitait quand même.

"En position Nadu."

Zoé du se remémorer la liste des positions et fini par place ses mains sur les genoux mais les paumes vers le haut, elle gardait la tête basse, attendant la suite. Jeanne disparu dans sa chambre.

RépondreQuote
Posté : 09/05/2018 10:15
Legras
(@legras)
Level 6

Y a le téléfon qui son

Zoé restait à genou à coté de la table de la salle à manger, dos à la chambre de son amie. Elle entendait dans le chambre de Jeanne, des bruits de cartons, vêtements déplacé, finalement un bruit de fermeture éclaire. Des bruits de talons se firent entendre sortant de la chambre et Zoé retenait son envie de tourner la tête pour découvrir ce qu'avait enfilé Jeanne. Sa curiosité allait être comblée, Jeanne arriva devant elle, toujours la tête baissée elle ne voyait que le bas des chaussures que Jeanne avait enfilée. Le bout était pointu, de fin talons aiguilles levaient les talons des pieds de Jeanne, aucune plateforme et un cuir noir mat recouvrait tout le pied.

"Tu peux lever la tête."

Lentement Zoé leva la tête, les chaussures se révélèrent être des bottes, enserrant les mollets de Jeanne les rendant encore plus seyant et attirant. Au dessus des bottes, de la peau nue était visible mais rapidement cachée, au 2/3 des cuisses, par une robe fuseau rouge, continuant de lever les yeux Zoé admirait les courbes de son amie ainsi mise en valeur par cette robe, surtout qu'une large ceinture venait lui serrer la taille faisant encore plus ressortir ses formes. Arrivé au niveau de la tête de Jeanne, Zoé sourit :

"Vous êtes magnifique Maîtresse."
"Merci, mais la flatterie ne change pas le programme."

S'approchant de la table Jeanne pris une chaise, s'assit et tendit une botte devant Zoé :

"Elles sont neuve et aurait besoin d'un petit nettoyage." Les yeux de Jeanne brillait d'excitation et de joie, elle avait longtemps rêver de faire ceci, d'avoir une personne à ses pieds. Comme rien ne se passait elle appuya le bout de sa bottes contre la bouche de Zoé.

"Tu ne va pas remettre en question les ordres reçu de ta Maîtresse ?"

Reculant un peu la tête, Zoé mettait de l'ordre dans ses pensées, elle n'aurait jamais pensé être dans cette situation, elle n'en revenait pas et se demandait ce qu'elle devait faire, mais peu de solution s'offrait. Et elle commença timidement à lécher le côté de la botte devant elle.
L'odeur du cuir emplis ses narines, et effectivement elle sentait le cuir neuf, les bruits de cartons devait être le carton des bottes. Sous sa langue, le goût était surprenant, elle s'attendait à avoir un goût âcre et amère, mais non le goût était le même que l'odeur.

"Je vais avoir une crampe si tu ne prend pas ma jambe."

Comprenant le message Zoé, pris délicatement d'une main le mollet et de l'autre le bout de la botte. Elle continuait de lécher délicatement et du bout de la langue le dessus du pied, pouvant le tourner à sa guise pour l'avoir bien en face d'elle. Jeanne força le mouvement et plaça le talon de la botte face à la bouche de Zoé, celle-ci l'engouffra sans attendre aucun ordre, faisant glisser ses lèvres le long de cette hampe, elle leva les yeux et les fixa dans ceux de son amie comme elle le ferait lors d'une fellation avec un homme. Jeanne capta le regard et l'échangea, faisant comprendre son désire d'être ainsi servie. Zoé suçait le talon, toujours les yeux fixé dans ceux de son amie, lorsque le pied fut reculé la semelle vint se présenter devant sa bouche, elle voyait très bien que tout était neuf et elle l'embrassa à plusieurs reprise.

Jeanne posa son pied entre Zoé et elle.

"Couvre le de baiser."

Zoé fut obligé de se pencher en avant, prenant appuis sur ses mains de part et d'autre de la botte, Jeanne avait une magnifique vue plongeante sur le bas du dos et l'orée des fesses de son amie, quel vue magnifique. Zoé elle ne voyait que le cuir de la botte qu'elle commençait à couvrir de tendre et doux baisers depuis la pointe de la botte. Lentement elle remontait tournant la tête pour atteindre la plus grande zone possible. Jeanne sentait des frissons d'entendre ces bruits de succions et typique de deux lèvres se séparant et sentir cette douce pression le long de sa jambe. Arrivé en haut de la botte Zoé s'arrêta ne sachant que faire ensuite. Elle senti ses cheveux pris par le poing de son amie la forçant à la déplacer vers son autre pied, elle compris et recommença à nettoyer la deuxième botte.

