Le défi des 21 jours ou la déconnection thérapeutique  

Page 1 / 3 Suivant
  RSS
henry
(@henry)
Level 2

Elle se retrouvait comme un peu au milieu du gué. Tiraillée entre l’envie de dévergonder son homme qui, il faut bien le dire, ne la baisait au mieux que 2 fois par semaine et d’une manière qu’elle trouvait bien trop tendre. D’ailleurs il ne la baisait pas, il lui faisait l’amour, alors qu’elle attendait d’être baisée dans les règles de l’art, durement, violement, elle rêvait de se faire malmener, insulter, presque humilier, d’avoir des orgasmes à répétition tout au long des jours et des nuits. Elle voulait plus que tout se faire sodomiser, lui qui avait toujours refusé de le faire, qu’il lui défonce son petit cul étroit, elle en rêvait tellement qu’elle lui demanderait même de se faire enculer à sec s’il en avait envie.

Mais voilà, restant sur sa faim, elle s’était un jour égarée sur le net et elle n’eu pas trop à en faire pour tomber sur une multitude d’hommes en manque pour gouter au sexe virtuel. Dialogues sulfureux, pornographiques, photos d’elle dans des positions tres indécentes et avec certains hommes particulierement entreprenants elle s’était même laissée aller à s’exhiber et à se branler par cam Elle aimait par-dessus tout ce langage cru que les hommes lui avaient obligée à tenir, elle hésitante au début, ne pouvait maintenant plus s’en passer, le maniant à la perfection lors de tchats torrides , elle mouillait en permanence durant tout le temps de ses connections et atteignait l’orgasme plusieurs fois de suite. Un des premiers hommes lorsqu’elle avait fait part de ses envies de sodomie lui fit acheter un plug, de petit diametre, elle essaya, pris tant de plaisir qu’elle le préparait et le portait à chacune de ses connections si bien que par la suite elle se fit toute une collection en montant de diametre progressivement. Elle arrivait même à s’empaler le cul sur des montres de 9 cm de diametre. Une plaisir incommensurable !! Si bien que très vite elle prit l’habitude de mordre un coussin lorsqu’elle hurlait de plaisir de façon à étouffer ses cris que son mari n’aurait pas pu ne pas entendre.

Puis un jour, elle rencontra au détour d’un tchat une femme qui vint l’accoster. C’était une lesbienne patentée, elle hétéro 100%, voulu spontanément l’écarter mais cette femme eu le don de l’amadouer puis elles entrerent en confidences si bien que mise en confiance, il ne fallut pas longtemps pour qu’elle lui fasse part de ce dilemme entre son homme qu’elle aimait profondément mais qui ne lui apportait pas ce qu’elle attendait sexuellement et son addiction au sexe virtuel avec des hommes dominateurs.

De son côté l’autre femme lui dit qu’elle comprenait, qu’elle ne vivait pas en couple mais se complaisait et trouvait son plaisir à dominer d’autres femmes. Elles se retrouvaient donc sur ce terrain de la domination/soumission.

Cette femme comprit le malaise et lui proposa alors la chose suivante, en vue de la « désintoxiquer » : elle lui demanda pendant 21 jours, de ne se connecter à ses tchats que sur son autorisation et de se coucher tous les soirs à 0h30 maximum, afin qu’elle retrouve un sommeil normal et qu’elle soit plus en mesure de solliciter son mari, de le sortir de sa torpeur et de lui faire comprendre qu’elle avait envie que lui son homme la domine.

Elle accepta la proposition, même si elle savait à l’avance que ça lui couterait, mais le jeu en valait peut-être la chandelle. Cette addiction devenait trop chronophage et lui faisait peut-être perdre le sens de l’essentiel.

Du côté de cette femme, la proposition n’était pas non plus anodine, car bien que lesbienne elle gardait depuis longtemps le secret et l’envie d’un jour pouvoir gouter une belle bite, de la prendre en bouche, de se faire pénétrer la chatte et meme le cul, elle qui dominatrice, adorait défoncer les orifices de ses soumises harnachée d’un gode ceinture. Elle imaginait déjà le scénario à 3 avec cette homme qu’elle guiderait pour dominer sa femme tout en profitant en meme temps de cette bite qu’elle se voyait déjà honorer de sa bouche et de ses orifices. Elle voulait plus que tout connaitre le gout et la texture du sperme, elle était déjà prete à en avaler et à s’en faire maculer le corps, chaude comme la braise qu’elle était.

