Règles de collocation  

Page 9 / 10 Retour Suivant
  RSS
GB_BoobsLover
(@gb_boobslover)
Auteur
Level 10

@legras est de retour parmi nous ! Alleluia !!! Dieu existe !!!  😆  😆  😆 

GB, passionné de gros seins et de lactation, pour vous servir

RépondreQuote
Posté : 23/08/2018 7:37 Anna aime
Freyja
(@freyja)
Donateur
Testeur de Sextoy
Noel
Auteur
Level 10

Coucou 😊😊😊 trop contente de te revoir 😍😍😍

Tu vas bien?

 

Fan des one-shot, curieuse et aventureuse 😊

RépondreQuote
Posté : 23/08/2018 7:53
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoy
Level 7

L'acceptation

Leur corps s'étaient unis, ne formant qu'une forme mouvante et ondulante. Bien sûr elles avaient toujours leurs habit et les affaires de la classe avaient été jetées sur la table proche. Après le stress de cette journée Zoé évacuait la pression sous ces caresses et baisés, le monde autour d'elle semblait disparaître. Mais Jeanne fini par la repousser et l'éloigner d'elle. Zoé la regarda l'air implorant, elle voulait que ce moment ne finisse jamais.

Ignorant la moue de son amie, Jeanne ramassa ses affaires et partis dans sa chambre, laissant Zoé seule dans le salon. Reprenant ses esprits elle pris à son tour ses affaires et alla également dans sa chambre. Les deux filles commencèrent à travailler de manière studieuse sur leur cours, en ignorant leur voisine de chambre. Ce soir c'était à Jeanne de faire le repas, tandis qu'elle préparait une sauce tomate pour des pâtes (elles étaient étudiante ne l'oublions pas ^^), elle sentit une main venir lui caresser les fesses et une tête se poser sur son épaule. L'autre main glissa sur son flanc pour venir l'enlacer en se posant sur son ventre.

"Ca sent bon dis donc."
Tournant légèrement la tête pour croiser le regard de Zoé, Jeanne lui répondit :
"Qu'est ce qui se passe ce soir ? Les émotions du week-end ne t'on pas suffies ?"
"Non, je voulais simplement te remercier pour tes mots de ce midi. Ils m'ont permit d'affronter l'après-midi la tête haute."
"Ca tombe bien, car ce soir il n'y aura rien de plus." Et elle lui décocha un clin d'oeil.
Zoé déposa un smack dans le cou de son amie
"Je ne comptait pas là dessus." Et elle se recula pour aller s'installer devant la TV.

Le repas près, la table mise les deux filles mangèrent silencieusement, après une journée de cours et de concentration un moment de calme faisait du bien. Ce fut Zoé qui brisa ce silence. Elle posa le mot sur la table devant Jeanne

"Regarde ce que j'ai trouvé sur mon bureau avant la pose de midi."
Intriguée, Jeanne le déplia, le lu rapidement et souris.
"Tu vois que ce collier plait au autre. Tu sais qui te la écris ?"
"Non, un groupe de garçon est passé et c'est sûrement l'un d'eux, mais j'ai essayé de capter un regard durant l'après-midi mais rien."
"Te connaissant, tu ne vas pas baisser les bras."
Récupérant le mot, Zoé souris
"Bien sûr que non et je sais déjà comment le retrouver."
Levant un sourcil, Jeanne la regarda d'un air interrogateur
"Ah ?"
"Je vais le laisser faire le premier pas, comme d'habitude. Je vais poser son mot sur mon bureau avec un " ;) " dessiné dessus. Je verrais bien si il réponds."

La suite du repas se continua dans un listing de tout les garçons de la classe de Zoé, en imaginant lequel aurait-pu laisser ce mot. Comme promis par Jeanne, la soirée se passa sans contact charnelle entre elles. Le lendemain, Zoé s'était mise en valeur, et cette fois son collier faisait partie intégrante de sa tenue. Un pull dans une teinte jaune comme la doublure du collier laissant les épaules apparentent et une large tresse laissait libre vue sur son collier. De plus elle avait mis un large bracelet aux reflets argenté comme le collier. La tresse camouflait le cadenas, la seule partie du collier que Zoé n'arrivait pas encore à assumer.

Le mot fut posé sur son bureau, elles se tenait bien droite, les épaules basses pour mettre sa nuque en évidence. Elle était encore entre la gène et le plaisir de plaire à quelqu'un. Les regards des autres personnes, de la classe ou qu'elle croisait dans la rue, venait s'arrêter sur le collier, mais cela la gênait de moins en moins en fait. Elle avait toujours aimé attiré les regards, mais cette fois pas besoin d'être sensuelle ou provocante un simple accessoire suffisait. Chaque fin de cours elle restait le plus longtemps possible, pour être sûr que sa réponse soit vue, mais il n'y eu pas de suite à celle-ci.

Chaque jour de la semaine elle espérait avoir une réponse, chaque jour elle variait sa tenue pour rendre le plus visible possible son collier. Chaque soir, les deux filles discutaient et Jeanne essayait de redonner le moral à son amie, qui perdait espoir jour après jour. Rien ne se passa entre elle, tellement Zoé était absorbée par l'identité de cet inconnu. Le vendredi à la fin du cours elle fut surprise d'entendre ceci

"Zoé, vous viendrez me voir après les cours."

Cette fois les regards se tournaient vers elle, non pas parce qu'on la trouvait belle, mais pour essayer de trouver la raison de cette demande et à part le collier rien d'autre ne pouvait être trouvé. Instinctivement Zoé, avait rentré sa tête entre ses épaules et essayait de se faire toute petite, car pour elle non plus il n'y avait aucune autre raison que le collier.