Jeanne n'en revenait pas, quelqu'un lui léchait littéralement les bottes et elle trouvait cela terriblement excitant, son entrejambe commençait d'ailleurs à chauffer. Elle se mit debout, Zoé s'arrêta mais un "Continue." l'obligea à baiser les pieds de son amie debout. Zoé sentait le corps entier de Jeanne se trémousser sans vraiment savoir pourquoi, tellement elle était concentrée sur la botte face à elle et la sentit se rasseoir. Arrivé en haut elle s'arrêta à nouveau, cette fois les pieds s'écartèrent rapidement, levant les yeux de surprise elle découvrit l'entrejambe à l'air libre de son amie, elle avait relevée sa robe et venait d'écarter ses jambes laissant libre accès à sa grotte humide sans culotte. Zoé se mordit la lèvre inférieur tellement cette vision était délicieuse, elle chercha du regard le visage de Jeanne qui lui fit comprendre qu'elle pouvait s'en occuper.

Tel un chat, Zoé se déplaça à quatre pattes vers l'entrejambe de son amie, elle passa ses bras sous les jambes rapprochant le bassin du bord de la chaise et de sa bouche. Jeanne elle passa ses jambes dans le dos de sa soumise et la força à se coller à elle et doucement Zoé déposa de doux baiser dans cette zone si sensible. Jeanne se laissa tomber en arrière contre le dossier de la chaise, se tenant au pieds de celle-ci pour ne pas perdre l'équilibre. Zoé avait laissé les baiser pour venir lécher l'extérieur des grandes lèvres, de bas en haut, cherchant à rentrer entre elle vers le clitoris et l'exciter du bout de sa langue. Jeanne sentait quelle commençait à perdre le contrôle de son bassin, sa respiration devenait de plus en plus rapide et courte, manifestement Zoé savait y faire. Lâchant un pied de chaise Jeanne vint plaquer encore plus fort le visage de son amie, la forçant à la pénétrer de sa langue et réduisant son champs d'action.

"VRRR VRRR VRRR" "VRRR VRRR VRRR" "VRRR VRRR VRRR"

Le portable de Jeanne sonnait sur la table proche, elle repris ses esprits et sourit. Elle croisa ses jambes plus hautes bloquant la tête de Zoé contre elle et pris le téléphone et sans regarder l'identifiant décrocha :

"Oui allô ?"
A ces mots, Zoé voulu se redresser, mais les jambes la bloquait elle devrait rester là, contre le vagin de son amie pendant qu'elle serait au téléphone.
"Ah Cassandra comment ça va ?"
Cassandra, entendre ce prénom tout en léchant un vagin faisait remonter des souvenirs à Zoé qui commençait à humidifier son entrejambe. Comprenant qu'elle n'avait d'autre choix que d'être là elle redoubla d'effort sur ce qui se présentait à elle, elle alternait entre des petits coups de langues rapide, une pénétration lente et la plus profonde possible et aspirer les lèvres se présentant à elle.
"Les grillades, dimanche qui vient ? Ecoute je regarde avec Zoé, mais il me semble que c'est bon."
Sans vraiment chercher à avoir une réponse, Jeanne demanda à haute voix :
"Zoé dimanche prochain grillades avec Cassandra et ses amis, c'est bon pour toi ?"
Les attaques répétées sur son entrejambe commençait à faire effet, et Jeanne devait retenir des gémissements et des soupirs de plaisirs, elle se mordait la lèvre pour couper ce désire montant et serrait de plus belle la chaise de sa main de libre. Se fichant de répondre à la question, Zoé s'acharnait de plus belle sur l'entrejambe, Jeanne se pencha en avant, s'agrippant au bord de la chaise de sa main de libre, elle se mordait la lèvre supérieur pour ne pas crier de joie et fermait les yeux comme pour tout garder en elle. Elle prit une grande inspiration pour se calmer et réussit à dire, le plus naturellement possible :

"Oui c'est bon pour elle, vous passez nous prendre a 11h ? Parfais, je t'envois notre adresses alors. Bise et bonne journée."