Mais cela, elle n’en dit mot à sa correspondante du moment, se contentant de lui faire part des dispositions de la « thérapie de désintoxication » qu’elle lui proposait.

Reste à savoir comment cela allait opérer.

Suite à venir…

RépondreQuote
Posté : 04/03/2018 11:49 Jules, SquirtLand, LBL et 4 personnes aiment
Anna
 Anna
(@admin)
Auteur
Testeur de Sextoy
Modérateur
Noel
Adam et Eve
Level 7

Il paraît qu une habitude de prend en 28 jours lol

 

blogueuse érotique sur : MondeSensuel

RépondreQuote
Posté : 05/03/2018 3:32 Falepuipui et Freyja aiment
henry
(@henry)
Level 2
Posté par: Anna

Il paraît qu une habitude de prend en 28 jours lol

 

Non, je t'assure, les 21 jours sont bien certifiés !

RépondreQuote
Posté : 05/03/2018 9:20 Freyja aime
ricounet31
(@ricounet31)
Noel
Level 4
Posté par: henry

Elle se retrouvait comme un peu au milieu du gué. Tiraillée entre l’envie de dévergonder son homme qui, il faut bien le dire, ne la baisait au mieux que 2 fois par semaine et d’une manière qu’elle trouvait bien trop tendre. D’ailleurs il ne la baisait pas, il lui faisait l’amour, alors qu’elle attendait d’être baisée dans les règles de l’art, durement, violement, elle rêvait de se faire malmener, insulter, presque humilier, d’avoir des orgasmes à répétition tout au long des jours et des nuits. Elle voulait plus que tout se faire sodomiser, lui qui avait toujours refusé de le faire, qu’il lui défonce son petit cul étroit, elle en rêvait tellement qu’elle lui demanderait même de se faire enculer à sec s’il en avait envie.

Mais voilà, restant sur sa faim, elle s’était un jour égarée sur le net et elle n’eu pas trop à en faire pour tomber sur une multitude d’hommes en manque pour gouter au sexe virtuel. Dialogues sulfureux, pornographiques, photos d’elle dans des positions tres indécentes et avec certains hommes particulierement entreprenants elle s’était même laissée aller à s’exhiber et à se branler par cam Elle aimait par-dessus tout ce langage cru que les hommes lui avaient obligée à tenir, elle hésitante au début, ne pouvait maintenant plus s’en passer, le maniant à la perfection lors de tchats torrides , elle mouillait en permanence durant tout le temps de ses connections et atteignait l’orgasme plusieurs fois de suite. Un des premiers hommes lorsqu’elle avait fait part de ses envies de sodomie lui fit acheter un plug, de petit diametre, elle essaya, pris tant de plaisir qu’elle le préparait et le portait à chacune de ses connections si bien que par la suite elle se fit toute une collection en montant de diametre progressivement. Elle arrivait même à s’empaler le cul sur des montres de 9 cm de diametre. Une plaisir incommensurable !! Si bien que très vite elle prit l’habitude de mordre un coussin lorsqu’elle hurlait de plaisir de façon à étouffer ses cris que son mari n’aurait pas pu ne pas entendre.

Puis un jour, elle rencontra au détour d’un tchat une femme qui vint l’accoster. C’était une lesbienne patentée, elle hétéro 100%, voulu spontanément l’écarter mais cette femme eu le don de l’amadouer puis elles entrerent en confidences si bien que mise en confiance, il ne fallut pas longtemps pour qu’elle lui fasse part de ce dilemme entre son homme qu’elle aimait profondément mais qui ne lui apportait pas ce qu’elle attendait sexuellement et son addiction au sexe virtuel avec des hommes dominateurs.

De son côté l’autre femme lui dit qu’elle comprenait, qu’elle ne vivait pas en couple mais se complaisait et trouvait son plaisir à dominer d’autres femmes. Elles se retrouvaient donc sur ce terrain de la domination/soumission.