 
RépondreQuote
Posté : 29/09/2018 4:29 Fantasmeur, Freyja, GB_BoobsLover et 1 personnes aiment
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoy
Level 7

La révélation

Elle prit le temps de ranger ses affaires, de toute façon elle serait la dernière partie. Les autres élèves sortaient, quelques regards lui étaient lancé, entre une sorte de moquerie et de questionnement. Le temps que tous sorte, Zoé pris le temps de regarder le prof. Bien sûr elle le voyait souvent, mais elle n'avait jamais réfléchis à aller plus loin avec lui. Évidemment il était plus âgé qu'elle, peut être 10 ou 15 ans, mais il était quand même bel homme. Un corps assez rectiligne, pas forcément des abdos en béton et des muscles surdéveloppé, mais il semblait prendre soin de son corps et faire du sport pour rester en forme. Des épaules larges, un visage en ovale surmonté d'une belle tignasse entre le châtain et le noir et une paire de lunette rectangulaire avec une monture grise assez fine. En y réfléchissant il dégageait une sorte d'aura de sérénité et avait un charisme discret mais rassurant.

Il était à son bureau, rangeait également ses affaires ou préparait celle pour le cours suivant, sans vraiment se soucier de Zoé. Le dernier élève étant partis et refermé la porte derrière lui, elle se leva ses quelques livres à la main, et avança doucement vers le bureau du prof. Elle parcourait souvent cette classe, mais jamais elle ne lui avait semblé aussi longue et froide. Ses épaules commençaient à monter gentillement comme pour faire disparaître la tête entre elle. Elle fini par arriver devant le bureau, droite comme un I, les mains tenant ses livres à la hauteur de son bassin, presque croisée devant elle.

"Vous vouliez me voir ?" Le coeur de Zoé battait à 300 à l'heure, elle avait chaud et froid en même temps et tout semblait tourner autour d'elle. Elle savait que c'était stupide de réagir comme cela, elle avait déjà parlé au prof après les cours et rien ne s'était passé. Et après tout, ce n'était qu'un collier, ce n'est pas comme si elle se baladait les seins à l'aire dans les couloirs.
Il leva la tête, presque surpris de la voir déjà devant lui. Il replaça ses lunettes comme par réflexe
"Oui, mais je vous en prie prenez une chaise."

Elle se tourna, posa ses livres sur un pupitre par loin et tira une chaise vers le bureau du prof.
"Je voulais savoir si vous aviez des soucis ?"
Le cerveau de Zoé buga un moment, le temps s'arrêta un moment pour elle, son coeur faisait entendre ses battement dans ses tympans. Heureusement qu'elle était assise, ses jambes auraient sûrement flanchée. Des soucis ? Non bien au contraire, c'est comme si elle s'était enfin trouvée et accepté ses désirs les plus profond et enfoui. Elle cligna des yeux, secoua légèrement la tête
"Non, tout va bien. Pourquoi cette question ?"
"J'ai l'habitude de faire un petit contrôle des notes dans le courant de l'année, et si au début vous sembliez avoir de la peine. Chose que je comprends, le temps de vous installer et trouver vos marques, vous commenciez à remonter la pente et être stable [...]."
Tout en l'écoutant, elle réfléchissait à ses notes et était d'accord avec lui, mais jamais il ne lui a semblé être en danger de redoublement. Surtout qu'elle imaginait la suite de ces propos
"[...] Et depuis quelques semaines, à nouveau vous avez une baisse dans votre moyenne et vous semblez ailleurs durant les cours."
Sur ce point il n'avait pas tort, il lui arrivait souvent de penser aux séances avec Jeanne et la sensation de ces cordes venant écrasé sa peau. Cette sorte de liberté ressentie tout en étant attachée, tout les soucis qu'elle pouvait avoir était comme envolé, se sachant en sécurité dans le filet de sa Maîtresse. Se savoir à la merci de l'autre et de lui obéir, ne plus pouvoir décider et n'être qu'un corps exécutant des ordres, même si cela est paradoxale c'était une véritable liberté pour elle. Une sensation bien différente de celle ressentie pendant les cours. En repensant à cette liberté, elle sentait un désire monter dans son bas ventre.
"Un peu comme en ce moment."
Elle s'aperçut qu'elle était en train de regarder en direction du tableau, mais d'un regard vide. Elle sourit et rougit légèrement.
"Merci de vous soucier de moi Monsieur. C'est vrai que j'ai un peu de peine à me concentrer, mais je vous assure que ce n'est que passager. Et la matière observée me parle un peu moins aussi."
"Je compte sur vous pour vous reprendre. Je sais que vous avez du potentiel, ne le gâchez pas."
"Merci Monsieur. Je vais faire tout mon possible pour remonter mes notes."
"Parfait, vous pouvez y aller."

Elle se leva, remit la chaise en place, pris ses livres et sortit de la salle. A peine la porte refermée qu'elle tomba le dos contre le mur, elle était vidée, tout le stress était redescendu. Elle respira lentement, pour prendre le temps de remettre ses idées en places. C'est sûr qu'elle était heureuse lorsqu'elle était soumise, mais elle n'allait pas vivre de cela, il lui faudrait trouver un travail et pour cela réussir ses études.

"Il n'a pas été trop dur ?"
Une voix masculine, de jeune homme, la sortit de ses pensées. Elle n'était pas seule dans le couloir et quelqu'un semblait l'avoir attendu.

 

Lui ?