Elle attendis la réponse pour ne pas raccrocher au nez de Cassandra, Jeanne hésitait entre décoller la tête de son amie pour ne pas se trahir et la plaquer encore plus fort pour profiter encore plus de ces coups de langues. Elle plaqua la tête en elle et dans un grand sourire :

"Salut"

Et raccrocha, Zoé n'avait pas réussi à la faire jouir au téléphone, mais elle avait réussi à réveiller en elle un appétit vorace de sexualité.

RépondreQuote
Posté : 17/05/2018 7:09
Legras
(@legras)
Level 6

Conséquence

Jeanne décolla le visage de Zoé, la tirant par les cheveux. Sa soumise toujours les bras autour de ses jambes la regardait satisfaite de son petit effet lors de l'appel téléphonique. Jeanne se positionna au fond de la chaise et se pliant en deux approcha son visage de celui de Zoé :

"C'est bête, si j'avais jouis j'aurais peut-être été plus clémente."

Zoé ne comprenait pas vraiment ce qu'elle voulais dire, mais elle se doutait qu'elle allait payer ce qu'elle venait de faire. D'une main Jeanne cherchait quelque chose sur la table et fini par le trouver et l'amener entre elles. Une cordes se déroula devant les yeux de Zoé, et rapidement une boucle passa dans l'anneau de son collier et les deux extrémité passèrent dans cette boucle, Zoé était maintenant pourvue d'une longue laisse que Jeanne enroulait autour de sa main.

Elle se leva, par reflexe Zoé se leva à son tour, tête baissée les mains dans le dos.

"Mais qu'est-ce que tu fait ? Aujourd'hui tu es ma chienne et puis tu es tellement plus belle à quatre pattes."

Zoé rougit devant ces paroles, jamais on ne l'avait traitée ainsi, elle allait se rebeller mais elle était toujours aussi excitée et elle sentait dans ces paroles de la douceur et de la tendresse, elle pouvait faire confiance à sa Maîtresse et elle avait terriblement envie de se soumettre. Elle se mit rapidement à quatre pattes, marchant derrière Jeanne, elle avait devant ses yeux les talons des bottes dansant devant elle, si elle les levait, les mollet gainé de cuir effectuait le même ballet et plus haut encore les fesses dandinant de Jeanne et la vision de sa raie naissante sous la robe. Même si cette position était des plus humiliante, elle lui donnait un angle de vue magnifique sur son amie. Jeanne effectua quelques tours dans l'appartement promenant sa chienne, un grand sourire aux lèvres et réfléchissant à la suite, en passant vers le canapé une idée lui vint.

Elle fit s'arrêter Zoé à l'arrière du dossier de celui-ci et passa la laisse entre ses jambes. Péniblement elle la fit ressortir de l'autre coté, passa chaque extrémité autour d'un pied avant et revint vers son amie en réunissant les deux extrémités. Elle passa croisa les extrémités sur sa poitrine et les noua dans son dos. Zoé était maintenant liée au canapé, chaque mouvement de son bassin ou son torse venait tendre la corde qui s'enfonçait un peu plus entre ses jambes et contre son torse, elle pouvait jouer à onduler son bassin pour s'exciter mais une douleurs naissait rapidement aussi.

"Bouge pas je reviens."
"Oui Maîtresse." Zoé avait presque envie de lui répondre, comment veux-tu que je bouge ainsi attachée. Mais elle se retint, sachant qu'elle risquait d'envenimer les choses.

Jeanne, accompagnée du claquement de ses talons se dirigea dans sa chambre et en ressortit bien vite avec le sac contenant tout les accessoires, cordes bâillons, bandeau et autres utilisé lors des sanction du au manquement aux règles. Elle le posa sur le canapé, Zoé ne pouvant voir ce qui en était sortit. Rapidement Jeanne arriva devant elle, tenant deux cordes, elle en attacha une à un de ses poignets et fit de même avec l'autre, prenant deux autres corde elle fit se redresser Zoé, qui grimaça sentant la corde se tendre, et attacha chaque cuisse avec une corde. Jeanne se recula, admirant son amie ainsi préparée à être encordée et qui la regardait d'un air inquiet.