Cette femme comprit le malaise et lui proposa alors la chose suivante, en vue de la « désintoxiquer » : elle lui demanda pendant 21 jours, de ne se connecter à ses tchats que sur son autorisation et de se coucher tous les soirs à 0h30 maximum, afin qu’elle retrouve un sommeil normal et qu’elle soit plus en mesure de solliciter son mari, de le sortir de sa torpeur et de lui faire comprendre qu’elle avait envie que lui son homme la domine.

Elle accepta la proposition, même si elle savait à l’avance que ça lui couterait, mais le jeu en valait peut-être la chandelle. Cette addiction devenait trop chronophage et lui faisait peut-être perdre le sens de l’essentiel.

Du côté de cette femme, la proposition n’était pas non plus anodine, car bien que lesbienne elle gardait depuis longtemps le secret et l’envie d’un jour pouvoir gouter une belle bite, de la prendre en bouche, de se faire pénétrer la chatte et meme le cul, elle qui dominatrice, adorait défoncer les orifices de ses soumises harnachée d’un gode ceinture. Elle imaginait déjà le scénario à 3 avec cette homme qu’elle guiderait pour dominer sa femme tout en profitant en meme temps de cette bite qu’elle se voyait déjà honorer de sa bouche et de ses orifices. Elle voulait plus que tout connaitre le gout et la texture du sperme, elle était déjà prete à en avaler et à s’en faire maculer le corps, chaude comme la braise qu’elle était.

Mais cela, elle n’en dit mot à sa correspondante du moment, se contentant de lui faire part des dispositions de la « thérapie de désintoxication » qu’elle lui proposait.

Reste à savoir comment cela allait opérer.

Suite à venir…

Tout arrive Henri, j'aime bien.

Pas trop trach, juste ce qu'il faut (à mon gout)

Je ne prends pas la vie au sérieux, je n'en sortirai pas vivant

RépondreQuote
Posté : 05/03/2018 12:18 henry et Freyja aiment
Filosexy
(@filosexy)
Auteur
Level 1

Voilà, de la «nouvelle», tu passes à la série et d'une bonne manière...comment nous faire rester nous ausdi, sur notre faim comme l'héroïne de ton debut de roman, porno ou porno-chic?

Quand il gèle à pierre fendre dans les parcs, ya les fesses des statuts qui s'écartent.

RépondreQuote
Posté : 05/03/2018 12:36 henry et Freyja aiment
Freyja
(@freyja)
Donateur
Testeur de Sextoy
Noel
Auteur
Level 10
Posté par: henry

Elle se retrouvait comme un peu au milieu du gué. Tiraillée entre l’envie de dévergonder son homme qui, il faut bien le dire, ne la baisait au mieux que 2 fois par semaine et d’une manière qu’elle trouvait bien trop tendre. D’ailleurs il ne la baisait pas, il lui faisait l’amour, alors qu’elle attendait d’être baisée dans les règles de l’art, durement, violement, elle rêvait de se faire malmener, insulter, presque humilier, d’avoir des orgasmes à répétition tout au long des jours et des nuits. Elle voulait plus que tout se faire sodomiser, lui qui avait toujours refusé de le faire, qu’il lui défonce son petit cul étroit, elle en rêvait tellement qu’elle lui demanderait même de se faire enculer à sec s’il en avait envie.

Mais voilà, restant sur sa faim, elle s’était un jour égarée sur le net et elle n’eu pas trop à en faire pour tomber sur une multitude d’hommes en manque pour gouter au sexe virtuel. Dialogues sulfureux, pornographiques, photos d’elle dans des positions tres indécentes et avec certains hommes particulierement entreprenants elle s’était même laissée aller à s’exhiber et à se branler par cam Elle aimait par-dessus tout ce langage cru que les hommes lui avaient obligée à tenir, elle hésitante au début, ne pouvait maintenant plus s’en passer, le maniant à la perfection lors de tchats torrides , elle mouillait en permanence durant tout le temps de ses connections et atteignait l’orgasme plusieurs fois de suite. Un des premiers hommes lorsqu’elle avait fait part de ses envies de sodomie lui fit acheter un plug, de petit diametre, elle essaya, pris tant de plaisir qu’elle le préparait et le portait à chacune de ses connections si bien que par la suite elle se fit toute une collection en montant de diametre progressivement. Elle arrivait même à s’empaler le cul sur des montres de 9 cm de diametre. Une plaisir incommensurable !! Si bien que très vite elle prit l’habitude de mordre un coussin lorsqu’elle hurlait de plaisir de façon à étouffer ses cris que son mari n’aurait pas pu ne pas entendre.