Zoé ouvrit les yeux, elle chercha d'un coté et de l'autre l'origine de cette voix qu'elle n'avait pas reconnue. Débouchant d'un couloir proche, Romain, qui est dans sa classe, mais du style discret. C'est un élève très discret, il est bon étudiant, mais est nul dans les relations humaine, de fait il n'a pas beaucoup d'ami, ou est très peu avec. En fait Zoé n'y avait jamais prêté attention, préférant discuter avec les autres filles ou aguicher les garçons plus entreprenant.

Elle le regarda, il n'avait pas un corps des plus athlétique, ne semblait pas vraiment soigner son habillement, ni son allure. C'était un peu le geek de la classe. Il était là, gêné de lui avoir parlé et d'être seul en tête à tête avec elle, son teint rosissait d'ailleurs. Elle lui sourit :

"Non ca va, merci."

Même elle était un peu décontenancé de lui parler, elle ne s'était jamais intéressé à lui, ni l'inverse d'ailleurs et n'étant pas son genre de garçon elle n'avait pas vraiment envie d'aller plus loin.

"Ah Ok, cool alors. Bonne fin de journée alors."
"Euh bonne fin de journée aussi."

Zoé était surprise, il n'était quand même pas resté plus longtemps juste pour lui dire cela. D'ailleurs son attitude, sous entendait qu'il aurait voulu en dire plus, mais n'osait pas. Se tournant il se passa la main sur sa nuque et allait commencer à partir. Tout à coup il y eu comme une révélation dans la tête de Zoé.

"Attends, euh, Romain ?" Elle ne lui prêtait tellement peut d'attention qu'elle n'était plus sur de son prénom.
Il s'arrêta, se retourna, surpris
"Oui ?"
La ce fût Zoé qui était gênée et ne savait plus vraiment quoi dire, mais maintenant qu'elle l'avait appelé soit elle lui sortait une banalité, soit elle osait lui poser la question. Fermant les yeux elle se lança sur un ton neutre :
"C'est toi qui a laissé un mot sur mon bureau récemment ?"

Il n'eu pas besoin de répondre, son visage passant au rouge, son regard partant en direction de ses pieds et sa tête qui cherchait à disparaître soudainement dans ses épaules, tout était dit. Sans lui laisser le temps de répondre elle continua :

"Je voulais te remercier. Ton mot m'a fait du bien, j'ai l'impression que tout le monde se moquait de mon collier."
"Mmm merci." Parvint à lui répondre Romain, dans un souffle.

Elle s'approcha et le pris dans les bras, se collant entièrement à lui. Lui était en panique, ne sachant où mettre ses mains, il fini par les poser sur les épaules, sans les croiser dans son dos.
Se détachant, Zoé lui lança un
"Bon allez, je dois rentrer." et lui fit un clin d'oeil.

Ce fut comme une flèche acérée qu'on venait de lui envoyer, il se colla à son tour contre le mur et respirait péniblement, il eu le réflex de faire un léger signe de la main. La porte de la salle de classe s'ouvrit, le prof en sortit et fut étonner de le voir dans les couloirs.

"Eh bien Romain, encore ici ? Une semaine de cours ne t'as pas suffit ? Tout va bien ?"
Se décollant du mur et essayant de reprendre ses esprit il répondit le plus naturellement possible
"Oui, oui. Je voulais juste finir quelque chose."
"Parfait, alors bon week-end."
"Bon week-end."

Son excitation et son état second était partis aussi vite qu'ils étaient venu.

Plus loin dans le couloir, Zoé avançait d'un pas léger et guilleret. Elle ne revenait pas que ce soit Romain qui lui aille laissé ce mot, elle en était presque déçu à vrai dire. Mais plus elle y pensait, plus elle lui trouvait quelque chose, dans son attitude, l'attention qu'il prête à l'autre et sa timidité et sa gêne lui donne un petit quelque chose à croquer. C'est sur que ce n'est pas son style, mais en même temps il y a peu son style n'était pas de se promener avec son collier de soumise en plein jour.

Sur le chemin du retour, elle ne cessait d'y repenser, tout en jouant avec l'anneau de son collier, ignorant copieusement les regards des autres passants. Passée la porte de l'appartement elle lança un
"Jeanne ?"

RépondreQuote
Posté : 08/10/2018 4:56 Fantasmeur et Freyja aiment
Freyja
(@freyja)
Donateur
Testeur de Sextoy
Noel
Auteur
Level 10

🤗🤗🤗 merci 

Fan des one-shot, curieuse et aventureuse 😊

RépondreQuote
Posté : 08/10/2018 5:57
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoy
Level 7

@freyja Merci pour ?

Jeanne ?

Aucune réponse. S'avançant un peu plus dans le logement elle retenta :

"Jeanne ?"

Pas un bruit, Zoé s'avança prudemment à l'affut du moindre bruit suspect, elle serait tout contre elle ses affaires de classe. Elle passa dans la cuisine ouverte sur le salon, personne, elle passa dans la chambre de Jeanne, personne également. Tout était rangé, aucune trace de lutte, ni aucun mot pour la prévenir que Jeanne était sortie, elle l'appela sur son téléphone, aucune sonnerie, ou bruit de vibration, ni aucune réponse d'ailleurs. Elle fini par rentrer dans sa chambre et posa ses affaires sur le bureau.

La porte de la chambre de se ferma toute seule, la tension étant déjà à son comble, Zoé sursauta et se tourna en direction de la porte. Debout contre le mur et qui était cachée par la porte, Jeanne, elle ne portait qu'un soutient-gorge rouge et un porte-jarretelle assortit, des bas noirs et des escarpins vernis noir également, elle ne portait ni string ni culotte. Zoé allait se plaindre et lui crier dessus, mais la voir ainsi lui ôta tout les mots de la bouche.