Elle pris la corde restantes des cuisses et la passa autour du pied du canapé de son coté, et elle pris le poignet gauche pour l'attacher à la corde de la cuisse droite, passant derrière le pied droit du canapé. Et fit de même avec la corde du poignet droit qu'elle attacha à la corde de la cuisse gauche. Jeanne pris bien soin de tendre les cordes avant de les attacher, obligeant Zoé à écarter les jambes. Jeanne recula à nouveau, cette fois la vision était encore plus belle, Zoé avait les bras croisé devant elle relié à sa cuisse par une corde passant sous le canapé, chaque fois qu'elle tentait de bouger un bras sa cuisse était tirée encore plus vers l'extérieur et de même pour ses cuisses, qui répercutait leur mouvement sur ses bras.

Zoé regarda sa Maîtresse impressionnée, jamais elle n'aurait pensé à attacher quelqu'un comme cela, la voila entièrement à sa merci. La position n'était pas des plus agréable, mais ses muscles n'étaient pas entièrement tendu ce qui lui permettait d'avoir un certains jeu et elle pouvait endurer cette position plus longtemps. Jeanne se pencha vers son visage, posa sa main sur sa joue et vint plaquer sa bouche contre la sienne, ne pouvant s'y soustraire Zoé lui rendit son baiser, durant leur échange salivaire Jeanne vint plaquer sa mains contre l'entrejambe de sa soumise, ce qui la fit sursauter et donc tendre la corde. Jeanne jouait à la caresser tout en la baisant, Zoé commençait à ne plus sentir son corps, tellement les émotions ressenties étaient forte, elle respirait profondément, retenait des gémissements. Elle voulait se caresser ou au moins prendre Jeanne dans ses bras, mais impossible dans cette position et elle se débattait, forçant l'ouverture de ses jambes et la tension de ses bras. Avant que l'excitation ne soit trop forte et que l'orgasme ne pointe le bout de son nez Jeanne s'arrêta, se recula et mit debout.

"Qu'est-ce qu'on dit ?"
"Merci Maîtresse." Les yeux de Zoé étaient brillant, entre l'excitation et la frustration elle voulait jouir là maintenant, dans cette position. Sachant qu'il serait inutile et risqué de demander d'aller plus loin elle se contenta de supplier sa Maîtresse de son regard en ondulant lentement du bassin pour continuer à se faire du bien. Jeanne en sourit :
"Inutile de me faire tes yeux de merlan frit. Je décide de la suite pas toi."
Finissant sa phrase elle pris le bandeau et l'installa sur Zoé qui après le toucher, perdait un nouveau sens. Du bruit derrière elle lui signifia qu'autre chose allait être sortit du sac et sa bouche fut forcée, le bâillon venait de lui être installé. La voila entièrement à la merci de sa Maîtresse, ne pouvant voir ce qui arrivait ou même contester un ordre, les jambes ouvertes et les bras restreints, immobilisé contre le canapé. Elle grogna par principes mais s'arrêta bien vite, entendant les claquements des talons s'éloigner.
"Mhhhmn ?"
"Ne t'inquiète pas je ne quitte pas la pièce, c'est juste que j'ai faim pas toi ?"

En effet depuis leur réveille les filles s'étaient occupées des colliers et Jeanne avait joué avec Zoé, mais maintenant que Jeanne le disait Zoé commençait effectivement à avoir faim. Ne pouvant se fier qu'à ses oreilles elle entendais le bruits de biscottes, de la Napolitaine qui "chantait" lorsque le café était monté et surtout inondait l'appartement des son odeur forte, faisant encore plus saliver et frustrer Zoé. Le bruit d'une chaise, un liquide versé, un autre liquide, sûrement le café et le jus d'orange, le grésillement du beurre étalé sur une biscotte, le bruit de verre du couteau frappant le pot de confiture et finalement le *Crack* d'une morsure sur la biscotte.

Zoé salivait, entre autre par ce qu'elle s'imaginait mais surtout par le bâillon, de plus elle avait baissé la tête abandonnant toute rébellion et se concentrant sur ce qu'elle entendais. Elle sentait sa bave glisser le long de son menton et venir perler jusqu'à ses bras croisé. Elle s'abandonnait à sa situation et sa position, se nourrissant de ses émotions, des odeurs et des bruits perçu.

"Lève la tête, je veux voir comme tu es magnifique."