Puis un jour, elle rencontra au détour d’un tchat une femme qui vint l’accoster. C’était une lesbienne patentée, elle hétéro 100%, voulu spontanément l’écarter mais cette femme eu le don de l’amadouer puis elles entrerent en confidences si bien que mise en confiance, il ne fallut pas longtemps pour qu’elle lui fasse part de ce dilemme entre son homme qu’elle aimait profondément mais qui ne lui apportait pas ce qu’elle attendait sexuellement et son addiction au sexe virtuel avec des hommes dominateurs.

De son côté l’autre femme lui dit qu’elle comprenait, qu’elle ne vivait pas en couple mais se complaisait et trouvait son plaisir à dominer d’autres femmes. Elles se retrouvaient donc sur ce terrain de la domination/soumission.

Cette femme comprit le malaise et lui proposa alors la chose suivante, en vue de la « désintoxiquer » : elle lui demanda pendant 21 jours, de ne se connecter à ses tchats que sur son autorisation et de se coucher tous les soirs à 0h30 maximum, afin qu’elle retrouve un sommeil normal et qu’elle soit plus en mesure de solliciter son mari, de le sortir de sa torpeur et de lui faire comprendre qu’elle avait envie que lui son homme la domine.

Elle accepta la proposition, même si elle savait à l’avance que ça lui couterait, mais le jeu en valait peut-être la chandelle. Cette addiction devenait trop chronophage et lui faisait peut-être perdre le sens de l’essentiel.

Du côté de cette femme, la proposition n’était pas non plus anodine, car bien que lesbienne elle gardait depuis longtemps le secret et l’envie d’un jour pouvoir gouter une belle bite, de la prendre en bouche, de se faire pénétrer la chatte et meme le cul, elle qui dominatrice, adorait défoncer les orifices de ses soumises harnachée d’un gode ceinture. Elle imaginait déjà le scénario à 3 avec cette homme qu’elle guiderait pour dominer sa femme tout en profitant en meme temps de cette bite qu’elle se voyait déjà honorer de sa bouche et de ses orifices. Elle voulait plus que tout connaitre le gout et la texture du sperme, elle était déjà prete à en avaler et à s’en faire maculer le corps, chaude comme la braise qu’elle était.

Mais cela, elle n’en dit mot à sa correspondante du moment, se contentant de lui faire part des dispositions de la « thérapie de désintoxication » qu’elle lui proposait.

Reste à savoir comment cela allait opérer.

Suite à venir…

Donc nous allons avoir un compte à rebours quotidien de ton histoire?

😊😊😊 hâte d'être à la fin pour "savoir"

Voui il fait 21 jours pour prendre une habitude ou un rythme de vie 😊

Fan des one-shot, curieuse et aventureuse 😊

RépondreQuote
Posté : 05/03/2018 10:41 henry aime
henry
(@henry)
Level 2
Posté par: Freyja

 

Donc nous allons avoir un compte à rebours quotidien de ton histoire?

😊😊😊 hâte d'être à la fin pour "savoir"

Voui il fait 21 jours pour prendre une habitude ou un rythme de vie 😊

Quotidien, je ne crois pas, je n'en aurais pas le loisir, mais je rendrai compte de la progression du traitement.

RépondreQuote
Posté : 05/03/2018 10:44 Freyja aime
Freyja
(@freyja)
Donateur
Testeur de Sextoy
Noel
Auteur
Level 10
Posté par: henry
Posté par: Freyja

 

Donc nous allons avoir un compte à rebours quotidien de ton histoire?

😊😊😊 hâte d'être à la fin pour "savoir"

Voui il fait 21 jours pour prendre une habitude ou un rythme de vie 😊

Quotidien, je ne crois pas, je n'en aurais pas le loisir, mais je rendrai compte de la progression du traitement.

J'adore les sagas !!!!