"Et alors, on ne dit plus bonjour ?" Le ton de Jeanne était froid.
Zoé en resta comme tétanisée au début et fini par dire un
"Bon.. bonjour." Ne sachant à quelle sauce elle allait être mangé.
Jeanne, s'approcha faisant claquer les talons et gardant son regard fixé sur le sien. Elle plaçait ses pieds bien l'un devant l'autre, faisant onduler plus que de raison son bassin et ses fesses. Arrivée à la hauteur de Zoé, elle lui saisit l'anneau du collier et le tirant vers le bas elle obligea Zoé à se pencher avant de poser un genou au sol.
"Je n'ai pas entendu."
Finissant par comprendre, elle posa son autre genou au sol et vint croiser ses bras dans les dos, tout en gardant la tête baissée elle répondis
"Bonjour Maîtresse."

La main de Jeanne vint lui caresser les cheveux, comme pour la féliciter. Elle se tourna et sortit le sac des accessoires de l'armoire. Elle en prit une corde et la passa dans la boucle du collier, Zoé était redevenu sa soumise, des frissons parcoururent son corps à cette idée. Non pas que cette idée lui faisait peur, mais plutôt l'excitation d'une telle situation. La corde fut tirée en avant et Jeanne avança son pied, le message était claire, se penchant en avant elle allait s'appuyer sur ses mains
"Tu garde les mains dans le dos."
Zoé allait discuter cette ordre, mais elle savait que ce serait inutile. Elle se contenta de la supplier du regard, sans succès, bien évidemment. Ecartant ses jambes, elle parvint à descendre lentement pour que sa bouche baise enfin l'escarpin de Jeanne, qui le reculait petit à petit, obligeant Zoé à finir de poser son torse au sol et de lever son derrière de plus en plus haut.

Lorsqu'elle se rendit compte de sa position elle rougit, mais sans arrêter de s'occuper du bien de Jeanne.

"Bouge pas !"

Le pied disparut, elle le suivit un peu du regard, mais bien il disparut de son champs de vision. Soudain un poids vint s'appuyer sur le haut de son dos, Jeanne venait de s'asseoir sur elle en direction de ses fesses. Elle frissonna lorsqu'elle sentit les mains de Jeanne venir les lui caresser et masser lentement, son souffle était cours tant par l'excitation que par son torse écrasé. La jupe qu'elle portait fut relevée et sa culotte baissée pour dégagé ses fesses.

Elle sentit le bassin de Jeanne basculer en avant et un air chaud passa dans son sillon fessier. Elle s'imaginait la scène vu de l'extérieur ce qui l'excita encore plus, elle commençait à mouiller lentement. Ses fesses furent écartée et un coup de langue se fit sentir à l'orée de son sillon, elle voulu se relever de surprise, mais le poids de Jeanne l'en empêchait. Une claque sur une fesses la fit grimacer

"Je t'ai dis de ne pas bouger !"
"Pardon Maîtresse."

Ses fesses furent à nouveau écartée et cette fois un filet de bave froids se fit sentir autour de sa rondelle. Elle ouvrit en grand ses yeux, d'abord par surprise mais aussi parce que cette orifice était très peu utilisé, même avec les hommes. Les doigts se rapprochèrent de son anus, l'ouvrant légèrement et faisant passer quelque goutte de salive à l'intérieur.
Zoé savait qu'elle pouvait tout arrêter, d'un simple mot, mais la sensation était trop bonne et elle aimait plus que tout cela. Elle réalisait petit à petit ce qui allait se passer, Jeanne l'avait déjà fait jouir, mais avec un vibromasseur, jamais elle ne l'avait pénétré et encore moins par derrière.

Un bruit de succions, lui fit comprendre qu'un doigt venait de visiter la bouche de Jeanne et elle savait ce que cela signifiait. N'étant pas novice dans le domaine elle essaya de se détendre au maximum, au vu de sa position. Elle tendis au maximum ses fesses en arrière, ouvrant son sphincter du mieux qu'elle le pu.

"Bien." Un sourire s'entendait dans la voix.

Le doigt glissa dans le sillon, tourna lentement autour de l'anus en forçant légèrement l'entrée. Zoé se forçait à l'ouvrir mais en vain. Finalement le doigt passa, c'était la première pénétration qu'elle recevais de sa Maîtresse. Le doigt fit quelque petit allez-retour sans sortir de ses fesses, mais sentir la peau du sphincter être ainsi bougée était si bon. Zoé respirait de plus en plus difficilement, son excitation était bloquée par le poids de Jeanne. La culotte de Zoé devenait de plus en plus mouillée, elle aurait tellement voulu pouvoir venir s'occuper de son vagin, mais Jeanne bloquait ses bras en étant presque assise dessus. Trop rapidement pour Zoé, le doigt fut retiré, dans un petit cri de sa part. Jeanne se leva et repris la corde transformée en laisse et la tira vers le haut pour relever le torse de Zoé, qui en profitait pour respirer à plein poumons.

"Apparemment tu aime cela, mais ce n'est que le début. Est-tu prête à être ma soumise pour le week-end ?"

Zoé baissa la tête et d'un ton sur mais emplis de respect répondit

"Non"

RépondreQuote
Posté : 09/10/2018 10:33 Fantasmeur et Freyja aiment
Freyja
(@freyja)
Donateur
Testeur de Sextoy
Noel
Auteur
Level 10
Posté par: Legras

@freyja Merci pour ?

Jeanne ?

Aucune réponse. S'avançant un peu plus dans le logement elle retenta :

"Jeanne ?"