Zoé redressa sa tête, et effectivement elle était magnifique. Son corps légèrement halé par le bronzage, était surmonté d'une boule rouge et d'un bandeau noir, ses cheveux blond s'étaient en parties collée au canapé et l'autre passait soit derrière elle soit tombait sur son torse, de plus sa position des plus indécente, bras croisé jambe ouverte, semblait invité à toute les possibilité. Zoé ne sut combien de temps elle resta ainsi, gardant la tête levée elle entendais les craquements des biscottes et s'imaginait Jeanne la contempler tout en savourant un bon petit-déjeunez. Elle sourit en entendant le claquements des talons s'approcher, un bruit d'assiette et de Jeanne s'asseyant au sol à coté d'elle l'intrigua. Son bâillon fut enlevé de sa bouche et laissé pendre autour de son coup, il fut rapidement remplacé par une biscotte, Jeanne allait lui donner à manger dans cette position, situation encore plus humiliante, mais ayant terriblement faim Zoé mangea sans rouspéter, un café pas trop chaud lui fut donné ainsi que du jus d'orange, en bref un déjeunez normal et complet, sauf la position pour le prendre.

Laissant sa bouche libre, Jeanne se releva et ramena l'assiette et la tasse sur la table. Et elle revint devant sa soumise. Zoé l'imaginait devant elle, les jambes légèrement entrouvertes, sa robe lui enserrant ses fesses et sa poitrine, la ceinture réduisant sa taille, et ses yeux la fixant de haut remplis d'amour et de douceur. Zoé sursauta à nouveau en sentant le bout d'une des bottes venir lui caresser l'entrejambe, elle ne s'attendais pas à cela, mais la sensation était bonne.

"Ca te dirais de jouir comme cela ?"

RépondreQuote
Posté : 17/05/2018 7:20
Legras
(@legras)
Level 6

Tout travail mérite salaire

Zoé sentait la botte continuer de lui caresser ses grandes lèvres, que c'était bon. La sensation du cuir sur ses lèvres était nouvelle et tellement belle et douce, presque comme de la peau rugueuse venant lentement lui effleurer sa grotte aux plaisirs. Pris dans ses sensation elle ne répondit pas tout de suite, elle commençait à souffler de plaisir et émettre de petit gémissement.

"Je t'ai posé une question !"

La botte remonta un peu plus rentrant dans son vagin, la douceur avait fait place à plus de rudesse, ce mouvement fit remonter le bassin de Zoé, faisant jouer les cordes entre elle, rentrant plus dans sa chair et tirant sur son cou.

"Pardon Maîtresse. Oui je souhaite jouir ainsi."

La botte descendit, et sembla s'essuyer le long des lèvres en sortant de la zone de l'entrejambe l'excitant encore d'vantage. Des bruits de talons, dans l'appartement, Jeanne était allé chercher quelque chose et s'affairait à ses côtés. Zoé ne voyait pas ce qui se passait, elle sentait l'air déplacé par ses mouvements à ses côté, parfois elle était effleuré ce qui lui donnait des frissons.
Jeanne avait fini de bouger, d'après les derniers bruits elle se trouvait à nouveau face à elle.

"Mais avant il me semble que tu as quelque chose à finir."

Zoé leva la tête en direction de la source du son, cela ne servait à rien car elle ne voyait pas, mais c'était l'étonnement, qu'avait-elle à finir ? Et surtout dans cette position que pouvait-elle bien faire ?
L'air autour de son visage semblait se réchauffer. Elle sentit un contact de peau autour de son nez et de sa bouche, voila ce qu'elle devait finir, ce qu'elle avait commencé lors du téléphone avec Cassandra. Mais cette fois le contact était différent, la chair de Jeanne semblait plus charnue et tendue, en touchant ce qui se présentait devant sa bouche Zoé compris. Jeanne venait de lui coller ses fesses sur son visage et présentait son vagin juste devant sa bouche, mais cela voulait dire que...

Zoé essaya de se débattre, elle ne voulait pas avoir son nez dans l'anus de son amie, mais plus elle se débattait plus les cordes faisaient leur effet, tant entre son bassin et le cou, que ses bras qu'elle tentait de libéré qui tirait sur ses cuisses.

"Allez, soit une bonne soumise et si tu te débrouille bien tu aura une surprise."

Jeanne colla encore plus son postérieur contre le visage de son amie venant littéralement l'enserrer entre le canapé et ses fesses, sentir son nez venir frotter l'entrée de son anus était très étrange. Pour Zoé sentir son nez frotter l'anus de son amie était plus répugnant qu'autre chose, mais elle n'avait pas le choix. A contre cœur elle sortit sa langue et commença à s'occuper de la fente qui était devant sa bouche. Elle se concentra sur ce que faisait sa bouche plus que l'endroit où était son nez. Jeanne bougeait son bassin pour jouer avec la langue de Zoé et aussi bien replacé le nez vers son anus, elle s'était pliée en deux, remonté sa robe et écarté ses jambes. Ses longues jambes gainées de cuir était aussi haute que le visage de Zoé à genou, Jeanne avait posé ses mains au sol laissant retomber sa chevelure tout autour d'elle.