Au moins une fois par semaine ? J'espère 😊

Fan des one-shot, curieuse et aventureuse 😊

RépondreQuote
Posté : 05/03/2018 10:58
henry
(@henry)
Level 2
Posté par: Freyja
Posté par: henry
Posté par: Freyja

 

Donc nous allons avoir un compte à rebours quotidien de ton histoire?

😊😊😊 hâte d'être à la fin pour "savoir"

Voui il fait 21 jours pour prendre une habitude ou un rythme de vie 😊

Quotidien, je ne crois pas, je n'en aurais pas le loisir, mais je rendrai compte de la progression du traitement.

J'adore les sagas !!!!

Au moins une fois par semaine ? J'espère 😊

à voir, j'essaierai !

RépondreQuote
Posté : 05/03/2018 11:00 Freyja aime
Freyja
(@freyja)
Donateur
Testeur de Sextoy
Noel
Auteur
Level 10
Posté par: henry
Posté par: Freyja
Posté par: henry
Posté par: Freyja

 

Donc nous allons avoir un compte à rebours quotidien de ton histoire?

😊😊😊 hâte d'être à la fin pour "savoir"

Voui il fait 21 jours pour prendre une habitude ou un rythme de vie 😊

Quotidien, je ne crois pas, je n'en aurais pas le loisir, mais je rendrai compte de la progression du traitement.

J'adore les sagas !!!!

Au moins une fois par semaine ? J'espère 😊

à voir, j'essaierai !

Cool 😊

Bon allez je file me coucher. Dure journée malgré une fin en douceur 😊😊😊

Fan des one-shot, curieuse et aventureuse 😊

RépondreQuote
Posté : 05/03/2018 11:02
henry
(@henry)
Level 2

On en était déjà à J+3.

Le soir même de la prise de l'engagement, Aurélie (c'est ainsi que se prénomme cette petite tourmentée) se retrouva en dialogue avec Madame la Parisienne et se montra de par trop intrusive (cette femme dominatrice ne la laissait pas insensible, elle avait envie d'en savoir d’avantage sur ses pratiques), si bien qu'elle ne respecta pas le gong de 0h30 et le dépassa d'une demi heure, attendant une réponse de sa part qui ne vint jamais.

Madame la parisienne se montra alors sous son aspect de véritable dominatrice car elle lui dit alors qu’elle la privait de tout contact durant 8 jours !! Quelle calamité s’abattait alors sur Aurélie, elle qui déjà, avait trouvé un echo, une femme sensible à ses attentes et qui avait commencé à mettre en œuvre ce que quelque part elle espérait secrètement, incapable qu’elle était pour elle-même de prendre ce genre de résolution. Elle ne put qu’en prendre acte et parti se coucher contrarier pres de son mari qui dormait déjà sagement depuis longtemps.

Le lendemain était un autre jour, dès le lever, elle se connectait et vint faire son mea culpa auprès de la parisenne qui fut magnanime et lui laissa sa chance. Quel soulagement ce fut pour Aurélie, qui toute guillerette était alors bien décidée à mettre le plan en application et de secouer ce mari bien trop sage !

Alors, elle eut une idée, elle, qui rêvait de baise brutale et de sodomie, ne voulut cependant pas être trop directe de peur de ne rien obtenir et envoya sur l’adresse mail de son mari des photos de sa bouche suggestive, accompagnée de quelques photos de fellatrices dans des positions qui ne laissaient pas l’ombre d’un doute quant à leur condition de soumises. Elle accompagna le tout d’un texte sibyllin tout en tendresse « oh mon chéri, que j’aimerais goûter à ta si belle queue et à ton nectar ». Là, elle avait pris le risque de lui annoncer qu’elle désirait gouter à sa semence, réticent qu’il était elle douta qu’il  fut prêt à se répandre au fond de sa gorge. Mais qu’importe, les dés étaient jetés. Restait à attendre.

Le soir même elle respecta l’horaire, et parti se coucher avec même 1/2heure d’avance et se blottit contre son chéri, qui avait surement reçu les messages mais ne lui en avait pipé (si l’on peut oser) mot .