Pas un bruit, Zoé s'avança prudemment à l'affut du moindre bruit suspect, elle serait tout contre elle ses affaires de classe. Elle passa dans la cuisine ouverte sur le salon, personne, elle passa dans la chambre de Jeanne, personne également. Tout était rangé, aucune trace de lutte, ni aucun mot pour la prévenir que Jeanne était sortie, elle l'appela sur son téléphone, aucune sonnerie, ou bruit de vibration, ni aucune réponse d'ailleurs. Elle fini par rentrer dans sa chambre et posa ses affaires sur le bureau.

La porte de la chambre de se ferma toute seule, la tension étant déjà à son comble, Zoé sursauta et se tourna en direction de la porte. Debout contre le mur et qui était cachée par la porte, Jeanne, elle ne portait qu'un soutient-gorge rouge et un porte-jarretelle assortit, des bas noirs et des escarpins vernis noir également, elle ne portait ni string ni culotte. Zoé allait se plaindre et lui crier dessus, mais la voir ainsi lui ôta tout les mots de la bouche.

"Et alors, on ne dit plus bonjour ?" Le ton de Jeanne était froid.
Zoé en resta comme tétanisée au début et fini par dire un
"Bon.. bonjour." Ne sachant à quelle sauce elle allait être mangé.
Jeanne, s'approcha faisant claquer les talons et gardant son regard fixé sur le sien. Elle plaçait ses pieds bien l'un devant l'autre, faisant onduler plus que de raison son bassin et ses fesses. Arrivée à la hauteur de Zoé, elle lui saisit l'anneau du collier et le tirant vers le bas elle obligea Zoé à se pencher avant de poser un genou au sol.
"Je n'ai pas entendu."
Finissant par comprendre, elle posa son autre genou au sol et vint croiser ses bras dans les dos, tout en gardant la tête baissée elle répondis
"Bonjour Maîtresse."

La main de Jeanne vint lui caresser les cheveux, comme pour la féliciter. Elle se tourna et sortit le sac des accessoires de l'armoire. Elle en prit une corde et la passa dans la boucle du collier, Zoé était redevenu sa soumise, des frissons parcoururent son corps à cette idée. Non pas que cette idée lui faisait peur, mais plutôt l'excitation d'une telle situation. La corde fut tirée en avant et Jeanne avança son pied, le message était claire, se penchant en avant elle allait s'appuyer sur ses mains
"Tu garde les mains dans le dos."
Zoé allait discuter cette ordre, mais elle savait que ce serait inutile. Elle se contenta de la supplier du regard, sans succès, bien évidemment. Ecartant ses jambes, elle parvint à descendre lentement pour que sa bouche baise enfin l'escarpin de Jeanne, qui le reculait petit à petit, obligeant Zoé à finir de poser son torse au sol et de lever son derrière de plus en plus haut.

Lorsqu'elle se rendit compte de sa position elle rougit, mais sans arrêter de s'occuper du bien de Jeanne.

"Bouge pas !"

Le pied disparut, elle le suivit un peu du regard, mais bien il disparut de son champs de vision. Soudain un poids vint s'appuyer sur le haut de son dos, Jeanne venait de s'asseoir sur elle en direction de ses fesses. Elle frissonna lorsqu'elle sentit les mains de Jeanne venir les lui caresser et masser lentement, son souffle était cours tant par l'excitation que par son torse écrasé. La jupe qu'elle portait fut relevée et sa culotte baissée pour dégagé ses fesses.

Elle sentit le bassin de Jeanne basculer en avant et un air chaud passa dans son sillon fessier. Elle s'imaginait la scène vu de l'extérieur ce qui l'excita encore plus, elle commençait à mouiller lentement. Ses fesses furent écartée et un coup de langue se fit sentir à l'orée de son sillon, elle voulu se relever de surprise, mais le poids de Jeanne l'en empêchait. Une claque sur une fesses la fit grimacer

"Je t'ai dis de ne pas bouger !"
"Pardon Maîtresse."

Ses fesses furent à nouveau écartée et cette fois un filet de bave froids se fit sentir autour de sa rondelle. Elle ouvrit en grand ses yeux, d'abord par surprise mais aussi parce que cette orifice était très peu utilisé, même avec les hommes. Les doigts se rapprochèrent de son anus, l'ouvrant légèrement et faisant passer quelque goutte de salive à l'intérieur.
Zoé savait qu'elle pouvait tout arrêter, d'un simple mot, mais la sensation était trop bonne et elle aimait plus que tout cela. Elle réalisait petit à petit ce qui allait se passer, Jeanne l'avait déjà fait jouir, mais avec un vibromasseur, jamais elle ne l'avait pénétré et encore moins par derrière.

Un bruit de succions, lui fit comprendre qu'un doigt venait de visiter la bouche de Jeanne et elle savait ce que cela signifiait. N'étant pas novice dans le domaine elle essaya de se détendre au maximum, au vu de sa position. Elle tendis au maximum ses fesses en arrière, ouvrant son sphincter du mieux qu'elle le pu.

"Bien." Un sourire s'entendait dans la voix.

Le doigt glissa dans le sillon, tourna lentement autour de l'anus en forçant légèrement l'entrée. Zoé se forçait à l'ouvrir mais en vain. Finalement le doigt passa, c'était la première pénétration qu'elle recevais de sa Maîtresse. Le doigt fit quelque petit allez-retour sans sortir de ses fesses, mais sentir la peau du sphincter être ainsi bougée était si bon. Zoé respirait de plus en plus difficilement, son excitation était bloquée par le poids de Jeanne. La culotte de Zoé devenait de plus en plus mouillée, elle aurait tellement voulu pouvoir venir s'occuper de son vagin, mais Jeanne bloquait ses bras en étant presque assise dessus. Trop rapidement pour Zoé, le doigt fut retiré, dans un petit cri de sa part. Jeanne se leva et repris la corde transformée en laisse et la tira vers le haut pour relever le torse de Zoé, qui en profitait pour respirer à plein poumons.