Zoé commença à se détendre et se donna encore plus pour s'occuper de l'entrejambe de son amie. Jeanne le senti, et les vagues de chaleurs commencèrent à monter de son entrejambe. Elle en gémit, en fait Zoé savait y faire pour faire plaisir, surtout que plus le temps passait plus elle prenait de l'assurance. Les petites léchouilles du début avait fait place à diverses aspirations sur ses lèvres, des pénétration par sa langue et des petits coups de langue très rapide à l'extrémité inférieur de ses lèvres. Zoé sentait que le corps de Jeanne semblait onduler de plus en plus et que Jeanne perdait le contrôle de celui-ci.

Soudain une vibration fit crier Zoé de surprise, le vibromasseur avait été installé entre ses jambes et Jeanne l'avait allumé et jouait avec. La tâche devenait de plus en plus ardue pour Zoé, entre la fatigue de la position et l'excitation provoquée par le vibro, elle n'arrivait plus à réfléchir et donnait des coups de langue hasardeux. Elle gémissait dans l'entrejambe de son amie, prenant de grande aspiration, tant par la bouche que le nez. Jeanne aussi, malgré le changement de rythme de Zoé, sentait l'orgasme venir, elle avait le souffle coupé par sa position et ne put tenir jusqu'à l'arrivée de celui-ci. Tant pis elle se releva, libérant le visage de Zoé qui, ne s'y attendant pas, partit en avant tirant une nouvelle fois les cordes, mais vu son excitation elle n'y prêta pas attention.

"Tu t'es bien débrouillée, tu t'améliore même."
Zoé en rougit presque, s'entendre dire qu'elle était douée pour lécher une fille n'était pas le genre de félicitations qu'elle recevait habituellement ou qu'elle souhait même recevoir.
"Merci Maîtresse."
"Tu mérite une libération."
Malgré le bandeau des étoiles apparurent dans les yeux de Zoé, elle allait enfin être libre de ses mouvements. Mais un nouveau cri de surprise, Jeanne avait rallumé le vibromasseur, la libération serait d'ordre orgasmique et non pas physique. Zoé cria de rage mêlé à un cri d'orgasme et pour supplier Jeanne.
"Nooooonnn"
"Tais-toi et profite."

Jeanne plaqua sa bouche contre celle de Zoé, la bâillonnant en quelque sorte. Zoé essayait de se libérer de ce baiser, mais impossible Jeanne la collait de très près. Zoé commençait à onduler le bassin de plaisir, respirant de plus en plus fort et profondément, de léger gémissement sortait de sa gorge. Jeanne sentait le corps de Zoé presque fondre devant elle, ses muscles cessant toute activité les uns après les autres. Mais soudain tous se raidirent à nouveau, l'orgasme était là, elle ouvrit ses yeux en grand n'y voyant rien à cause du bandeau, elle voulu crier, mais tout fut atténué par la bouche de Jeanne. Zoé donna des coups de bassins rapide, tirant de plus en plus sur la corde, mais elle s'en fichait c'était trop bon.

(L'image ne reflète pas exactement sa situation, mais c'est la seule que j'ai trouve s'en rapprochant ^^)
6666

Jeanne enleva le vibro et se recula, laissant le corps de Zoé partir en avant et n'être retenu que par les cordes et ses bras croisé devant elle, sa tête tombait en avant. Elle était comme éteinte. Jeanne s'était reculé et la regardait de loin, elle était fière de son amie et soumise. Elle baissa sa robe, l'arrangea et ôta les divers plis, en remontant le long de sa robe elle effleura son collier. Pris dans son jeu, elle l'avait complétement oublié ne voyant que celui de son amie.

RépondreQuote
Posté : 17/05/2018 7:25
souslesoleil
(@souslesoleil)
Level 1

Ne m'en veux pas... Je lis mais n'accroche pas... 😘 

RépondreQuote
Posté : 17/05/2018 7:28 Freyja aime
Legras
(@legras)
Level 6

Pas de soucis chacun est libre, merci de lire en tout cas. C'est quoi qui ne t'accroche pas ? Le BDSM, le lesbien ? N'aille pas peur de le dire, je ne me vexe pas.