Le lendemain matin, Aurélie était déterminée à « sauter  au paf » de son mari, alors juste après avoir pris rapidement le petit déjeuner, celle-ci du clin de l’œil fit comprendre à son chéri qu’il était temps de répondre à ses besoins, elle parti vers la chambre, se déshabilla et se glissa dans le lit douillet. Le timide mari, qui avait reçu par 2 fois le message (la veille par mail et le matin par l’invite de sa femme), répondit donc à la demande de sa chérie et vint s’allonger nu à côté d’elle. Alors, Aurélie commença à lui caresser la queue en même temps que ses couilles, puis la prit assez vite d’une main ferme pour la branler plus énergiquement. Elle sentit la réaction ce qui la mit assez vite dans tous ses états et elle finit par dire, « leve toi mon chéri , je veux m’agenouiller à tes pieds et que tu me la foutes bien au fond de ma gorge de salope ! ». Elle avait osé ces mots, à vrai dire sans trop y réfléchir, tant l‘excitation la submergeait. Joignant le geste à la parole, elle fit lever son chéri, le suivit, se mis à genoux devant lui et tout de go engouffra son membre dans sa bouche, commençant à le pomper avidement et avec gourmandise. Elle sentait que son mari était à point, elle avait glissé une main au creux de sa chatte et commençait à se branler frénétiquement.

Au comble du plaisir, elle voulait là, maintenant qu’il se répande dans sa bouche de petite putain, elle voulait même avaler tout le foutre  de ce mari tant aimé. Mais les résistances prirent le dessus, surement submergé par cette accès de sexe « trash », il se retira, se refusant à exploser dans la bouche de sa femme adorée et alors sans plus attendre, il pénétra sa petite chatte déjà inondée de plaisir, fit quelques va et viens et finit par éjaculer au fond d’elle, sans même lacher un mot, juste un petit rale au moment de l’orgasme.

Repu, il l’embrassa tendrement, lui prodigua quelques tendres caresses et s’endormi dans son giron. Elle, satisfaite, bien que pas entierement rassasiée, savait déjà qu’elle avait gagné une partie du chemin à accomplir  dans sa quête de la soumission. Elle passa une bonne journée.

Le soir arrivait, le repas pris, Monsieur fatigué par tant de débauche de sexe en ce qui le concernait, ne se fit pas prier pour aller dormir.

Elle restait donc là, seule, avec ses envies toujours tenaillées au corps, et elle ne put s’empécher d’aller raconter à Madame la parisienne ce qu’elle avait entrepris le matin avec son cher et tendre mari. La parisienne l’accueillit tres bien et l’encouragea à poursuivre sans pour autant lui rappeler qu’elle se devait de respecter le contrat et les horaires de connection.

Aurélie acquiesca et avant le gong elle se quittérent.

Mais de plus en plus séduite par cette femme, elle pourtant qui se revendiquait et se pensait 100% hétéro, se laissa aller à ce que la parisienne désirait secretement et dont elle s’était bien gardée de lui mentionner ; Un trio où la parisienne guiderait son mari afin qu’il la domine séverement (l’avant gout de la matinée décuplait cette envie) et toute à ce plaisir, qui sait si elle ne se laisserait pas approchée par la dame, voire même à devenir active et pourquoi pas se gouiner avec elle ? « Madame rêve » , trésor d’Alain Bashung lui trottait encore dans la tête.

Alors, elle respecta la consigne, ne chercha pas à trouver un « dominant » virtuel pour se faire soumettre comme à son habitude, mais surfa sur le net à la recherche et à la vision de vidéos porno de trio , mais avec 2 femmes et une queue pour les honorer, elle en trouva beaucoup, elle qui ne s’était jamais aventurée sur ces routes, elle vibrait, ne voyant plus l’heure tourner.

Quand elle s’aperçue qu’il était déjà 3 heures, elle en fut surprise et dans un sursaut de lucidité pour ne pas en rajouter à l’entorse du contrat (qu’elle avait respecté tout de même quant aux dialogues avec des hommes –et puis elle avait tout de même œuvré aupres de son mari-), elle coupa la connection.

A suivre.

 

RépondreQuote
Posté : 06/03/2018 1:24 SquirtLand, Pistole, Filosexy et 2 personnes aiment
Freyja
(@freyja)
Donateur
Testeur de Sextoy
Noel
Auteur
Level 10
Posté par: henry

On en était déjà à J+3.