"Apparemment tu aime cela, mais ce n'est que le début. Est-tu prête à être ma soumise pour le week-end ?"

Zoé baissa la tête et d'un ton sur mais emplis de respect répondit

"Non"

Merci pour l'histoire, le come back

Fan des one-shot, curieuse et aventureuse 😊

RépondreQuote
Posté : 09/10/2018 11:06 Legras aime
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoy
Level 7

Pas d'bras

 
Jeanne tira la corde obligeant Zoé à lever la tête, le collier venait forcer le dessous de son menton.
 
"Pardon, j'ai mal compris." Le ton était sec et ferme
"Non, Maîtresse, ce week-end je ne serais pas votre soumise. Demain je veux réviser mes cours et dimanche nous allons faire un pique-nique avec Cassandra."
 
La corde fût relâchée. Apparemment les explications avait suffit pour convaincre Jeanne et dans le contrat c'était clair que les deux parties devaient être d'accord, Zoé n'était pas la poupée de Jeanne lorsqu'elle le voulait.
Zoé baissa à nouveau la tête, et d'une voix basse repris la parole
 
"Mais ce soir, je suis toute à vous Maîtresse."
 
Une flamme naquis dans les yeux de Jeanne, et sa main vint à nouveau lui caresser les cheveux.
 
"Bien, alors met toi debout, met toi nue, jambe écartée et mains jointe dans le dos."
 
Zoé s'exécuta sans discuter, elle garda la tête basse, enleva tout ses habits, écarta ses jambes, et tendis ses bras dans le dos pour joindre ses mains en entremêlant ses doigts. Jeanne partis chercher des objets dans le sac et passa derrière Zoé. Une corde fut passée entre ses coude et son dos, puis vint enlacer ses deux bras ensemble, juste au dessus des coudes. Lentement elle fut serrée, elle sentait sa poitrine se tendre, jamais ses coudes n'avait été aussi proche. La corde avait fait 2 tours supplémentaire autour de ses bras
 
"Ca vas comme cela, ce n'est pas trop serré ?"
"Non Maîtresse."
 
La corde passa entre ses bras, 2 tours, puis les 2 extrémité furent passée par dessus les épaules, avant de revenir par dessous, et finit par faire un nouveau tour entre ses coudes. Sur ses mains Zoé sentait encore qu'il restait encore de la corde. Et ce fut la fin de la corde qui servit à lui attacher les poignets ensemble, la voila à la merci de Jeanne les bras immobilisé dans le dos et impossible de faire tomber la corde, vu qu'elle était fixée à ses épaules, une sorte d'Armbinder mais en corde.
 
TraditionalArmbinder-13.jpg
 
Jeanne, recula et lui tourna lentement autour.
 
"Tu sais que tu es magnifique comme cela. Cette position met encore plus ta poitrine en valeur."
"Merci Maîtresse."
"Mais ce n'est que le début, allez vient !"
 
La laisse en corde fut saisie et tirée en direction de la cuisine. Avoir les bras ainsi tendu dans le dos n'était pas des plus pratique pour marcher, chaque choc semblait se répercuter sur les coudes et les poignets. Elle sentait ses seins rebondir sous ses pas, même si ils semblaient plus ferme que d'habitude, à sa grande surprise. Le trajet ne fût pas long, arrivé à la table de la cuisine une chaise fut tiré :
 
"Assied-toi, avec les bras derrière le dossier !"
 
Zoé prit grand soin de faire passer ses bras derrière le dossier, et s'assit. La position n'était pas des plus confortable. Jeanne partis prendre le sac d'accessoires qu'elle déposa à coté de la chaise. Les pieds de Zoé furent attaché aux pieds de la chaise, l'obligeant à écarter légèrement les cuisses, puis elle sentit Jeanne lui saisir le bassin pour le tirer en avant. La voila le dos tendu retenu par ses bras coincé derrière le dossier et ses pieds maintenu aux pieds de la chaise, les jambes grande écartée pour rester en place. Une dernière corde fut placée autour de sa taille, puis en la forçant à soulever son bassin elle passa dans son sillon, pour finalement être attaché à la barre aux pieds de la chaise, impossible de reculer le bassin, la voila bloquée. Jeanne recula à nouveau, Zoé était là exposée sur la chaise, prête ou plutôt obligée à recevoir tout ce qui se présenterait. Sa poitrine était mise en évidence par sa position et ses longues jambes était comme un entonnoir menant le regard vers son vagin.
 
"Bien te voila prête pour ce soir."
Zoé, releva surprise la tête, elle allait passer la soirée dans cette position ? Elle ne tiendrait jamais aussi longtemps. Elle commença à râler 
"Mais c'est trop inconforta..."
"Ah oui je sais ce que j'ai oublié." Jeanne parla comme si Zoé n'avait rien dit.
 
Elle pris le bâillon du sac et le lui installa. Zoé rua plusieurs fois de la tête, mais il était trop bien serré. Jeanne lui releva la tête et vint poser un baiser sur le bâillon
 
"Magnifique."
"Mphf" Les yeux de Zoé, lançait toute la colère que sa bouche ne pouvait sortir.
"Je commence à avoir faim, pas toi ?" Sans chercher à avoir de réponse elle partis vers la cuisinière, juste en face de la chaise.
 
Zoé ne pouvait que regarder Zoé préparer du riz avec quelques lardons, des épices style indienne parfumais l'appartement. Effectivement cela donnait faim à Zoé aussi, de la bave commençait à perler de as bouche et couler sur son menton, mais plus par le bâillon que par la faim. Jeanne pris un objet sur le plan de travail
 
"Ne t'en fait pas j'ai pensé à toi aussi, pour ce soir ton souper ce sera ça."
 