RépondreQuote
Posté : 17/05/2018 7:30 Freyja aime
souslesoleil
(@souslesoleil)
Level 1

Ça vas être compliqué ce soir, mais j'y reviendrai (sans prétention!)... Et surtout: don't worry, be happy...

RépondreQuote
Posté : 17/05/2018 8:03 Freyja et Legras aiment
souslesoleil
(@souslesoleil)
Level 1

A Y'é: internet en louse, mon "like" toujours en "travaux"... Je les aime, mais parfois je les déteste... Faut de tout pour faire un Monde...

RépondreQuote
Posté : 17/05/2018 8:12
Legras
(@legras)
Level 6
Posté par: souslesoleil

A Y'é: internet en louse, mon "like" toujours en "travaux"... Je les aime, mais parfois je les déteste... Faut de tout pour faire un Monde...

Pas tout compris là 😆 

RépondreQuote
Posté : 17/05/2018 8:23
Legras
(@legras)
Level 6

Ne t'inquiète pas sls, c'est par pur curiosité, mais si je peux changer quelque trucs pour faire plaisir à un autre lecteur cela me fera plaisir aussi.

Délivrance vol. 2

Jeanne s'approcha de son amie et commença à la détacher lentement. Elle dénoua le noeud dans son dos, qui reliait son torse à son bassin, même si la corde était bloquée par les pieds la tension baissa et lentement son bassin descendait. Ensuite elle détacha les cordes entre les poignets et les cuisses, laissant les cordes attachée à ceux-ci mais ils n'étaient plus relié entre eux. N'étant plus retenue par les cordes, Zoé restait à genoux le dos appuyé contre le canapé, vidée par son orgasme et la tension sur ses muscles. Jeanne l'accompagna pour qu'elle puisse se coucher à même le sol pour détendre ses jambes et ne pas risquer de tomber. Ce qui énervait Jeanne, c'est que même dans cette position, allongée au sol tel une poupée de chiffon, Zoé restait magnifique, une sorte d'aura de beauté l'entourait. Elle lui délivra les cuisses, mais laissa les cordes installée sur ses poignets, Zoé émergeait tranquillement elle entrouvrit les yeux et croisant le regard de Jeanne elle sourit :

"Merci Maîtresse."
Jeanne vint déposé un smack sur sa bouche
"Merci à toi, tu as été magnifique et tu le reste d'ailleurs." Jeanne pouvait être énervée par la beauté de son amie, mais ce n'était pas une raison de lui en vouloir et puis ce n'est pas cette beauté qui dominait, mais elle simple brune dans la moyenne.

Zoé se tourna sur le coté et se mit en position foetal les yeux fermé, elle resta ainsi un moment. Pendant ce temps, Jeanne avait fait la vaisselle et ranger les accessoires qu'elle avait sortit, c'était son jour de faire ces tâches après tout. Elle s'installa devant la TV, une fois de plus elle se sentait dominante, elle installée confortablement sur le canapé, tandis que derrière elle se reposait sur le sol son amie. Zoé réveillé par le bruit de la TV, se leva, s'étira et s'approcha de l'avant du canapé. Jeanne qui s'était allongée sur celui-ci, s'assit normalement et laissa la place à son amie, qui elle vint s'y coucher posant sa tête sur les genou de Jeanne. Jeanne senti des frisson lorsqu'elle s'installa, pour elle c'est comme si Zoé montrait sa soumission en s'installant en dessous de sa Maîtresse et demandant des caresses presque. Zoé elle ne pensait pas vraiment à cela, elle était encore vaseuse et cherchait juste une meilleurs position pour se reposer, mais au fond d'elle, elle se sentait en sécurité avec Jeanne et aimait se sentir enveloppée et chouchoutée.

Les deux filles regardèrent des émissions basique d'un dimanche après-midi, Jeanne jouant avec les cheveux blond de Zoé, les caressant, enroulant autour de ses doigts, ou elle laissait courir sa main sur le flanc de son amie, toujours nue, et effleurait ses fesses par moment. Zoé se laissait aller, qu'elle aimait ces contacts doux et emprunt d'affection, à un moment donné elle essaya de détacher les cordes autours de ses poignets, mais une claque sur les fesses la stoppa.

"Non, ça tu les garde aujourd'hui qui sait si je ne vais pas jouer à nouveau avec toi."