Le soir même de la prise de l'engagement, Aurélie (c'est ainsi que se prénomme cette petite tourmentée) se retrouva en dialogue avec Madame la Parisienne et se montra de par trop intrusive (cette femme dominatrice ne la laissait pas insensible, elle avait envie d'en savoir d’avantage sur ses pratiques), si bien qu'elle ne respecta pas le gong de 0h30 et le dépassa d'une demi heure, attendant une réponse de sa part qui ne vint jamais.

Madame la parisienne se montra alors sous son aspect de véritable dominatrice car elle lui dit alors qu’elle la privait de tout contact durant 8 jours !! Quelle calamité s’abattait alors sur Aurélie, elle qui déjà, avait trouvé un echo, une femme sensible à ses attentes et qui avait commencé à mettre en œuvre ce que quelque part elle espérait secrètement, incapable qu’elle était pour elle-même de prendre ce genre de résolution. Elle ne put qu’en prendre acte et parti se coucher contrarier pres de son mari qui dormait déjà sagement depuis longtemps.

Le lendemain était un autre jour, dès le lever, elle se connectait et vint faire son mea culpa auprès de la parisenne qui fut magnanime et lui laissa sa chance. Quel soulagement ce fut pour Aurélie, qui toute guillerette était alors bien décidée à mettre le plan en application et de secouer ce mari bien trop sage !

Alors, elle eut une idée, elle, qui rêvait de baise brutale et de sodomie, ne voulut cependant pas être trop directe de peur de ne rien obtenir et envoya sur l’adresse mail de son mari des photos de sa bouche suggestive, accompagnée de quelques photos de fellatrices dans des positions qui ne laissaient pas l’ombre d’un doute quant à leur condition de soumises. Elle accompagna le tout d’un texte sibyllin tout en tendresse « oh mon chéri, que j’aimerais goûter à ta si belle queue et à ton nectar ». Là, elle avait pris le risque de lui annoncer qu’elle désirait gouter à sa semence, réticent qu’il était elle douta qu’il  fut prêt à se répandre au fond de sa gorge. Mais qu’importe, les dés étaient jetés. Restait à attendre.

Le soir même elle respecta l’horaire, et parti se coucher avec même 1/2heure d’avance et se blottit contre son chéri, qui avait surement reçu les messages mais ne lui en avait pipé (si l’on peut oser) mot .

Le lendemain matin, Aurélie était déterminée à « sauter  au paf » de son mari, alors juste après avoir pris rapidement le petit déjeuner, celle-ci du clin de l’œil fit comprendre à son chéri qu’il était temps de répondre à ses besoins, elle parti vers la chambre, se déshabilla et se glissa dans le lit douillet. Le timide mari, qui avait reçu par 2 fois le message (la veille par mail et le matin par l’invite de sa femme), répondit donc à la demande de sa chérie et vint s’allonger nu à côté d’elle. Alors, Aurélie commença à lui caresser la queue en même temps que ses couilles, puis la prit assez vite d’une main ferme pour la branler plus énergiquement. Elle sentit la réaction ce qui la mit assez vite dans tous ses états et elle finit par dire, « leve toi mon chéri , je veux m’agenouiller à tes pieds et que tu me la foutes bien au fond de ma gorge de salope ! ». Elle avait osé ces mots, à vrai dire sans trop y réfléchir, tant l‘excitation la submergeait. Joignant le geste à la parole, elle fit lever son chéri, le suivit, se mis à genoux devant lui et tout de go engouffra son membre dans sa bouche, commençant à le pomper avidement et avec gourmandise. Elle sentait que son mari était à point, elle avait glissé une main au creux de sa chatte et commençait à se branler frénétiquement.

Au comble du plaisir, elle voulait là, maintenant qu’il se répande dans sa bouche de petite putain, elle voulait même avaler tout le foutre  de ce mari tant aimé. Mais les résistances prirent le dessus, surement submergé par cette accès de sexe « trash », il se retira, se refusant à exploser dans la bouche de sa femme adorée et alors sans plus attendre, il pénétra sa petite chatte déjà inondée de plaisir, fit quelques va et viens et finit par éjaculer au fond d’elle, sans même lacher un mot, juste un petit rale au moment de l’orgasme.