Donc le riz au lardon n'était pas pour elle, mais elle n'arrivait pas à voir exactement ce que Jeanne avait dans ses mains. Elle fini par se tourner et tint l'objet bien en évidence entre ses mains
 
"J'espère que tu aime la courgette."
RépondreQuote
Posté : 12/10/2018 12:11 Jules et Fantasmeur aiment
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoy
Level 7
5 Fruits et légumes
 
Zoé, la regarda l'air surprise. La courgette était un légume très souvent utilisée dans leur repas, par chère, facile à préparer et en plein de manière différente. Pourquoi cette question ?
Jeanne se rapprocha, toujours vêtue uniquement de son soutient-gorge et porte-jarretelles, la courgette était de petit diamètre, elle fut posée sur l'assiette devant Zoé, apparemment elle devrait la manger cru, mais de quel manière ?
 
Jeanne fit demi-tour et fini de préparer son repas. Zoé ne savait que faire, bâillonnée, la courgette était devant elle, impossible de la manger, surtout les bras maintenu dans le dos et vu sa position elle ne pouvait même pas de pencher en avant, si le bâillon était enlevé. En parlant du bâillon, un filet de bave continuait de s'en échapper, sa tête étant penchée en avant du à sa position. La bave commençait à lui couler entre les seins et atteindre le nombril. Elle se contenta de regarder sa Maîtresse de dos, sa chaire mise en évidence par ces touches de rouges. 
 
Finalement Jeanne revint vers la table avec son assiette de riz et s'assit.
"Bonne appétit." Déclara Jeanne, dans un grand sourire et elle commença à manger.
 
Après plusieurs fourchettes elle regarda Zoé d'un air interrogateur 
"Tu ne mange pas ? Cela ne te plaît pas ?"
 
Zoé ne pouvant répondre, se contenta de lever les yeux au ciel, l'air de dire "Ben non, tu sais bien que c'est impossible.". Jeanne continua de manger un peu, puis pu une gorgée et s'essuya la commissure des lèvres
 
"Attend je vais t'aider." et elle se leva en direction de Zoé.
 
Zoé ne comprenait pas vraiment où voulait en venir sa Maîtresse. Elle n'allait tout de même pas lui donner une courgette crue à manger ? Jeanne pris la courgette et l'approcha des yeux de Zoé. Elle voyait donc cette forme verte et derrière un large sourire de satisfaction. La courgette bascula en arrière et fut aspirée par cette bouche, les lèvres de Jeanne étaient pulpeuse sur cette tige verte. Zoé compris et commença à se débattre pour essayer de se libérer, mais impossible, plus elle se débattait plus cela lui faisait mal. Son bassin se tordait, mais ses jambes et son bassin était maintenu contre la chaise, son vagin était donc toujours exposé à l'air libre. Seul son regard pouvait lui servir à supplier Jeanne, qui s'était mise à genou devant elle.
 
Ayant ressortit la courgette d'un *Plop* forcé, Jeanne commença à venir la frotter contre ses grandes lèvres. Immédiatement un cri étouffé de Jeanne, entre colère et surprise. La courgette commençait à passer entre les grandes lèvres, sans aller plus loin, et ressortait. Etant quand même prise par ses cours, Zoé n'avait plus eu de vraie relation avec un homme depuis quelques semaines, donc sentir un élément extérieur lui rentrer dans le vagin lui faisait un bien fou, même si ce n'était qu'un effleurement.
 
La courgette fut posée sur l'assiette et Jeanne retourna s'asseoir. Zoé était frustrée au possible, elle venait d'avoir une sorte d'apéro sexuelle, juste pour ouvrir l'appétit en gros. Jeanne mangeait en narguant Zoé, prise entre son appétit sexuelle et sa faim réel. Elle fini son assiette et son verre d'eau.
 
"Bien à toi maintenant."
 
Avant de se rapprocher, elle alla chercher quelque chose sur le meuble de l'entrée, Zoé n'arrivait pas à tourner la tête pour voir exactement quoi. Le bâillon et l'excitation faisant leur effet, l'entrejambe de Zoé était trempe, un petite flaque stagnait entre ses jambes. Jeanne revint avec un petit carré dans la main, un préservatif. Zoé se décomposa, entre plaisir annoncé et jouissance forcée. La courgette fut rapidement protégée, et la voila à glisser depuis son sillon entre ses seins jusqu'à l'entrejambe. Zoé frissonna, lorsque la courgette caressa ses grandes lèvres.
 
Lentement elle glissa dans sa grotte, la salive perlait dessus et aidait à la lubrification. La courgette était de petit diamètre, mais d'un bonne quinzaine de centimètre, Zoé la sentait passer légèrement, mais elle la sentait aller bien au fond d'elle. Jeanne jouait à faire des aller-retour lent et à la faire bouger dans tout les sens pour que la courgette vienne s'appuyer sur les parois intérieurs. Zoé sentait l'excitation monter, son bassin ondulait. Jeanne accéléra l'allure, ce qui fit crier Zoé, et la stimulation monta jusqu'à ce que Zoé jouisse. Elle voulut donner des grands coups de bassins en avant, mais impossible, la voila frustrée encore plus.
 
Le corps de Zoé s'affaissa, Jeanne arrêta de jouer avec la courgette. Elle se releva, laissant la courgette en place, elle vint s'asseoir sur Zoé, l'enjambant. La voila installée, son vagin collé sur le bas-ventre de Zoé, la bave fraîche rafraîchis son entrejambe qui était en feu également. Elle passa ses mains de par et d'autre de la tête de Zoé et les plaças par-dessus les bras ligoté. Son front vint se placer contre celui de Zoé, tout comme son nez, les voila le regard plongé l'un dans l'autre, sauf que Zoé était en position de soumission total, à la merci de la personne qui s'était assise sur elle.
 