Le regard de Zoé était entre la supplication de ne pas le faire et l'excitation d'être à nouveau soumise. En le voyant Jeanne sourit et posa un baiser sur son front. Elle posa sa main sur le collier de Zoé, joua avec un moment et demanda :

"Et si la vendeuse dit qu'on a le choix entre les garder et les enlever, tu choisirais quoi ?"

Zoé vint caresser son collier, jouer avec l'anneau, le faire légèrement bouger, le cuir était toujours aussi doux et le contraste avec l'acier aussi épatant. Elle qui se matin était affolée à l'idée de l'avoir garder, commençait à s'y attacher, le trouver rassurant même. Tournant la tête elle capta le regard de Jeanne :

"Je le garderais, uniquement si c'est toi qui à la clef."

Cette phrase toucha en plein coeur Jeanne, Zoé venait, en gros, de lui annoncer qu'elle la désirait comme Maîtresse. Les deux filles échangèrent un tendre et long baisé.

"Si c'est le cas, j'accepte avec plaisir."
"Et toi ? Je pense que tu l'enlèverais."
"J'hésite, ce qui me dérange c'est que je le trouve superbe, mais il est plus symbole d'une soumise que d'une Maîtresse."
"Sache que tu restera ma Maîtresse en tout cas."

Jeanne caressa la joue de son amie. Zoé alla préparer le repas, toujours entièrement nue et les poignets encordé. Les deux filles mangèrent ensemble, parlant un peu des cours qui les attendaient dans la semaines, et des garçons qu'elles appréciaient. Après le repas, Zoé fit la vaisselle, se retournant elle vit Jeanne la regardant les bras croisé.

"Va m'attendre dans ta chambre, j'ai encore envie de toi."

RépondreQuote
Posté : 18/05/2018 10:48
souslesoleil
(@souslesoleil)
Level 1
Posté par: Legras
Posté par: souslesoleil

A Y'é: internet en louse, mon "like" toujours en "travaux"... Je les aime, mais parfois je les déteste... Faut de tout pour faire un Monde...

Pas tout compris là 😆 

Oui ! Désolé: c'est après les connexions internet d'ici et les coupures que je vois venir maintenant...

Bref ! Il est clair que le BDSM est à la base... cela donne un ton "militarisé" : un ordre; j'exécute... ("Oui chef! Bien chef!")   Il me manque le cotés Humain... Pas forcément omniprésent, mais juste une touche à un moment, la petite pointe d'un contraste qui sans s'imposée refait sortir le reste, un sentiment... Un tableau voulu à couleurs " froides" est souvent mit en valeur par une touche de couleur chaude (et vise-versa)

Maintenant ce n'est que mon avis personnel... Le donjon écossais de "Lamourette" m'inspirait; un lieu intrigant, des personnages intrigants, une ambiance (moiteur) et dans cette ambiance toute sombre peut-être une lueur de torche... comme une porte de sortie que l'on n'est pas forcé de prendre, mais qui est là.  🙂 

RépondreQuote
Posté : 18/05/2018 7:38
Legras
(@legras)
Level 6

Je comprend et c'est vrai que dernièrement c'était surtout des épisodes de domination pur sans réelle mise en avant des émotions. Après souvent dans des relations D/S, ou lors de séances le soumis discute rarement les ordres, mais je devrais plus m'arrêter sur son ressentit et ses désires qu'elles ne peut dire. Ou faire des moment de tendresse ou de discussion entre les filles ? Là avec l'arrivée de Cassandra et des grillades, j'ai le cadre idéal pour faire jouer des émotions, donc n'hésite pas à proposer 😉 .

Et pour le donjon de Lamourette, je pense que le fait que soit un lieu précis où se déroule les séances, te permet de mieux t'y projeter. Dans le récit n'importe qu'elle lieux est sujet à domination et cela peut faire perdre des repères.

Merci de ton retour en tout cas.

RépondreQuote
Posté : 18/05/2018 7:45
souslesoleil
(@souslesoleil)
Level 1

Peut-être alors dépeindre un poil plus le lieu, laisser transpirer une ambiance...

J'suis tailleur de pierres, donc un donjon effectivement ça me parle... 🙂 

Mais je ne veux aucunement t'influencer dans tes textes, ce n'était qu'un retour... 😉 

RépondreQuote
Posté : 18/05/2018 8:00 Legras aime
Page 7 / 8 Retour Suivant
Share:
  
En travaux

Veuillez Connexion ou Inscription