Repu, il l’embrassa tendrement, lui prodigua quelques tendres caresses et s’endormi dans son giron. Elle, satisfaite, bien que pas entierement rassasiée, savait déjà qu’elle avait gagné une partie du chemin à accomplir  dans sa quête de la soumission. Elle passa une bonne journée.

Le soir arrivait, le repas pris, Monsieur fatigué par tant de débauche de sexe en ce qui le concernait, ne se fit pas prier pour aller dormir.

Elle restait donc là, seule, avec ses envies toujours tenaillées au corps, et elle ne put s’empécher d’aller raconter à Madame la parisienne ce qu’elle avait entrepris le matin avec son cher et tendre mari. La parisienne l’accueillit tres bien et l’encouragea à poursuivre sans pour autant lui rappeler qu’elle se devait de respecter le contrat et les horaires de connection.

Aurélie acquiesca et avant le gong elle se quittérent.

Mais de plus en plus séduite par cette femme, elle pourtant qui se revendiquait et se pensait 100% hétéro, se laissa aller à ce que la parisienne désirait secretement et dont elle s’était bien gardée de lui mentionner ; Un trio où la parisienne guiderait son mari afin qu’il la domine séverement (l’avant gout de la matinée décuplait cette envie) et toute à ce plaisir, qui sait si elle ne se laisserait pas approchée par la dame, voire même à devenir active et pourquoi pas se gouiner avec elle ? « Madame rêve » , trésor d’Alain Bashung lui trottait encore dans la tête.

Alors, elle respecta la consigne, ne chercha pas à trouver un « dominant » virtuel pour se faire soumettre comme à son habitude, mais surfa sur le net à la recherche et à la vision de vidéos porno de trio , mais avec 2 femmes et une queue pour les honorer, elle en trouva beaucoup, elle qui ne s’était jamais aventurée sur ces routes, elle vibrait, ne voyant plus l’heure tourner.

Quand elle s’aperçue qu’il était déjà 3 heures, elle en fut surprise et dans un sursaut de lucidité pour ne pas en rajouter à l’entorse du contrat (qu’elle avait respecté tout de même quant aux dialogues avec des hommes –et puis elle avait tout de même œuvré aupres de son mari-), elle coupa la connection.

A suivre.

 

Lol on dirait qu'Aurelie n'a pas respecter le contrat 🤣🤣🤣

Quelle va être la sanction? Hâte de savoir 🤔

Fan des one-shot, curieuse et aventureuse 😊

RépondreQuote
Posté : 06/03/2018 7:33 Filosexy aime
henry
(@henry)
Level 2
Posté par: Freyja

 

Lol on dirait qu'Aurelie n'a pas respecter le contrat 🤣🤣🤣

Quelle va être la sanction? Hâte de savoir 🤔

Comment le savoir ? Cela dépend surement du bon vouloir de Madame la parisienne. 

Perso, je pense qu'elle est du style à accorder une seconde chance (elle l'a en quelque sorte déja fait), mais je peux me tromper. J'espère qu'Aurélie sera en mesure de pouvoir le dire.

RépondreQuote
Posté : 06/03/2018 7:43 Filosexy et Freyja aiment
Freyja
(@freyja)
Donateur
Testeur de Sextoy
Noel
Auteur
Level 10
Posté par: henry
Posté par: Freyja

 

Lol on dirait qu'Aurelie n'a pas respecter le contrat 🤣🤣🤣

Quelle va être la sanction? Hâte de savoir 🤔

Comment le savoir ? Cela dépend surement du bon vouloir de Madame la parisienne. 

Perso, je pense qu'elle est du style à accorder une seconde chance (elle l'a en quelque sorte déja fait), mais je peux me tromper. J'espère qu'Aurélie sera en mesure de pouvoir le dire.

Hâte de lire la suite !!!

Fan des one-shot, curieuse et aventureuse 😊

RépondreQuote
Posté : 06/03/2018 7:51 Filosexy aime
Filosexy
(@filosexy)
Auteur
Level 1

On peut imaginer tant de chose! L'idée de rendre une personne dominante est top.

C'est cool.Henry!

Quand il gèle à pierre fendre dans les parcs, ya les fesses des statuts qui s'écartent.

RépondreQuote
Posté : 07/03/2018 5:29 Freyja aime
Page 1 / 3 Suivant
Share:
  
En travaux

Veuillez Connexion ou Inscription