"Maintenant à moi de prendre du plaisir."
 
Elle tourna la tête et vint embrasser largement le bâillon, touchant les lèvres de Zoé. Son bassin resta collé au bas-ventre de Zoé et effectuait des lentes ondulations, tout comme sa poitrine qui était collé aux seins dénudé de Zoé. Cette douceur soudaine fit du bien à Zoé, qui ferma les yeux et se laissa transporter, cette stimulation sur le bas-ventre était assez nouvelle pour elle, mais très agréable.
 
La bave se chauffait au contact des deux corps et se trouvait appliquée sur tout son bas-ventre. Elle sentait bien que ses bras commençaient à tirer, mais les sensation dans son bas-ventre étaient si bien qu'elle ne voulait pas que ce moment s'arrête. N'étant pas remise de son orgasme précédent, tout corps était au repos, son énergie était concentrée dans les sensations ressentie, seule une envie d'uriner se faisait sentir.
 
Jeanne finit par se séparer de Zoé, sans pour autant se lever. Elle plaça une main sur son entrejambe et la frotta énergiquement, sa respiration était forte et profonde, l'orgasme commençait à pointer le bout de son nez. Zoé la regarda avec envie, voir son amie atteindre l'orgasme lui faisait envie et ne l'aidait pas à baisser son envie d'exploser à nouveau. Jeanne fini par retirer la courgette du vagin de Zoé et vint la placer dans son vagin, elle rentra sans problème, presque entièrement. Le bassin de Jeanne revint se coller au bas-ventre de Zoé, la chaleur retrouvée alluma instantanément le désire de Zoé. L'ondulation naissante, était accompagnée d'un point de pression, le bout de la courgette.
 
Jeanne plongea sa tête dans la poitrine de Zoé et la couvrit de baiser, suçant les tétons par moment. Zoé sentit son envie monter encore plus haut que normalement. Jeanne aussi avait son excitation qui atteignait des sommets, se pressant plus fort que jamais contre son amie. Zoé vidée, se laissait aller, vivant pleinement son émotion ne réfléchissant à plus rien d'autre.
 
Et là ce fut l'extase, Jeanne jouit se collant de tout son corps à Zoé, enfonçant la courgette au plus profond d'elle. Ses bras enlaçait Zoé, et l'écrasait presque contre elle, ses seins pointé étaient totalement écrasé et disparaissait entre elle.
Pour Zoé un second orgasme éclata. Mais cette fois quelque chose de nouveau se produisit. Etant tellement relâchée et ne maîtrisant plus rien, elle éjacula un jet. Elle était totalement vidée, ne sachant réellement ce qui s'était passé, pour elle elle venait de se pisser dessus et en partie sur sa Maîtresse.
 
Jeanne avait sentit ce liquide lui mouiller le dessous des fesses, mais elle était tellement vidée également qu'elle resta un moment couchée sur Zoé pour reprendre ses esprits. Les voila, l'une sur l'autre, Jeanne enlaçant Zoé, leur tête placée dans le creux de l'épaule de l'autre.
RépondreQuote
Posté : 13/10/2018 3:36 Jules et Fantasmeur aiment
Fantasmeur
(@fantasmeur)
Level 1

Vu l'intensité, encore heureux qu'elle était pas dispo "tout le week end" ^^

J'aime tout rêver, et pourquoi pas tout essayer.
Les fantasmes, c'est la vie : http://tranchesdefantasmes.wordpress.com/

RépondreQuote
Posté : 13/10/2018 5:26 Legras aime
Jules
(@jules)
Modérateur
Noel
Adam et Eve
Testeur de Sextoy
Level 8

Intéressant ce petit épisode.
Dommage, je n'ai pas ce style de chaise pour essayer à la maison 😀 .

RépondreQuote
Posté : 13/10/2018 8:09 Legras aime
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoy
Level 7

@fantasmeur Jeanne à peut être décidé de concentrer le week-end en une soirée 😋, même si elle réserve une surprise à Zoé pour le lendemain et peut être le surlendemain

@jules c'est une chaise standard, c'est la position qui ne l'est pas. Rien n'empêche de jouer avec des meubles standard en rajoutant des cordes, seul l'imagination est ta limite.

Content que la suite vous plaise.

RépondreQuote
Posté : 13/10/2018 9:45 Fantasmeur aime
Jules
(@jules)
Modérateur
Noel
Adam et Eve
Testeur de Sextoy
Level 8

La photo ajoute un réel plus .

RépondreQuote
Posté : 13/10/2018 10:18 Legras aime
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoy
Level 7

J'ai pas pris le temps de trouver une photo reflétant la position sur la chaise. Mais oui, j'aime bien mettre une photo qui résume bien l'action ou le nouveau matériel, comme on dit une image vaut mille-mots.

RépondreQuote
Posté : 13/10/2018 10:53 Jules aime
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoy
Level 7

Voici un peu ce que j'avais en tête, mais c'est pas pratique de trouver une photo par rapport à une situation très claire dans ma tête (si une jeune femme veut être mon modèle pour les photos je suis toujours preneur ^^)

Et en prime cette vidéo avec à peu près la même situation, sauf le vibro 😀

https://fr.pornhub.com/view_video.php?viewkey=ph58adfc3b472a7

RépondreQuote
Posté : 13/10/2018 11:28
Page 9 / 10 Retour Suivant
Share:
  
En travaux

Veuillez Connexion ou Inscription